Criminalité

On n’oublie rien, on ne s’habitue pas!

Carte blanche à Jean-Claude Boyer

Publié le 2017-08-23 | Le Nouvelliste

Société -

L’assassinat de Georges Dany Lafleur, 12 ans, vient hanter le spectre de nos nuits. En tant que parent, comment rester indifférent à la détresse du père, au désarroi de la famille ? Il fallait écouter au soir du 20 juillet 2017 la voix affaissée du père : «Un premier appel, on m’a demandé : 50 000. Un second appel : 50 000. Ce fut tout.»

Le correspondant de Radio Vision 2000 dans le bas-Artibonite a bien fait de rapporter le drame pour ceux et celles d’entre nous qui auraient tendance à baisser la garde. Les assassins sont dans la ville et rôdent à nos portes. À Pont-Sondé, le 20 juillet dans un canal de drainage le corps du jeune Georges Dany Lafleur a été retrouvé. Un bloc de béton amarré à la taille et un trou au front. Les kidnappeurs n’ont pas fait dans le détail. Sans pitié ils ont exécuté une jeune pousse. Ne soyons surtout pas tentés par facilité d’esprit de croire que ce meurtre (de trop) au pays d’Haïti ne nous concerne pas. Nous voilà revenus au temps où Jacques Roche, Farah Kebir Dessources et Karim Xavier Gaspard payèrent de leurs vies la dilution de l’État.

Le souvenir de ces disparitions est douloureux. L’assassinat du Dr Frédérique Viau à Delmas 75 au printemps dernier ne doit pas non plus basculer dans le quotidien ordinaire. Ne baissons pas la garde et ayons un geste de sympathie envers une famille haïtienne meurtrie. La presse sert toujours à quelque chose, c’est le mérite du correspondant de Radio Vision de nous dessiller les yeux et de nous rappeler à sa façon qu’il ne faut pas baisser la garde. Plus que jamais.

Réagir à cet article