Foire/Vente

La 23e édition de « Livres en Folie » bat les records

Publié le 2017-06-16 | Le Nouvelliste

Economie -

Les lecteurs ont répondu en grand nombre au grand rendez-vous estival de Livres en folie. La délocalisation de la 23e édition du salon du livre dans les jardins du Musée du panthéon national (MUPANAH), dans l’aire du Champ de Mars, au centre-ville, a contribué à une augmentation considérable dans les ventes selon les éditeurs, en dépit du fait que les auteurs ont dû ajuster les prix par rapport à la dépréciation de la gourde. Pendant deux jours, les 15 et 16 juin 2017, on a assisté à un véritable raz-de-marée au niveau du site où a été organisée cette foire du livre. Sur les 11 maisons d’édition, ayant exposé à Livres en folie cette année, les kiosques de la Maison Deschamps et de Communication Plus sont sans nul doute les plus visités tant la file d’attente n’en finissait pas devant leur comptoir. « Dès l’après-midi du premier jour, la majeure partie de tous nos rayons étaient quasiment vides. On a dû rapidement renflouer notre stock, tant le public a répondu à l’appel », s’est réjouie Anaïse Chavenet, responsable de Communication Plus. Pour elle, la délocalisation du site à Port au Prince y est pour beaucoup, car ce positionnement au centre-ville est vraiment stratégique. Mme Chavenet a également fait remarquer que la quantité de leurs stocks était calculée en fonction de la vente des années antérieures. Une façon de nous dire qu’elle ne s’attendait pas à toute cette affluence. Déjà, on peut donc prévoir que les ventes seront en nette augmentation pour cette maison d’édition qui en principe accuse pour les années antérieures, selon ce que nous a confié Anaise Chavenet, 5 à 6 millions de gourdes de vente. Le concept Livres en folie vient du fait qu’éditeurs et auteurs s’accordent pour réduire leurs commissions afin de favoriser le volume des ventes lors de cette manifestation. La réduction de cette année a été de 40%. D’un autre côté, Mme Chavenet a dénoncé l’effet néfaste que la dégringolade de la gourde a eu sur le marché du livre. « Les gens qui nous confient des livres sont aussi clients des auteurs haïtiens vivant en Haïti que ceux vivant à l’étranger, et souvent il faut payer en devise, c’est catastrophique ! », a précisé la responsable de Communication Plus. Anaïse Chavenet invite, par ailleurs, les auteurs à s’impliquer également dans la promotion de leurs œuvres lors des éditions de Livres en folie. Ils ne doivent pas se contenter de la publicité globale faite par les organisateurs. Ceux qui ont le plus vendu sont ceux qui ont compris le jeu, a-t-elle affirmé. Pour sa part, Marylin Supplice, responsable du kiosque de la Maison Deschamps, a indiqué que la participation des villes de province à cette 23e édition a été très importante. Elle attribue sa belle performance de vente en raison de l’expérience et du sens de l’organisation dont son équipe a fait preuve. « Parfois, les gens ont préféré venir acheter dans les kiosques parce que, de l’autre côté, le service était trop », avoue Mme Supplice, qui soutient que le transfert du site a carrément augmenté ses ventes. Toutefois, elle s’est voulue prudente, tout comme Mme Chavenet, en refusant d’avancer des chiffres même provisoires, histoire pour nous d’avoir un bilan partiel chiffré. Non seulement la majorité des visiteurs qui ont fait le déplacement ont fait l’acquisition d’au moins un livre, les nombreux petits marchands qui exposaient leurs produits à l’intérieur du site ou dans la zone périphérique en sont sortis satisfaits. Les auteurs n’ont pas caché leur joie malgré la chaleur torride qu'ils ont dû supporter. Tous, ils s’accordent, auteurs, éditeurs, organisateurs, lecteurs, participants, pour dire que la 23e édition de Livres en folie a été plus qu’une réussite. L’engouement était carrément visisble. En attendant les données chiffrées de chaque entité pour corroborer cette perception. Il est important que les décideurs pensent à un centre de convention pour l’organisation des salons comme le prône Mme Chavenet. Martine Isaac mirtane07@yahoo.fr

Réagir à cet article