La commission Culture et Communication de la Chambre basse recommande la rigueur dans la crise de l’ENARTS

La commission Culture et Communication de la Chambre des députés a tenu, ce mercredi 14 juin 2017, une rencontre de travail avec le ministre de la Culture et de la Communication, Limond Toussaint, et le directeur de l’École nationale des arts, Philippe Dodard autour de la crise qui sévit à l’ENARTS. Une rencontre qui s’est déroulée, par une drôle de coïncidence, au moment même où des étudiants expulsés de l’école ont violemment attaqué les locaux du ministère de la Culture. Voilà pourquoi le président de la commission, le député Caleb Desramaux, appelle le gouvernement à assumer ses responsabilités.

Publié le 2017-06-16 | Le Nouvelliste

National -

Alors que le ministre de la Communication Limond Toussaint et le directeur de l’École nationale des arts Philippe Dodard étaient au Parlement pour parler des avancés faites dans la crise qui secoue l’ENARTS, la décision de quelques étudiants de s’attaquer aux locaux du ministère vient enfoncer le couteau dans la plaie. Cette décision des étudiants étonne le directeur de l’ENARTS, Philippe Dodard, qui souligne que les négociations pour le dénouement de la crise allait bon train jusqu’à ce mercredi matin. D’ailleurs, le directeur dit admettre que les revendications des étudiants, tels : le réaménagement de l’école, la révision du cursus académique, qui leur permettra d’avoir une licence au lieu d’un diplôme en fin d’études et la nécessité de leur donner une formation supplémentaire, qui leur permettra d’intégrer le système éducatif en vue de dispenser des cours d’art dans le nouveau secondaire, sont justes et qu’il travaillait déjà avec d’autres partenaires pour la concrétisation de ces objectifs. Cependant, Philippe Dodard reconnaît que certaines revendications, comme celle visant à sanctionner le cycle d’études par une licence au lieu du diplôme qu’on octroie aujourd’hui, ne peuvent être envisagées que sur le long terme, puisque la quasi-totalité des professeurs de l’école n’a pas le grade de maîtrise qui les habilitera à travailler au niveau licence conformément à l’échelle des grades universitaires. Lors de sa rencontre avec les membres de la commission Culture et Communication de la Chambre basse, le directeur de l’ENARTS confie que les responsables de l’école « les bras ouverts », les étudiants et les professeurs attendent pour les écouter et négocier avec eux. Ce qui n’a pas empêché que des pyromanes aient décidé de mettre le feu dans une partie de l’école. Et si les responsables ont pris la décision d’expulser de l’école une dizaine d’étudiants jugés coupables, Philippe Dodard se dit encore prêt à négocier moyennant que ces anciens étudiants acceptent de s’excuser publiquement pour avoir attenté à une institution si riche en histoire. Une éventualité d’excuse que l’attaque de ce mercredi risque de noyer complètement puisque le ministre de la Communication qui, jusque-là, soutenait les tentatives d’entente entre les protagonistes, projette aujourd’hui de prendre les voies légales pour faire punir pyromanes et casseurs.

Réagir à cet article