Des Chinois dans la ville

Publié le 2017-08-04 | Le Nouvelliste

National -

Le maire de Port-au-Prince, Youri Chevry, a confié au journal avoir tenu plusieurs réunions et signé des « procès-verbaux de ces rencontres » avec des envoyés d’une entreprise « privée chinoise », MCC, en attendant de poursuivre. Pendant ces réunions, il y a eu des discussions sur la construction de marchés publics comme la Croix-des-Bossales, le marché Salomon, des égouts pour l’évacuation des eaux pluviales, le parking municipal, et d’autres projets intéressants, a expliqué le maire Youri Chevry.

Il n’y a pas encore d’entente sur la construction de ces infrastructures, dont le bâtiment de la mairie de Port-au-Prince. Pour le moment, des explorations sont faites. Il est envisagé des concessions pour la construction, la gestion et le transfert d’infrastructures municipales rentables (Build operating and transfert-BOT) à la mairie après un certain temps, a dit Youri Chevry au journal. Les envoyés de la firme ont fait savoir qu'ils ont la capacité de construire des voies ferrées capables de relier le Nord et le Sud et l’électrification du pays, a indiqué Youri Chevry qui souligne avoir exprimé les limites de ses attributions et ses champs de compétences. Certains de ces dossiers concernent l’État central.

Le maire Ralph Youri Chevry, qui « a eu une série d'échanges dans la capitale pendant la semaine du mercredi 26 juillet au mercredi 2 août 2017 avec une délégation de la Chine populaire », avait pourtant publié un communiqué de presse de l'administration communale, le jeudi 3 août 2017. « L’administration Communale de Port-au-Prince tient à souligner que les nombreuses rencontres ont porté essentiellement sur la reconstruction du bâtiment principal de la mairie ainsi que celle de marchés publics de la collectivité », a poursuivi le communiqué.

«L’administration communale de Port-au-Prince et la délégation chinoise se sont entendues sur des échanges futurs devant aboutir à un échéancier pour la matérialisation des projets susmentionnés», selon le communiqué de cette administration qui «renouvelle sa ferme détermination d’œuvrer sans relâche afin de pouvoir répondre aux besoins de la collectivité».

Des Chinois dans la ville…

Le journal a appris que d’autres techniciens d’entreprises chinoises ont rencontré de hautes autorités de l’exécutif sur d’autres projets de développement. A la table des discussions, il était question de l’étalage des capacités techniques à réaliser, des capacités et mode de financement.

Pour le moment, il n’y a aucune communication sur des choix effectués. La dernière expérience de l’État avec une firme chinoise concerne la construction d’un terminal et d’autres infrastructures aéroportuaires à l’aéroport Toussaint Louverture. Pratiquement, tous les bailleurs de fonds de l’État avaient forcé l’administration Privert à surseoir à ce projet. Le pays, après l’annulation de sa dette, ne peut contracter des prêts non concessionnels, avaient-ils soutenu.

Réagir à cet article