Belle fête pour la musique haitienne

Publié le 2017-05-17 | Le Nouvelliste

National -

« Li pa ba nou lajan Li pa ba nou travay Men li ba nou Compas Ala yon bèl eritaj sa a » Les paroles du Tabou Combo n'ont jamais plus de sens que lorsqu'arrive le week-end de la fête du Drapeau et que Miami, à travers le Haitian Compas Festival, célèbre notre drapeau et notre musique. Depuis 19 ans que cela dure, ce festival qui a fait des émules dans toute la diaspora et, avec moins de succès, en Haïti, permet aux Haïtiens, aux Haïtiennes, à tous ceux qui ont un tant soit peu du sang d'Haïti qui coulent dans leur veine de se réveiller en se disant qu'il y a un jour pour nous et, sur Biscayne Boulevard, notre bicolore va flotter au son de notre musique. Griot, pikliz, Barbancourt et roulements de tambour, le tambour du Compas, rallient chaque année les Haïtiens de partout pour cette fête. Nemours Jean-Baptiste, décédé un mois de mai, ne pouvait pas rêver plus belle fête lui qui était toujours au-devant des dernières innovations pou fè Compas mache. Noël et Cecibon productions, tout seul ont relevé le défi et il est devenu un must que de voir un jour dans sa vie des dizaines de milliers de personnes payer leur Ticket d'entrée, acheter une tenue pour l'occasion et se mettre aux couleurs de notre drapeau. Il n'y a pas meilleur endroit pour se sentir appartenir à une communauté sans renier les divisions et les appartenances diverses qu'au Haitian Compas Festival. Chak moun vini pou djazz pa yo, men tout moun la pou Compas. Au fil des années, tous les autres styles de musiques ont gravi le podium du festival pour exercer leur talent. Le compas, comme il sait très bien le faire, a su intégrer une goutte de chaque rythme à la mode pour ne pas se laisser engloutir. Et cela lui va bien. Cette année, pour la première fois, en plus des nombreux bals, le festival s'étend sur deux jours. À dix-neuf ans, c'est un défi que les organisateurs se lancent et jettent à la face des orchestres. Bonne fête au drapeau, bonne fête à la musique haïtienne, vive Miami capitale du Compas.

Réagir à cet article