Reconstruction de Port-au-Prince

Youri Chevry à propos des projets chinois : « Aucun accord n’a été signé »

Les discussions entre le conseil de la municipalité de Port-au-Prince et les Chinois sur le projet de construction et de rénovation de plusieurs infrastructures de la capitale vont bon train. Dans une interview accordée au Nouvelliste ce lundi 28 août 2017, le maire de Port-au-Prince, Ralph Youri Chevry, a fait la lumière sur la correspondance qu’il a adressée aux Chinois, auteurs de ce plan de rénovation.

Publié le 2017-08-28 | Le Nouvelliste

National -

« Nous n’avons pas encore signé de contrat. Nous ne sommes qu’à la phase des conversations », a confié au journal l’édile de Port-au-Prince, conscient que le sujet intéresse énormément la population et qu’il pourrait bien prêter à des excès. Concernant la lettre, Youri Chevry reconnait que si certaines des informations véhiculées sont vraies, dans leur grande majorité elles sont fausses.

« Les Chinois ont effectué les études […], ils me les ont montrées et j’ai dit que je suis favorable à ce que j’ai vu. Rien d’autre. Aucun contrat n’a été signé », a clarifié le maire de la capitale réitérant que la municipalité n’a pas été encore engagée financièrement.

« Nous sommes heureux d'accepter le « Projet de rénovation municipale de Port-au-Prince, planification de la construction, proposition de projet » , projet qui comprend six sous-projets, avec un investissement total d'infrastructures de 4,711 milliards USD qui comprend : les travaux d'eau et de drainage ; travaux routiers ; travaux d'assainissement environnemental; réseau de communication et d'information avec infrastructure et la reconstruction de la « vieille ville » de Port-au-Prince qui comprend un nouveau marché, une zone commerciale et une nouvelle place de la mairie », peut-on lire dans cette lettre en date du 25 août 2017 adressée à Southwest Municipal Engineering Design and Research Institute of China.

« Après une recherche approfondie et une considération prudente, le gouvernement municipal soutient la mise en œuvre du Projet de rénovation municipale de Port-au-Prince en tirant parti des investissements et des finances internationaux », poursuit la lettre dans laquelle les membres du conseil de la municipalité de Port-au-Prince expriment leur reconnaissance envers cette opportunité et leur impatience « de travailler avec l'Institut de conception et de recherche d'ingénierie du Sud-Ouest de la Chine dans ce projet ».

Les Chinois ayant effectué les études ont séjourné deux semaines dans le pays, a fait savoir Youri Chevry, qui fait remonter ses premiers contacts avec les Asiatiques à la même période, à savoir début juillet. Dans l’intervalle, par l’entremise du bureau commercial chinois en Haïti, le maire dit avoir été invité à une conférence en Chine où Bati Ayiti, en très bons termes avec les Chinois, lui a facilité les contacts.

Pour ce qui est du financement qui s'élève de 4 milliards de dollars, Youri Chevry a révélé qu’il sera totalement chinois via ce qu’on appelle un Build–Operate–Transfer (BOT). « Ils vont ériger les infrastructures, les faire fonctionner pendant 20 à 25 ans et transfèreront ensuite leur gestion à la commune », a expliqué le premier citoyen de la ville qui en a profité pour annoncer la mise sur pied d’une société anonyme mixte (SAM) entre la commune et des sociétés du secteur privé à Port-au-Prince.

Et Bati Ayiti, selon le maire, une compagnie privée, devrait être un des groupes du secteur privé à faire partie de la SAM. « Le projet avance […], nous continuons les discussions mais cela ne veut pas dire que leur plan [celui des Chinois] sera adopté intégralement parce que nous autres, nous aimerions, si un jour cela se fera, l’adapter à notre réalité », a rassuré Youri Chevry, qui clame son intention d’exécuter ce projet en toute autonomie. S’il n’écarte pas la possibilité d’une exécution intercommunale vu la nature transversale de certaines infrastructures, comme la construction des égouts par exemple, toutefois, il dit vouloir croire en l’autonomie des collectivités.

Parmi les projets annoncés dans ce plan, il est mentionné entre autres la reconstruction du bâtiment de la mairie de Port-au-Prince, la construction du marché de la Croix-des-Bossales, des égouts pour l’évacuation des eaux pluviales, le parking municipal et une centrale électrique de 2000 mégawatts.

Ses derniers articles

Réagir à cet article