Une première manifestation anti-Jovenel Moïse, réprimée par la PNH

Publié le 2017-09-11 | Le Nouvelliste

National -

La première manifestation pour dénoncer la gouvernance de l’administration Moïse-Lafontant a eu lieu ce lundi à Port-au-Prince. Ce rendez-vous, convoqué par l’organisation politique Fanmi Lavalas, a drainé quelques centaines de participants, issus d’organisations populaires, de syndicats d’ouvriers et d’enseignants, d’étudiants de l’Université d’État d’Haïiti, etc. Les manifestants, chauffés à blanc, ont critiqué la loi de finances 2017-2018 votée récemment par un Parlement dont la majorité est acquise au gouvernement. « Le régime de Jovenel Moïse vient de nous montrer son caractère anti-peuple en proposant un budget qui va taxer la classe défavorisée. Parce que nous n’avons pas assez de parlementaires pour nous défendre, nous exprimons notre réprobation à travers les rues », s’insurge un manifestant.

Les protestataires ont fait usage de cloches, de sifflets, et ont déchiré des morceaux de papiers tout au long de la marche, ce pour répéter le geste du sénateur Antonio Chéramy qui a récemment déchiré un rapport de la commission Finances, dans une tentative pour empêcher la tenue d’une séance sur le vote du budget au Sénat de la République. Certains manifestants ont même scandé le nom du chanteur de Brothers Posse, converti en politique.

Le parcours de la marche n’avait pas été bien défini. Alors qu’ils s’approchaient de la rue Pavée, certains manifestants ont tenté de se rendre au Parlement avant de se raviser et de prendre la direction du Palais national. Ensuite ils ont arpenté respectivement les rues Magloire Ambroise, Romain, Capois et Chavannes. Les agents du CIMO ont fait usage de gaz lacrymogène et de projectiles en caoutchouc pour disperser la foule. Un participant est sorti blessé de cette intervention. Offusqués, certains militants s’en sont pris au pare-brise d’un véhicule immatriculé Service de l’État à la rue Capois. Les protestataires donnent rendez-vous ce mardi pour une autre journée de manifestation, convoquée cette fois-ci par l’ancien candidat à la présidence Moïse Jean -Charles.

Réagir à cet article