Daniel Jean-Louis reçoit le titre de Docteur honoris Causa de la Liberty University

Publié le 2017-05-26 | Le Nouvelliste

Economie -

La Liberty University de Virginie, EUA, a décerné l’insigne de Docteur Honoris Causa au jeune entrepreneur, professeur et conférencier Daniel Jean-Louis, 38 ans, lors d’une cérémonie tenue le 13 mai 2017 au campus de ladite université située à Lunchburg, Virginia. L’événement s’est déroulé en présence du président américain Donald Trump et suivi par des dizaines de milliers de personnes. Daniel Jean-Louis voit cette distinction comme un grand honneur pour un jeune Haïtien issu de la province et qui a grandi dans des conditions humbles. « C’était très émouvant et je n’ai pas pu m’empêcher quelques larmes », soutient le concerné au cours d’une interview au Nouvelliste. Daniel Jean-Louis y voit à la fois une bénédiction de Dieu et une fierté pour un jeune compatriote, car la cérémonie a été suivie sur les réseaux sociaux par plus de 300 000 personnes. Dans un pays au bord du gouffre où une grande partie de la population, guettée par le spectre du désespoir, serait prête à jeter le manche et s’enfuir sous d’autres cieux, ce sacre de M. Daniel Jean-Louis, propriétaire de deux entreprises, Trinity Lodge (Guest House) et Bridge Capital (Firme d’investissement) apparaît comme un signe d’espoir, un modèle de réussite à présenter aux jeunes. Le docteur Jean-Louis ne cache pas sa satisfaction face à un honneur. « Cette distinction me fait un immense plaisir. Cela témoigne d’un parcours, d’un engagement, d’une idéologie. Je suis fervent adepte du Centre droit qui croit que l’entrepreneuriat est la charnière de la création de richesse dans toute société », a indiqué M. Jean Louis. C’est à travers l’entrepreneuriat qu’une solution à certains problèmes économiques va être trouvée », souligne-t-il, ajoutant toutefois que tout cela est possible moyennant que le gouvernement consente à jouer son rôle de régulateur en prenant les mesures adéquates pour faciliter le travail et le fonctionnement des entreprises. Pour confirmer ses dires, l’auteur du livre « From Aid to Trade » a fait intervenir des chiffres assez éloquents en affirmant qu’au cours des 20 dernières années l’entrepreneuriat a tiré plus d’un milliard de personnes de la pauvreté. Ces miracles de l’entrepreneuriat opérés dans des pays comme le Rwanda, le Kenya, le Guatemala, la Chine, l’Inde, le Brésil et dans d’autres pays émergents et en voie de développement sont aussi possibles en Haïti. Comme preuve concrète de l’importance socioéconomique de l’entrepreneuriat en Haïti, Daniel Jean-Louis a mis en évidence le fait que, à travers les investissements privés massifs opérés dans le domaine des télécommunications, Haïti a quasiment résolu les problèmes posés depuis plusieurs années dans ce secteur. Comment est venue l’idée de cette distinction ? La Mission conservatrice Baptiste d’Haïti de Wallace et Eleanor Turnbull avait fait bénéficier à Daniel Jean-Louis une bourse d’études en Leadership à la Liberty University de 2001 à 2006. Après ses études, le boursier est retourné au pays sans avoir eu à garantie d’un emploi. Il a dû lui-même construire sa vie au fil des années en s’engageant comme consultant auprès de quelques entreprises et organismes internationaux basés en Haïti. Entre-temps, il s’adonnait aussi à l’enseignement dans des écoles et universités de la place. Après le tremblement de terre du 12 janvier, ses observations l'ont conduit à faire le constat, à savoir : ce ne sont pas les aides étrangères qui vont aider Haïti à sortir du marasme où elle se trouve, mais plutôt l’entrepreneuriat. Ainsi, il va se retrouver au poste de responsable d’une ONG assurant la promotion de l’entrepreneuriat dénommée « Partners Allright ». Cette ONG associée à des partenaires locaux et étrangers a lancé un programme baptisé « Coalition Cent Mille Emplois », soit une plateforme connectant les ONG et le secteur privé en vue d’orienter le dialogue haïtien vers la possibilité de création d’emplois au lieu de l’assistanat. La création de cette coalition, selon M. Jean-Louis, était une façon d’inciter la création d’emplois comme outil de développement économique et social, en d’autres termes, comme outil de résolution du problème de la pauvreté. À partir de la « Coalition Cent Mille Emplois », un autre programme de la même lignée va voir le jour : « Achetez local, construisez Haïti » visant à encourager les Haïtiens à consommer les produits locaux pour encourager les entreprises locales. Toujours guidé par le souci d’encourager l’entrepreneuriat, Daniel Jean-Louis, avec l’aide de la journaliste Jacqueline Klamer, a produit et publié depuis environ un an le livre titré : « From Aid to Trade ». Avec plus de trois mille exemplaires vendus depuis sa parution, ce livre constitue une campagne auprès des acteurs locaux et internationaux visant à les sensibiliser à la nécessité de sortir le pays des mailles de l’assistanat pour le ramener sur les rails l’entrepreneuriat et du commerce. La popularité du livre Daniel Jean-Louis a nécessité la création d’un site internet du même nom : « From Aid to Trade » où des lecteurs un peu partout en Afrique, en Inde font des témoignages éloquents sur ce document. À côté de tout cela, Forbes magazine, fort du retentissement du livre, a mis en évidence l’auteur M. Jean-Louis à travers un article assez long. CNN Money a aussi consacré quelques lignes à ce jeune professionnel haïtien dont la renommée a largement débordé les frontières du pays. Fort de tout cela, Liberty University, qui a eu écho des performances du jeune leader, a jugé opportun de bon aloi de gratifier à ce brillant étudiant originaire de Coridon, petite localité de la Commune d’Anse-Rouge, dans le Nord-Ouest d’Haïti, le titre de Docteur Honoris Causa en business. Avec "From Aid To Trade" l'aventure du livre de l'entrepreneur-professeur ne s'arrête pas. L'auteur promet un autre document qui sera un suivi du premier dans les deux prochaines années. A cela, il a mentionné également une version française de "From Aid To Trade". Cette promotion accrue de l'entrepreneuriat comme moteur de croissance, s'inscrit dans un processus visant à extraire Haïti de la carte de la charité internationale pour la placer sur celle de l'investissement. Car, conclut Daniel Jean-Louis, de la même façon que l’entrepreneuriat à travers des investissements importants a apporté des solutions au problème des Télécommunications en Haïti, il peut aussi contribuer à renforcer d’autres secteurs comme la santé, l’éducation et les infrastructures.

Réagir à cet article