Formation/Agriculture

Gressier : Des professionnels et agriculteurs formés en traitement des plantes

Plus d’une trentaine de planteurs et de professionnels de la commune de Gressier ont pris part le week-end écoulé à une formation sur l'épidémio-surveillance. Avec pour thème «Analyse et évaluation des pertes de récolte causées par les maladies et ennemis des cultures», cette formation visait à aider les agriculteurs et les membres des organisations de base à faire face aux différentes maladies des végétaux.

Publié le 2017-07-12 | Le Nouvelliste

Economie -

L’école nationale de Gressier a accueilli un public très diversifié, d'une part des scientifiques de plusieurs disciplines : agronomie, économie, santé des plantes... et d'autre part des acteurs du monde agricole venus de la ville de Gressier et de 3 sections communales : (Morne-à-Bateau, Morne-Chandelle et Petit-Boucan). Placée sous l'égide de la Direction de la protection des végétaux (DPV) du ministère de l’Agriculture des Ressources naturelles et du Développement rural (MARNDR), en partenariat avec le Regroupement pour le progrès et le développement de Gressier (RPDG), cette formation a permis aux participants d’échanger sur un sujet très riche afin de trouver les solutions adéquates permettant une mise en œuvre facilitée de ces principes pour les différents acteurs de la chaîne alimentaire. Animé par l'agronome Policard Pierre Nardège du ministère de l'Agriculture, les participants ont acquis les connaissances nécessaires à une culture bio, que ce soit en termes de qualité du sol, de type de graines à utiliser, de méthode de compostage et d’usage de bio-fertilisant et pesticides. «Les maladies, ravageurs et adventices causent des pertes de récolte significatives en quantité et en qualité. Comprendre et quantifier ces dommages est un prérequis indispensable à la gestion intégrée de la santé des cultures», a déclaré l’agronome Policard Pierre Nardège, en présence de la mairesse de Gressier, Dieulie Augustin et de Me Elwide Romain. Plus loin, Policard Pierre Nardège a fait savoir que cette rencontre a permis d’analyser avec les habitants de cette communauté les pertes de plusieurs pathosystèmes exemplaires concernant des plantes pérennes : cocotier, manguier, caféier et petit mil. Ils sont complétés par un réseau de recherches international sur la santé du blé. Ces travaux abordent la thématique sous plusieurs angles. Tout d’abord, l’évaluation de l’impact des bioagresseurs sur la perte de qualité des fruits, selon que le bioagresseur attaque directement le fruit ou qu’il attaque les parties végétatives de la plante. Ensuite en évaluant les pertes de rendement secondaires, c’est-à-dire les pertes causées pendant une année donnée sur le rendement des années suivantes résultant d’une perte de vigueur des plantes. Enfin, en cherchant à comprendre les dynamiques des différents bioagresseurs présents dans les pathosystèmes, et de hiérarchiser leurs impacts respectifs. Pour l'un des membres du Regroupement pour le progrès et le développement de Gressier (RPDG), Judel Portain, cette formation est capitale car elle permettra aux bénéficiaires de s’enquérir des informations nécessaires en vue de mieux faire face à la maladie des plantes. « Cette formation est un moyen de rendre chaque acteur impliqué. Pour avoir un impact concret sur le terrain, il importe désormais de mettre ces principes d'application volontaire en œuvre au niveau national avec les acteurs impliqués », indique Judel Portain. Pour le révérend pasteur Jean Elie Val, directeur d’école et ancien candidat aux dernières élections pour le poste de député, qui participait à ces assises, les ateliers ont permis de mettre en évidence les répercussions positives des investissements responsables sur la chaîne alimentaire ainsi que le rôle des acteurs de la société civile et du monde agricole. «Il s'agit désormais de mieux faire connaître ces principes au sein des différents groupes d'acteurs en vue d'accélérer leur diffusion et leur concrétisation dans la communauté. Cette formation sera reprise dans les différentes sections communales au profit des paysans, agriculteurs et planteurs», a confié ce leader communautaire. De son côté, l’enseignante Rosedanie Bazile ajoute que cette formation offrira non seulement les techniques de combattre les maladies des plantes pour de meilleurs rendements, mais augmentera significativement, à terme, le niveau de vie des agriculteurs. « Nous avons beaucoup de problèmes concernant les maladies rongeuses qui attaquent nos arbres. Je crois que cette formation vient à point nommé et nous permet d’avoir des résultats probants et bénéfiques», a indiqué la coordonnatrice de l’Association des femmes en action de Gressier (AFAG). Quant à Jean Wildy Bichotte, technicien agricole, cette formation est fondamentale puisqu'elle incite les bonnes pratiques agricoles conformément au développement durable. « Étant un technicien agricole, je félicite le ministère de l’Agriculture ainsi que les institutions qui ont contribué à la réalisation d’une telle formation. Cet atelier nous permet d’être mieux armés afin de mieux identifier les insectes qui attaquent nos plantes mais aussi de les éradiquer puisqu’à travers l’Organisation des jeunes pour le développement de la masse (OJBDEM), nous avons une culture de travail avec des paysans et planteurs à Marechal (La Colline), - localité de Gressier - en matière de formation et de semences », a-t-il renchéri.

Réagir à cet article