Au Centre d’Art

Sébastien Jean et Arnaud Delcorte : Une seule oeuvre, à deux voix...

Publié le 2017-08-10 | Le Nouvelliste

Culture -

Le poète Belge Arnaud Delcorte a sorti un livre de poésie « Quantum Jah » en collaboration avec l’artiste-peintre Haïtien Sébastien Jean : une seule œuvre, à deux voix. La vente signature s’est déroulée, d’une part, au centre d’art et, en tournée, à Jérémie, à Jacmel, à Léogane et Mirebalais. « Vagues Editions en a assuré la promotion, au cours de la 3eme quinzaine du livre sous le titre « Vagues littéraires tenue au pays durant deux semaines au cours du mois de juillet, jusqu’au 23 juillet 2017.

Deux raisons expliquent ce choix, selon les organisateurs : promouvoir le livre au sein de la jeunesse durant les vacances estivales et faire la promotion de ce nouveau discours : la combinaison de l’art à la poésie.

Sébastien Jean est connu, en Haïti, comme artiste-peintre (1980). Son œuvre traverse l’enfermement, le délabrement et pose la question essentielle : quelle genre d’homme sommes-nous ? Des monstres, des mangeurs d’autres hommes, des mysthificateurs ou autres espèces ? Quelle que soit Pas de réponse directe : l’œuvre de l’artiste trouble notre vision, notre compréhension, notre manière de nous grouiller sur cette terre.

Arnaud Delcorte se campe, d’abord, comme physicien : il est professeur de physique à l’Université catholique de Louvain en Belgique. Cependant, Il est tombé fou pour la poésie. Le travail de l’artiste Sébastien Jean l’excite davantage. Pour marquer cet intérêt, il a produit une œuvre poétique, à deux, avec l’artiste-peintre Sébastien Jean. Ce recueil illustré de tableaux de l’artiste dégage une autre perception de l’oeuvre de l’artiste. Poésie et peinture s’allient pour éclairer, comme une torche, le chemin de la création dans cette œuvre commune : « Quantum Jah ». Pourtant, une œuvre qui roule autour de Babel, la confusion entre les hommes...

Arnaud Delcorte, physicien-chercheur et poète nous met la puce à l’oreille. Il nous décrit une autre réalité qu’interprète l’œuvre picturale de Sébastien Jean. Tel que nous l’interprétons, en notre for intérieur, le 21ème siècle se déploie différemment des siècles précédents. L’un de ses coups de vis, c’est l’homosexualité, l’importance que prend la liberté sexuelle dans l’œuvre d’art ainsi que dans la création littéraire.

Les gens continuent à s’exprimer dans leur propre dialecte, mais l’étau se resserre sur l’emploi d’une langue dominante. En tant que physicien ayant le français comme patrimoine maternel, le poète est obligé de correspondre sur les réseaux sociaux, dans les conférences et échanges entre pairs dans une autre langue.

La poésie d’Arnaud Delcorte servira-t-elle à faire poindre la lumière, au jour j, sur les monstres, les mythes, les figures tranfigurées peuplant l’univers pictural de Sébastien Jean ?

« Quantum Jah » débute avec une note provocatrice sous les touches nouvelles du mode d’existence de l’homme au 21ème siècle :

« je suis homme-femme dans l’âme

quel crime ont-ils commis

ces braves hommes de Sodome

pour mériter le feu ? »

Le poète jette un autre regard, comme l’artiste peintre sur l’existence humaine :

« quel crime a-t-il commis ce pauvre ?

demandant son père du regard

autre temps

autres mœurs

en embrassant mon corps

comme si notre amour était éternel. »

Sébastien Jean était à l’honneur ce jour-là au Centre d’Art. Au cours de la vente-signature du livre « Quantum Jah » réunissant ses toiles et la poésie d’Arnaud Delcorte : une projection d’un documentaire sur son œuvre a illuminé le travail de l’artiste. Le film de Maryse Jean-Louis Jumelle a projeté, comme un icône de l’art contemporain, le travail de l’artiste en Haïti. Les spectateurs présents ont apprécié l’intérêt que les critiques ou connaisseurs d’art ont manifesté autour de l’oeuvre de ce peintre dans le documentaire, tels Mireille Jérôme, Michel Philippe Lerebours, etc. Il a récupéré des déchets connus ou inventés d’autres comme le marc de café, la poussière, le goudron, tous ces matériaux ont pris un second souffle sous la touche impertinente de Sébastien Jean. Cependant, il a refait le monde, à sa manière. Ses montres, ses têtes d’hydres parfois laides, comme des montres, dégagent une certaine poésie qui nous touche ou nous choque. Ces deux créateurs ne nous ont pas laissé indifférents...

Vagues Littéraires

Les responsables des Les éditions Vagues créees en juillet 2013 - Jean E. Samson assure la coordination de Vagues littéraires - ont maintenu la flamme. A chaque édition, ils organisent une activité pour recueillir des fonds. Cette fois-ci l’argent récolté a servi à effectuer des déplacements en province : Jérémie, Jacmel, Léogane et Mirbalais.

En outre, Vagues lancera une revue intitulée DO CRE IS (revue haïtienne des cultures créoles, langues et cultures créoles, artistiques et scientifiques.)

Arnaud Delcorte l’a bien dégagé dans son postface sur Sébastien Jean, la poésie, au 21ème siècle, doit « négocier l’épiphanie d’un nouveau matin ».

Delcorte, Arnaud, Quantum Jah, Belgique, Vagues Editions, 2017

Réagir à cet article