Plusieurs écoles ont pris part à la 23e édition de Livres en folie

Publié le 2017-06-16 | Le Nouvelliste

National -

Plusieurs centaines d’élèves issus de différentes institutions scolaires, notamment les lycées Marie-Jeanne et Jean-Jacques Dessalines, les collèges de Côte-Plage et de la province ont fait le déplacement jeudi, pour participer à la 23e édition de Livres en folie cette année. Enthousiastes, ils félicitent les organisateurs d’avoir pensé à délocaliser cette activité culturelle du Parc historique de la Canne à sucre à Tabarre au Champ de Mars, en plein cœur de la capitale haïtienne. Pour certains élèves interviewés par le journal, Livres en folie est un grand succès cette année. Pour une élève de la rhéto du lycée du Cent cinquantenaire (LCC), « cette foire du livre nous donne la possibilité de lier connaissance avec de nouveaux auteurs et de nouveaux titres. » Elle a expliqué que le livre de Raquel Pélissier, la première dauphine de Miss Univers en 2016, « L'Art d'être belle dans sa peau », est une vraie source de motivation et invite les jeunes à croire en eux-mêmes. Une élève de seconde du lycée Alexandre Pétion affirme « qu’il veut s’inspirer de l’un des invités de cette année, Makenzy Orcel, âgé seulement de 33 ans qui était en signature à Livres en folie. « Je vais me mettre au travail, m’adonner à la lecture pour que dans les années qui viennent je sois comme lui un auteur en signature », a-t-il fait savoir avec enthousiasme. D’autres élèves, par contre, recommandent aux organisateurs de créer des guichets sur le stand où les auteurs signent leurs ouvrages pour éviter les embouteillages constatés. « À part cette mauvaise note, disent-ils, Livres en folie a été un vrai régal. » Je me suis procuré les titres de Raquel Pélissier, de Teddy Kesser Mombrum, pour me faire plaisir, raconte une jeune élève du lycée Fritz Pierre-Louis. Malgré la longue file, je voulais faire signer les auteurs Célicourt Jhonny, Jean Eddy Arnold et Jean-Jacques Honorat. Je me prépare à devenir un journaliste ou un homme politique de grand calibre comme un Daniel Fignolé ou un Jacques Roumain, a dit ce jeune garçon en classe terminale du collège de Côte-Plage. « Vive la fête du livre ! », s'est exclamé un groupe d’élèves tout en donnant rendez-vous à l’année prochaine pour de nouvelles découvertes avec de nouveaux auteurs et de nouveaux invités. Le directeur du collège de Côte-Plage, Marc Anthony Alix, croit qu’il était important pour lui et la direction de cet établissement scolaire d’emmener les élèves à cette activité au Champ de Mars. C’était une occasion de leur permettre de prendre contact avec les différents auteurs en signature et les ouvrages, nous dit M. Alix. « La plus jeune auteure en signature cette année a eu un impact positif sur les élèves », a-t-il souligné. Ajoutant aussi que « Les livres sont tout, et que rien ne peut se faire sans les livres. » Marc Anthony Alix estime que « les organisateurs de ce mouvement culturel, particulièrement le journal Le Nouvelliste et la Unibank, sont devenus des acteurs de la continuité. » « Imaginez ce que serait la ville sans cette activité qui réunit tout le gratin du monde intellectuel », explique-t-il.

Réagir à cet article