Les sénateurs de l’opposition montent au créneau après le vote du budget

Publié le 2017-09-08 | Le Nouvelliste

Economie -

Comme la peste, les sénateurs de l’opposition ont fui la séance au Parlement, lors du vote du projet de loi de finances 2017-2018. Surnommés les quatre mousquetaires, les sénateurs Nenel Cassis, Evalière Beauplan, Ricard Pierre et Antonio Cheramy, dit Don Kato, n’ont pas digéré le vote qui a conduit au rejet du rapport de la commission Finances du Grand Corps. Craignant un débat orageux avec une majorité de sénateurs qui supportent l’exécutif, les quatre sénateurs ont pris la poudre d’escampette. C’est au micro des journalistes que les sénateurs de l’opposition ont fait valoir leurs arguments.

« Le projet de loi des finances 2017-2018 ne respecte pas la Constitution et les autres lois relatives aux finances publiques, mais la majorité qui appuie aveuglément l’exécutif n’a pas voulu entendre raison », a avancé Nenel Cassis, président de la commission Finances au Sénat. Pour sa part, le sénateur Evalière Beauplan a fait savoir que l’avis de la Cour supérieure des comptes et du contentieux administratrif ( CSC/CA) avait exigé de retourner le budget puisqu’il est truffé d’imperfections. Sur ce point, le sénateur Ricard Pierre croit que les sénateurs, en votant le projet de loi de finances 2017-2018, ont procédé à la fermeture de la CSC/CA. « L’avis de la CSC/CA, qui a recommandé de retourner le projet de loi de finances à l’exécutif, nous mettait en garde de ne pas le voter sans avoir trouvé au préalable un consensus avec le gouvernement pour apporter des corrections», a affirmé Ricard Pierre, précisant que le projet de loi de finances est par ailleurs opaque.

D’après le sénateur Evalière Beauplan, le projet de loi de finances 2017- 2018 viole l’article 207 de la Constitution exigeant que le budget soit national et local. Ce projet de loi de finances ne tient pas compte des collectivités territoriales, comme l’a fait remarquer le sénateur Willot Joseph. Opposant farouche au pouvoir Tèt Kale, le sénateur Antonio Cheramy, dit Don Kato, a invité la population à prendre en main son destin et à sanctionner les sénateurs qui préfèrent défendre les intérêts du pouvoir exécutif au détriment de ses desiderata. Outre les quatre sénateurs de l’opposition, Willot Joseph, l’élu du Centre, qui défend la cause des collectivités territoriales, avait aussi abandonné la séance avant le vote. A l’issue de ladite séance, 19 sénateurs ont voté pour le projet de loi de finances 2017 -2018.

Réagir à cet article