Visite de courtoisie

Le ministre Hervé Denis, visite Le Nouvelliste

En visite de courtoisie, vendredi au Nouvelliste, le ministre de la Défense en a profité pour expliquer aux responsables du journal les grands points de la lettre de cadrage que lui a remise le Premier ministre. Pour Hervé Denis, la réorganisation des Forces armées d’Haïti est déjà en marche même si cela peut s’étendre au-delà du quinquennat de Jovenel Moïse…

Publié le 2017-03-31 | Le Nouvelliste

National -

« Pour ma première visite officielle d'un média, je crois que je la devais au doyen de la presse haïtienne », a louangé le ministre de la Défense. Hervé Denis qui avoue avoir grandi un peu à la rue du Centre, le quartier où se trouve Le Nouvelliste, a voulu témoigner du respect au journal. Pendant environ 45 minutes, l’officiel du gouvernement, le directeur du journal, Max E. Chauvet, et le rédacteur en chef, Frantz Duval, ont discuté des grands chantiers du ministère de la Défense notamment la réorganisation et la mise en fonction des Forces armées d’Haïti. Dans la feuille de route que lui ont confiée le chef de l’État et le Premier ministre, Hervé Denis a pour mission principale de rendre fonctionnelles les Forces armées d’Haïti. « Bien avant l’existence de la feuille de route, a-t-il souligné, nous avions déjà deux bases militaires dans le pays et des enrôlés qui ont été formés en Equateur et au Collège de la défense aux États-Unis… » Environ 17 jeunes Haïtiens reçoivent actuellement des formations en génie militaire en Equateur et 122 autres déjà formés se sont déja placés dans les deux bases situées à Gressier et dans l’Artibonite. Ces deux bases sont sous le commandement du capitaine Dieudonné, a informé le ministre, rappelant que les Forces armées d’Haïti existent dans la Constitution du pays. M. Denis a estimé que les embryons de l’armée sont là. « Maintenant, c’est notre travail de soumettre un plan d’action au gouvernement pour les six premiers mois. C’est une demande qui nous est faite par le président de la République et le Premier ministre. Ensuite, nous allons soumettre un plan d’action qui s’étendra sur le quinquennat », a-t-il expliqué. Sous l’administration de Michel Martelly, Hervé Denis occupait le poste de vice-président à la commission qui travaillait sur le Livre blanc de l’armée. Il s’y connait. La feuille de route, a-t-il dit, est réalisable. Mais il faut la voir à moyen et à long terme et même à un horizon qui dépasse le quinquennat du chef de l’État. Le ministre de la Défense a annoncé qu’il va continuer le processus d’enrôlement de jeunes pour les Forces armées. Il y aura, a-t-il dit, des annonces invitant les intéressés à s’inscrire pour intégrer le corps militaire. Hervé Denis n’est toutefois pas encore en mesure de dire combien de jeunes il comptait enrôler sur les cinq années du pouvoir de Jovenel Moïse. Cependant, pour le moment, Hervé Denis ne peut pas grand-chose. Il doit attendre le budget rectificatif pour matérialiser son plan d’action. Les contraintes budgétaires limitent actuellement ses actions. Avec le budget de 430 millions de gourdes pour son ministère, « il est hors de question de penser pouvoir faire quelque chose avec ce montant-là », a-t-il plastronné. Il a donné la garantie qu’il y aura une différence énorme entre les forces armées démobilisées par l’ancien président Jean-Bertrand Aristide en 1995 après son retour d’exil et la nouvelle structure militaire. « D’ailleurs, vous m’entendrez parler très peu de l’armée, mais d’une force de défense. Les points focaux seront d’abord un corps de génie pour lutter contre les catastrophes naturelles, la contrebande, le terrorisme…. Ensuite, il y aura un corps médical. Ce ne sera pas une force tournée vers la répression, mais une force au service du développement », a promis le ministre de la Défense. Pour Hervé Denis, les adversaires du pays ont changé. «Les Forces armées d’Haïti auront à lutter contre les catastrophes, la contrebande, le terrorisme, entre autres», a-t-il répété.

Réagir à cet article