INAGHEI : 92 étudiants de la promotion Lesly Manigat reçoivent leur parchemin

92 étudiants de l’INAGHEI, de la promotion (2011-2015) portant le nom de Lesly François Manigat, ont reçu leur parchemin lors de la cérémonie de collation de diplôme tenue à l’hôtel Marriott, le dimanche 14 mai. Une cérémonie animée par l'ambassadeur Henry Robert Sterlin, professeur à cette entité de l’Université d’État d’Haïti.

Publié le 2017-05-16 | Le Nouvelliste

National -

L’espace grouillait de gens. Rythmée de couleurs, de discours et d’activités culturelles, la cérémonie de remise des parchemins était plutôt solennelle. Officiels, acteurs responsables de l’Université d’État d’Haïti, professeurs, étudiants, amis et parents des étudiants gradués y ont pris part. D'ailleurs, du début à la fin, le nom du professeur Lesly Francois Manigat, membre fondateur de cette entité de formation, a rayonné à juste titre. Les étudiants de cette promotion n’ont pas choisi le nom du professeur Manigat sur le coup du hasard. « Professeur d’universités, historien, politologue et politicien, président de la République », Lesly Francois Manigat est dépeint comme une source intarissable, un modèle qui inspire encore la jeunesse haïtienne, à en croire l’étudiant Jean-Ernst Mercier, coordonnateur aux affaires financières de la promotion sortante, saluant la mémoire du professeur Manigat, un homme qui, dit-il, a servi notre pays avec honneur. Il a profité de son intervention pour souligner les efforts, mais surtout l’ambition des récipiendaires pour accumuler la somme des connaissances fournies par cette institution. À l’instar de son camarade, l’étudiant Schultz Simpssie Cazir, coordonnateur aux affaires administratives du comité de la cérémonie de collation de diplômes, fait état des sacrifices, mais surtout de la détermination de cette promotion à aller de l’avant. Lui, non plus, qui ne tarissait pas d’éloges à l’endroit du professeur Manigat dont la promotion porte le nom, explique le choix comme un geste voulant montrer à la société, souligne-t-il, « le niveau et le standard » auxquels ils se sont identifiés comme étudiants. Dans son discours, le professeur Newton Juré, vice-doyen aux affaires académiques de l’INAGHEI, a témoigné l’enthousiasme du décanat à l'endroit de cette nouvelle promotion diplômée en sciences comptables, gestion des affaires, administration publique, sciences politiques, bien armée à investir le marché du travail. Pour lui, cette cérémonie de graduation résulte d’un « contrat social » exprimant la « volonté indélébile » de l’UEH de fournir au pays des cadres capables d’aboutir à des changements tant souhaités dans plusieurs domaines de la vie nationale. Trié sur le volet, le parrain de la promotion, Cholzer Chancy, président de la Chambre des députés, a formulé ses « vœux de succès et de réussite » à l’égard des 92 nouveaux diplômés de l’INAGHEI. Ces étudiants, relate-t-il, sont désormais prêts à assumer leurs responsabilités citoyennes, en participant à la « reconstruction » du pays. Il les exhorte à «instaurer le règne du savoir » dans un pays menacé par la pauvreté intellectuelle et culturelle. Ces étudiants, futurs cadres de l’administration publique ou privée, doivent être capables de relever les niveaux de différents débats d’idées, en luttant avec acharnement contre « la médiocrité » pour le triomphe de « la qualité et le sens des valeurs morales et intellectuelles», recommande le député Chancy, également ancien étudiant de l’INAGHEI entre 1991 et 1995. De son côté, l’ancienne ministre des Affaires sociales et du travail, Josefa Raymonde Gauthier, marraine de la promotion, n’a pas manqué d’encourager les diplômés à réaliser leurs différents projets professionnels, tout en promettant de les accompagner. Invitée spéciale de la cérémonie, la professeure Mirlande Hyppolite Manigat a félicité les étudiants qui sont parvenus à boucler le cycle d’études à l’INAGHEI. Accompagnée d’autres membres de sa famille, Mirlande Manigat s’est réjouie que la promotion ait décidé de rendre hommage à son mari défunt. Ce dernier a été campé avec maestria par sa femme qui a rappelé ses empreintes dans la société, notamment dans le monde universitaire ou académique. Absent de la cérémonie, tout comme les deux vice-recteurs de l’Université d’Etat Haïti, le recteur Fritz Deshommes, s’était fait représenter par Wilson Dorlus, le secrétaire général de l’UEH. Ce dernier loue la « détermination, le courage, la constance, le dévouement » de cette promotion d’étudiants de l’INAGHEI. Il leur demande de regarder l’avenir avec des yeux plutôt réalistes, en prenant conscience du réel et des réalités elles-mêmes, pour éviter de sombrer dans l’échec. Wilson Dorlus conseille les étudiants à « aborder leur parcours professionnel avec intégrité et bonne pratique déontologique ». L’un des récipiendaires, Bayard Moïse, diplômé en sciences comptables, dit souhaiter que l'État, dans sa perspective de renforcement institutionnel, puisse utiliser les ressources humaines compétentes et qualifiées des facultés publiques et privées, à travers un programme de recrutement systématique basé sur le concours et la méritocratie.

Réagir à cet article