Sweet Micky, T-Vice et Nu Look à Amazura : Les fans de Nu Look négligés

Le vendredi 1er septembre, à Amazura, à New York, les groupes Sweet Micky, T-Vice et Nu look se sont succédé sur la scène pour le « pre party » officiel du Haitian Labor day festival. Nu Look, qui ne figure pas sur le line-up du festival, n’a pu offrir que deux chansons aux fans après que T-Vice ait joué pendant 1 h et Sweet Micky 2.

Publié le 2017-09-02 | Le Nouvelliste

Ticket Mag -

« Kiyès k ap jwe avan ? » Ils sont nombreux à s’être posé cette question qui a d’ailleurs été débattue par les musiciens eux-mêmes. Devrait-on avoir recours à un tirage au sort comme pour le festival pour savoir qui hériterait de ce que certains voient comme une corvée? Quand trois grosses pointures du compas – T-Vice, Sweet Micky et Nu Look – se partagent une affiche, tout ceci peut se comprendre. On n’aura toutefois pas besoin d’arriver à cet extrême. Le président du compas choisit de « passer » en premier.

Sur fond de « sound check », Sweet Micky ouvre la soirée vers minuit. Quelques couples se dirigent vers la piste malgré que « djaz lan ap tcheke ». Et doucement la fête commence. Le club tarde à se remplir. Mais personne ne semble s’inquiéter. Moun New York pa soti bonè ! Ce n’est plus un secret pour personne. Et, avec ce long week-end qui s’amène, la fête va sans doute se poursuivre jusqu’au petit jour. Entre interprétations – Mete Suk sou bonbon m, Lakay, Brimad – et des medley de ses compositions les plus populaires, tout ceci agrémenté des propos salaces qui font sa renommée, Sweet Micky fait son show. Il cède la scène un moment à son fils, Sandro, avant de conclure sur une note carnavalesque un peu après 2 h a.m.

DJ Stakz assure la transition qui n’est pas particulièrement longue. Une vingtaine de minutes et T-Vice est sur le podium. Les infatigables fans regagnent la piste et dansent au rythme du medley composé d’anciens succès du groupe avec lequel la bande à Roberto a choisi de lancer sa prestation, avant de servir des compositions plus récentes. Bien plus fair-play que son prédécesseur, T-Vice, lui, se rappelle qu’il y a un autre groupe qui doit jouer après lui et ne reste sur scène que pendant une heure. À l’instar de Sweet Micky, T-Vice prend congé de ses supporteurs avec un air de carnaval et leur donne rendez-vous au Einsenhower Park le lendemain.

Les premières notes de « Wasn’t meant to be » de Nu Look résonnent dans un Amazura quelque peu clairsemé un peu après 3h 30 du matin. Mais déjà des couples se reforment pour faire honneur à la bande à Arly Larivière qui entonne tout de suite après « Until when », un de ses derniers succès en date. Au cours de cette deuxième chanson, les lumières du club s’allument. L’équipe de nettoyage entame déjà son travail tandis que les fans d’Arly Larivière, tenaces, continuent à danser. À 4h, le son est coupé. « M anvi jwe », lance Arly. Mais le chanteur restera sur sa faim. Les fans aussi.

Réagir à cet article