la grève illimitée des greffiers

Visite fortuite du ministre Heidi Fortuné au Palais de justice, les greffiers campent sur leurs positions

Publié le 2017-07-13 | Le Nouvelliste

National -

Le ministre de la Justice et de la Sécurité publique Heidi Fortuné a rencontré, ce jeudi, les greffiers grévistes au tribunal de première instance de Port-au-Prince. Après plusieurs heures de discussion houleuse aucune solution n’a été trouvée pour dénouer la crise. Les greffiers ont maintenu la grève illimitée lancée depuis le lundi 3 juillet 2017 à travers les 18 juridictions du pays. Alors que les greffiers en sont à leur neuvième jour de grève, la rencontre du ministre avec ces derniers est loin de changer la donne. La grève est maintenu, a tempêté le président du Syndicat national des greffiers, Jean André Joseph, visiblement troublé après cette réunion. « Au cours de cette rencontre, on a discuté de nos principales revendications, à savoir, l’augmentation de salaire, carte de débit, carte assurance, formation continue entre autres. Néanmoins, aucune promesse n’a été faite », a-t-il martelé. Toutefois, il a fait remarquer que le ministre leur a proposé de créer une commission en vue d’une sortie de crise favorable aux deux parties. « On va continuer cette lutte jusqu’à ce que nos revendications soient satisfaites », a-t-il avancé sans ambages. Pour sa part, le ministre de la Justice et de la Sécurité publique, Heidi Fortuné, dit comprendre la frustration des greffiers. «Leurs revendications sont légitimes et justes, mais on ne peut pas les résoudre dans l’immédiat, a-t-il fait savoir, les promettant un ajustement salarial en octobre prochain dès l'ouverture de l'année judiciaire. « Je connais la réalité puisque j’ai été magistrat avant d’être ministre de la Justice. Ils doivent toutefois comprendre que je ne peux pas faire grand-chose en seulement trois mois en fonction », soutient-il. Le ministre Fortuné appelle à la compréhension et la collaboration des greffiers en vue de permettre la poursuite des assises criminelles sans assistance de jury. Les revendications des greffiers se résument à une augmentation de salaire, formation continue des greffiers, carte assurance, cartes de débit et des meilleures conditions de travail. ils entendent franchir une autre étape si le travail de la commission proposée par le ministre n'est pas satisfaisant.

Réagir à cet article