Audiences criminelles sans assistance de jury : tout est fin prêt pour le déroulement du procès de Lencie Mirvil

Publié le 2017-03-15 | Le Nouvelliste

National -

Après le dossier Clifford Brant et le dossier Sandro Joseph, le tribunal criminel siégeant sans assistance de jury se prépare à démarrer le procès tant attendu dans le cadre de la reprise des audiences criminelles sans assistance de jury débutées le lundi 13 mars 2016. Il s’agit du dossier de l’assassinat de Lencie Mirvil, a annoncé le doyen du tribunal de première instance de Port-au-Prince, le juge Bernard Saint-Vil. Le dossier avance à grands pas, selon le magistrat. Le commissaire du gouvernement de Port-au-Prince a déjà communiqué son réquisitoire définitif au juge d’instruction travaillant sur cette affaire. Les actes d’accusation de l’accusé sont transférés au tribunal criminel. Il nous reste seulement quelques formalités à remplir, a avancé Me Saint-Vil. Lencie Mirvil, jeune étudiante en agronomie à l’Université Quisqueya, 23 ans, a été kidnappée le 1er décembre 2015, à Bizoton par un proche de sa famille. Elle fut violée, torturée, puis assassinée. Son corps a été retrouvé le 8 décembre dans un ravin sur la route de l’Amitié menant à Jacmel, quoique ses parents aient eu le temps de verser une rançon de 50 000 dollars américains aux ravisseurs le mercredi 7 décembre. Les présumés assassins de Lencie Mirvil ont été appréhendés par les agents de la Direction centrale de la police judiciaire (DCPJ) dans la nuit du 19 au 20 décembre 2015. Il s’agit de : Guerrier Jean Francky, Barthelemy Edison, Geraldy B. William et Désir Jebson, dit Sonsonn. Ce dernier est un habitué de la maison qui a travaillé avec le père de la victime comme mécanicien. Plusieurs autres dossiers en état de jugement relevant de la compétence du tribunal criminel vont être entendus dans le cadre de ces audiences criminelles : association de malfaiteurs, viol, vol à main armée, vol à escalade, faux et usage de faux, tentative d’assassinat, enlèvement suivi de séquestration contre rançon. « Pour l’instant, on a deux ou trois dossiers par jour; mais à partir de la semaine prochaine on va passer à environ 5 cas quotidiennement afin de dégorger les prisons », a-t-il indiqué. Dans le cadre de la lutte contre la détention préventive prolongée, de nombreux procès seront suivis avec une attention particulière au cours de la reprise de ces audiences criminelles qui prendront fin le jeudi 16 avril prochain. « Si certains ont déjà débuté, d'autres le seront ou sont en attente de jugement », a fait remarquer le doyen du tribunal civil qui, dit-il, va mettre les bouchées doubles afin d’écouler le plus de dossiers possible.

Réagir à cet article