Journée mondiale d'alphabétisation

Le gouvernement haïtien lance le programme « Konbit alfa » dans le grand Nord

Publié le 2017-09-08 | Le Nouvelliste

National -

Le gouvernement haïtien, à travers la secrétairerie d’État à l’alphabétisation, a lancé, le mardi 5 septembre, dans le grand Nord, le programme baptisé « Konbit alfa ». Il s’agit d’une nouvelle approche qui consiste à sensibiliser toute la société à « l’ampleur et la gravité du phénomène de l’analphabétisation dans le pays ». C’est aussi une manière, d’après Emile Brutus, secrétaire d’État à l’alphabétisation, de témoigner « l’engagement du gouvernement dans une véritable politique d’éradication de ce mal historique » qualifié d’inacceptable. Ces activités se réalisent en prélude à la Journée mondiale de l’alphabétisation, le 8 septembre, célébrée cette année sur le thème « L’alphabétisation dans un monde numérique ».

Après son ouverture, le 3 septembre, dans la ville de Saint-Marc, la « semaine de l’alphabétisation et l’éducation des adultes » a officiellement débuté au Campus Henry Christophe de Limonade, en présence de représentants de différentes communes du grand Nord, des autorités locales, du directeur du ministère de l’Éducation nationale, du président du comité de gestion du Campus Henri Christophe de Limonade, des membres de différents conseils consultatifs et autres organisations locales. « Zewo analfabèt. Konbit alfa, nou tout ladan l » est la logique que compte poursuivre la Secrétairerie d’État à l’alphabétisation, explique Émile Brutus.

Le directeur général du ministère de l’Éducation nationale, Méniol Jeune, a salué les efforts combinés des différents autres acteurs pour rendre efficace la réalisation du programme Konbit alfa. Le programme soutenu par le ministère favorisera le recensement du nombre d’analphabètes sur le territoire, en vue de mieux asseoir les stratégies à mettre en place pour procéder à son élimination. Ce qui donnera, relate-t-il, à chaque Haïtien la possibilité de développer diverses compétences qui peuvent lui être utiles, mais surtout d'aider le pays. Pour sa part, le professeur Audalbert Bien-aimé, président du Campus Henry Christophe de Limonade, où s’est déroulée l’activité, encourage les acteurs à se mettre ensemble pour que plus de gens aient accès à l’instruction, afin d’aider Haïti à sortir de son marasme.

Réagir à cet article