Pour le renouvellement du TPS, le gouvernement mobilise la grosse artillerie…

Extension d’au moins 18 mois du TPS, au mieux un changement de statut pour ces compatriotes… sont des objectifs visés par le gouvernement haïtien qui multiplie les rencontres avec les responsables américains, fait du lobbying, offre, en partenariat avec l’Association des avocats haïtiens de Floride et d’autres organisations l’assistance légale…

Publié le 2017-08-31 | Le Nouvelliste

National -

Pour les détenteurs du TPS, c’est la dernière ligne droite. En novembre, deux mois avant l’expiration de l’extension de six mois, en janvier 2018, le département de la Sécurité intérieure des États-Unis communiquera sa décision. Le gouvernement haïtien, à travers l’ambassade d’Haïti à Washington, a multiplié les discussions avec les autorités américaines « pour une extension plus étendue du TPS d'au moins 18 mois », a confié au journal l’ambassadeur d’Haïti à Washington, Paul Altidor, jeudi 31 août 2017.

« L’ambassade a déjà eu au moins six réunions de travail avec les autorités américaines autour de ce dossier pendant les deux derniers mois. En plus des discussions, une lettre du gouvernement haïtien sera bientôt acheminée aux autorités américaines pour formaliser la requête d’extension », a informé le diplomate, qui, à côté des discussions avec des responsables du Department of Homeland Security, de U.S. Citizenship and Immigration Services (USCIS), du Department of State, intensifie le « rapprochement avec les parlementaires, les avocats d’immigration, les associations de terrain qui œuvrent en faveur des détenteurs du TPS ».

« L’ambassade continue d’expliquer à ses interlocuteurs américains que les six mois qui ont été accordés pour la fin du TPS ne seront pas suffisants pour aborder des problèmes de fonds, malgré certaines améliorations dans le pays, qui permettraient, au pire des cas, de recevoir nos compatriotes en dignité. Certains bénéficiaires du TPS avaient tout perdu lors du tremblement de terre, d’autres n’ont plus de famille dans le pays. Le gouvernement a donc besoin de temps pour travailler sur ces dossiers. C'est pourquoi nous continuons de montrer que les six mois ne vont pas nous permettre de tout faire. C’est pour cela que le gouvernement continue de plaider pour une extension d'au moins 18 mois », a expliqué l’ambassadeur Paul Altidor.

« Par ailleurs, s’il y a un point sur lequel tout le monde est d’accord, c’est que le TPS est temporaire. Les détenteurs du TPS sont appelés tôt ou tard à changer de statut parce qu’aucune extension, dans ce contexte, ne sera définitive. C’est pour cela que nous encourageons les partenaires d’Haïti dans la société civile américaine à engager des discussions avec le Congrès des États-Unis sur un autre front, celui de modifier la loi – seul le Congrès peut le faire – pour faciliter le changement de statut des détenteurs du TPS », a souligné Paul Altidor.

« Parallèlement, nous tentons (l’ambassade et les partenaires) d’informer certains détenteurs du TPS sur la possibilité qu’ils ont actuellement de changer de statut. Les différentes réunions que nous avons eues avec des avocats et des associations de terrain nous montrent qu’un nombre important de détenteurs du TPS peut prétendre au statut de résident permanent. Il y a donc lieu de faire le lien avec les associations pour guider nos compatriotes vers des options légales qui leur faciliteraient la régularisation définitive de leur situation aux États-Unis », a dit l’ambassadeur Paul Altidor qui évoque le support légal aux détenteurs de TPS. En partenariat avec des associations d’avocats et d’autres entités, il sera offert « un support juridique aux détenteurs du TPS afin qu’ils puissent changer de statut ».

« Même si l’administration américaine continuerait de prolonger le TPS, les détenteurs ne seront jamais considérés comme des résidents permanents. Or, un grand nombre des détenteurs de TPS sont éligibles à changer leur statut. Seul un avocat dans le domaine de l’immigration est habilité à les guider. L’ambassade s’engage à identifier et travailler avec des associations d’avocats pouvant/voulant aider », a souligné l’ambassadeur Paul Altidor.

Concrètement, « en partenariat avec l’Association des avocats haïtiens de la Floride (HLA) et d’autres entités, l’ambassade a activé une ligne téléphonique spéciale. A travers cette ligne, des avocats spécialisés dans le domaine de l’immigration offriront des conseils légaux aux détenteurs du TPS », a annoncé l’ambassadeur Paul Altidor qui fait une autre annonce, la création d’une taskforce sur le TPS. « Dans le but de mieux se pencher sur le dossier du TPS, le gouvernement a créé une Task force sur le TPS. Cette force opérationnelle est coordonnée par l’ambassade d’Haïti aux États-Unis. Elle est appelée à jouer un rôle de synchronisation entre les alliés sur le TPS. Car, au nombre de ceux qui plaident pour le renouvellement du statut de protection temporaire pour les Haïtiens, il y a des membres du congrès, des gouverneurs, des maires, sans compter des dizaines d’organisations de la société civile aux États-Unis ».

« En plus de synchroniser les efforts pour le renouvellement du TPS, la Task force a aussi un volet juridique important. Il s’agit de mieux informer les détenteurs du TPS, en particulier ceux qui sont éligibles au changement de statut. Il permettra aussi de canaliser les compatriotes qui n’ont pas les moyens de s’offrir une aide juridique. En clair, la Task force permettra à l’État haïtien, les avocats et les organisations de base aux États-Unis ainsi que les concernés par le TPS d’avoir une ligne de communication ouverte pour s’entraider et parvenir à la meilleure solution au bénéfice de nos compatriotes », a indiqué l’ambassadeur Paul Altidor, qui souligne qu’il y aura du lobbying pour un changement de la loi afin d’éviter que le TPS ne devienne pas une épée de Damoclès contre nos ressortissants. Il est prévu dans la stratégie de « travailler avec les législateurs américains et d’autres groupes de la société civile pour un changement au niveau de la loi afin de faciliter aux détenteurs du TPS de changer définitivement leur statut ».

Entre-temps, il y a eu des évolutions en ce qui concerne les Haïtiens détenteurs du TPS. « Seulement 40 471 personnes ont récemment renouvelé leur statut, selon les informations fournies à l’ambassade par le DHS. En mai dernier, nous parlions d’environ 58 000. Cette baisse est due au fait que : (a) certains détenteurs du TPS ont pu changer leur statut, (b) d’autres bénéficiaires n’ont pas eu le temps de renouveler leur TPS avant la fin du délai qui a leur a été accordé, ou (c) certains ont laissé le territoire des USA. Pour ceux qui n’ont pas renouvelé leur TPS à temps, à la fin de juillet 2017, selon le délai qui a été accordé, il n’est pas trop tard. Les enregistrements tardifs sont acceptés, mais il faut accompagner la demande d’une lettre expliquant le retard », a informé l’ambassadeur d’Haïti à Washington Paul Altidor.

« Ceux qui ont changé de statut sont dans un autre registre. Ceux qui ont laissé le territoire pour aller au Canada, par exemple, et qui souhaiteraient revenir aux États-Unis, la porte ne leur est pas totalement fermée. Selon les responsables de l’USCIS, les détenteurs du TPS qui ont une permission de voyager peuvent retourner. Ceux qui ont voyagé sans autorisation risquent de perdre automatiquement leur statut et peuvent avoir des difficultés pour rentrer aux États-Unis. Le retour n’est pas impossible. Il faudrait que des compatriotes qui se trouvent dans cette situation justifient leur absence du territoire des USA à travers une lettre aux autorités de l’immigration », a conseillé le diplomate haïtien.

En mai dernier, le département de la Sécurité intérieure des États-Unis avait octroyé une extension de six mois du TPS. Il avait conseillé aux Haïtiens d’utiliser cette période pour préparer leur retour en Haïti. Ce département avait aussi annoncé qu’il évaluerait la situation avant l’expiration de cette extension en janvier 2018.

Roberson Alphonse

Réagir à cet article