Inclusion financière : Digicel et Mon Cash sont en train de montrer la voie

Publié le 2017-09-04 | Le Nouvelliste

Economie -

Digicel, le principal fournisseur d'argent mobile dans la région, est en train de montrer la voie vers un possible tournant en ce qui a trait aux services financiers numériques dans une région où l'argent mobile est encore à ses débuts et certains déploiements peinent à décoller. C’est ce qui ressort d'une étude préparée par la GSMA soulignant un regain d’activités pour ce service en Haïti, au cours de ces deux dernières années, avec notamment l’augmentation des transactions et le volume des paiements.

En 2015, Digicel a relancé et remanié son service d'argent mobile afin de mieux répondre aux besoins du marché, en changeant le nom de TchoTcho en Mon Cash. Deux ans plus tard, les résultats sont au rendez-vous. Entre juillet 2015 et juillet 2017, le service a considérablement augmenté.

« La clientèle est passée de 83 000 à 795 000, ce qui représente une augmentation de 860% […] Le taux d'activité des agents est passé de 28% à 93% […] Le volume des paiements en vrac a quintuplé […] La valeur de transaction de l'argent mobile a augmenté de 950% et les volumes ont augmenté de plus de 2 000% », résume le communiqué annonçant cette étude.

Le secteur des services financiers numériques en Haïti a débuté en 2011 suite au tremblement de terre du 12 janvier 2010. Le premier cas d'utilisation était le décaissement humanitaire pour les communautés vulnérables. La nouvelle industrie de l'argent mobile a augmenté et aujourd'hui, le pays dispose de trois fournisseurs d'argent mobile.

Forte des bons résultats enregistrés suite à son changement de stratégie, reposant sur la focalisation sur un ou deux produits de base, l'éducation ciblée, la promotion d'agents en tant que partenaires et le renforcement de l'équipe, Digicel entend proposer à l’avenir des transferts d'argent internationaux et des nano-prêts, entre autres services.

En Haïti, pays le plus pauvre des Amériques, on compte davantage de téléphones portables que de comptes bancaires. Environ 80% de la population adulte n'est pas encore bancarisée. Le potentiel de l'argent mobile pour soutenir l'inclusion financière en Haïti est donc énorme et représente une alternative peu coûteuse, efficace et sûre.

L’«argent mobile» désigne l’ensemble des transactions et services financiers accessibles grâce à un appareil mobile, par exemple un téléphone portable. Ces services peuvent être directement liés à un compte bancaire, ou pas. Ainsi, grâce à cette technologie, il est aujourd’hui possible de créditer son appareil mobile et d’effectuer des paiements.

Permettant aux abonnés d’envoyer du liquide à d’autres utilisateurs via leurs téléphones portables, ce système s’est beaucoup développé en Haïti depuis son lancement en 2011 par la Digicel, le plus grand opérateur de téléphonie mobile du pays. L’argent peut être acheminé rapidement, même vers les régions les plus reculées. Il suffit que le destinataire ait accès à un portable ou puisse se rendre dans un centre de paiement.

Réagir à cet article