La Retraite, le roman de Gontran Lamour Jr à découvrir

Livres en folie

Publié le 2017-05-16 | Le Nouvelliste

Culture -

Riche en vocabulaire et en expressions, La Retraite invite les mordus (ues) de la lecture à s’aventurer dans l’univers des mots. Écrit par Y. Gontran Lamour Jr., ce livre dépeint avec dextérité les étreintes langoureuses, les paysages pittoresques, aussi bien que l’impuissance d’une femme de vingt-huit ans face à un cancer du foie. Publié par JEBCA Editions, l’auteur vous Convie donc à prendre La Retraite à Livres en folie. Ses deux cents quinze pages celui-ci vous tient en haleine, mais, n’étanche tiennent en haleine tout lecteur avide et curieux. La Retraite, c’est la description de certains coins du pays pour quiconque voulant échapper à la vie trépidante des villes : La Colline. « Une merveille du Créateur. Une riche verdure s’ouvrait devant lui et chaque enjambée lui faisait apprécier cet environnement où il semblait retrouver son équilibre mental. Il se retrouvait. Tout petit détail l’impressionnait et lui parlait. Entouré de ces arbres majestueux, de cette gamme de papillons de toutes les couleurs et de toutes les dimensions qui égayaient l’air, de cette senteur de terre humide qui émanait du sol, de la symphonie créée par le gazouillement des oiseaux, le bêlement d’une chèvre broutant près d’un sentier, il se sentit heureux durant ces quelques minutes de solitude ». Outre un refuge, elle peint également un potentiel touristique à exploiter : « Nous vivons sur une île dotée de kilomètres et de kilomètres de plages, les unes aussi belles que les autres, qui n’attendent que des visiteurs, des touristes pour jouir de la blondeur de leur sable. Il est temps de combattre l’isolement dont nous souffrons. Nous avons trop à offrir pour rester dans l’anonymat. Nous devons exposer au reste du monde ce que je considère déjà comme une oasis. Le tourisme ! Voilà une de nos planches de salut ! Les autres îles de la Caraïbe l’utilisent judicieusement et se tirent bien d’affaire. Nos voisins de l’Est le développent et font de leurs plages de petits paradis pour les touristes locaux et étrangers. » L’auteur est toutefois conscient des problèmes migratoires du pays qui sont inhérents aux services sociaux de base notamment. Tel un passionné de la vie quotidienne, un visionnaire, il les a habilement énumérés : « Le manque d’opportunités et de cadres permettant aux jeunes et aux autres résidents de la zone de trouver de l'emploi pour se nourrir, prendre soin de leurs familles, contribuer au progrès et au développement de leur communauté. » Il soulève aussi à travers Silotte, cette fillette de huit ans, la problématique de l’intégration des victimes de la vie, en l’occurrence les non-voyants. Il brosse par ailleurs le tableau de cette solidarité qui existe chez les gens de la campagne dans les moments difficiles, en dépit de leurs diversités religieuses (catholiques, adventistes, vodouisants). « Il était ce soir en présence de trois entités qui s’arrogeaient le privilège de chercher à capter l’attention de Dieu. Ces gens étaient tous venus avec la bonne intention de partager, d’exprimer leur désir, d’entrer en communication avec ce qui représente pour eux l’ultime recours, l’aide suprême. Il leur en était reconnaissant. À l’unisson, les voix et les chants fusèrent de la maison, de la cour de la maison des Jamot et de la rue. » Ce texte de Y. Gontran Lamour Junior attire l’attention sur ce fléau mondial qu’est le cancer et fournit des informations sur l’hôpital Bonne fin. Ce dernier serait équipé d’appareils modernes nécessaires au traitement de cancer aux rayons laser : la chimiothérapie. « Ce type de cancer commence en général par une hépatite, une inflammation et une infection du foie. Approximativement, 75% des cas se placent dans cette catégorie. Un deuxième type de cancer du foie de manifeste par la propagation du cancer d’une autre artère dans le foie. Un troisième type commence avec la détérioration des conduits dans le foie lui-même. Le cancer du foie est l’un des plus redoutables. Il est difficile à détecter, quand on en prend connaissance, c’est le plus souvent pour découvrir que le mal s’est propagé. » Hormis quelques redondances, des souhaits de succès sont de mise. La Retraite, roman de Y. Gontran Lamour J. demeure incontestablement un livre à se procurer. Prenez donc votre retraite cette année à Livres en folie.

Réagir à cet article