Spécial Vendredi littéraire en l’honneur de Serge Legagneur

Publié le 2017-07-17 | Le Nouvelliste

Culture -

Le vendredi 14 juillet 2017, Vendredi littéraire a consacré sa rencontre hebdomadaire au poète Serge Legagneur, décédé le 30 juin 2017, à Montréal, à l’âge de 80 ans. Une cinquantaine d’amis, de poètes, d’écrivains, et d’amants de la littérature ont fait le déplacement au Centre culturel Anne-Marie Morisset, à Delmas, pour rendre un dernier hommage à Serge Legagneur. Le départ pour l’éternité de « l’un des plus grands poètes surréalistes haïtiens du XXe siècle » est d’autant plus pénible qu’il se produit entre celui de Claude Pierre, décédé le 24 juin, et celui de Jean-Claude Fignolé, parti le 11 juillet. Ces géants de la littérature haïtienne sont tous les trois originaires de la Grand’Anse. Le programme de la soirée, préparé par le poète et dramaturge Syto Cavé, inclut un montage de textes et de chansons, ainsi que des témoignages sur la vie et l’œuvre de Serge Legagneur. Après une courte introduction, Lorvens Aurélien cède le microphone aux intervenants. Pierre Brisson débute le programme en lisant un texte circonstanciel d’Anthony Phelps, où l’auteur de Mon Pays Que Voici retrace le rôle de Serge Legagneur dans la formation et l’épanouissement du groupe Haïti Littéraire. Ce groupe littéraire fondé en Haïti en 1962, autour de Villar Denis, dit Davertige, Anthony Phelps, René Philotecte, Roland Morisseau, et Serge Legagneur, va se reconstituer au Canada quelques années plus tard avec l’exil de ses membres fondateurs. Avec son recueil de poèmes Textes Interdits (Montréal : Ed. Estérel, 1966), Legagneur fut le premier des poètes d‘Haïti Littéraire à être publié au Canada. Juste après Pierre Brisson, Guito Cavé enchaîne avec une interprétation de la chanson, « C’est extra ». Avec ces deux performances, la soirée est lancée et placée sous une alliance de textes poétiques et de chansons. Les textes poétiques, la plupart extraits des poèmes de Serge Legagneur, sont dits par Pierre Brisson, Myrtho Casséus, Syto Cavé, Christophe Charles, et Paul-Harry Laurent. Les chansons sont interprétées par Wooly Saint Louis Jean et Guito Cavé. Après une courte intermission, Lyonel Trouillot introduit la deuxième partie du programme avec son propre témoignage à propos de Serge Legagneur. Il regrette le fait que le poète n’a pas été mieux connu en Haïti. Ensuite, les intervenants reviennent avec d’autres poèmes de Serge Legagneur lus par Pierre Brisson et Myrtho Casséus, des témoignages, dont celui de Syto Cavé, et des chansons interprétées par Guito Cavé et Wooly Saint-Louis Jean. Quelle meilleure façon de saluer le départ de Serge Legagneur que ce plongeon dans ses poèmes? On y redécouvre une exigence forcenée de l’écriture et un élan passionné à décrire les penchants les plus intrinsèques de l’âme. « Le poète ne meurt jamais », lança l’un des participants. Oui, à coup sûr, Serge Legagneur ne mourra jamais dans le cœur et l’esprit des amants de la littérature.

Robert Berrouët-Oriol, Grand deuil pour la poésie haïtienne et québécoise, Le Devoir, 10/7/2017
Mario Malivert mariomalivert@yahoo.com Auteur
Ses derniers articles

Réagir à cet article