La grève est levée au service de l’Immigration et de l’émigration

Publié le 2017-05-19 | Le Nouvelliste

National -

Les employés du service de l'Immigration et d’émigration ont levé leur grève ce mercredi. L’information a été annoncée par le directeur général du ministère de l’Intérieur et des Collectivités territoriales, Fednel Monchéry, à la matinale de Magik9. Le Nouvelliste a constaté la reprise des activités dans le centre de réception du Champ de Mars et le centre de livraison et de doléances de Lalue. Les employés avaient observé ces deux jours de grève en signe de protestation contre l’arrestation, par la Direction centrale de la police judiciaire (DCPJ), de Marie Violette Bijoux la semaine écoulée. Cette employée de la section adoption du service de l’immigration accompagnée de Jean Ariel Gillot, Antonio Laffont, Fridelin Benoit sont accusés de faux et usage de faux, de corruption, et d'association de malfaiteurs aux préjudices de l’État. Marie Violette Bijoux a été dénoncée par Antonio Laffont. Pour avoir été témoin des auditions et des confrontations des prévenus, Fednel Monchéry indique que les agents de la DCPJ ont établi des appels téléphoniques entre les deux personnes. « La police a effectué une perquisition chez Marie Violette Bijoux. On a trouvé 47 fiches de réclamation de passeports et 1 passeport périmé. Les agents m’ont rapporté que la concernée leur a dit qu’elle n’avait rien à ajouter après les preuves d’appels téléphoniques et les choses retrouvées chez elle », a fait savoir Monchéry. Cet arrêt de travail a affecté la production de plus de 4 000 passeports durant les deux jours. Le directeur général du MICT dit avoir rencontré les employés afin de les convaincre de reprendre leur poste. « J' ai partagé avec eux les infos que j’ai obtenues de la DCPJ. La position du ministère de l’Intérieur était articulée autour de la réouverture de ces centres. Nous avons empêché que cet arrêt de travail atteigne aussi les centres de réception et de livraison des villes de province », a-t-il dit, conscient que la grève avait porté préjudice aux contribuables. Par ailleurs, le DG du ministère de l’Intérieur ne veut pas se prononcer sur le cas de Marie Violette Bijoux. Selon lui, il revient à la justice de poursuivre ses investigations et de faire la lumière sur ce dossier. Conscient de l’impact que de tels incidents peuvent avoir sur l’image et la sécurité du pays, Fednel Monchéry indique qu’un ensemble de mesures vont être prises pour protéger les contribuables et les employés. « Déjà, nous demandons à nos employés de respecter les normes établies. Ensuite, la police et la justice auront la responsabilité d’assainir la zone de racketteurs qui n’ont ni titre ni qualité pour se retrouver dans les parages des centres », a-t-il averti.

Réagir à cet article