Célébration des 30 ans de la FHADIMAC

Son Apport à la Communauté

Publié le 2017-03-13 | Le Nouvelliste

Idées & Opinions -

La Fondation haïtienne de diabète et de maladies cardio-vasculaires (FHADIMAC) est la seule institution haïtienne dont la mission essentielle est d’aider les personnes affectées par le diabète et les maladies cardio-vasculaires à «mieux vivre avec leur condition». En 1987, sous le patronage du Lions Club de Port-au-Prince Central, l’Association haïtienne de diabète (AHD) est créée. Comme première activité, elle inaugure deux cliniques pour diabétiques nécessiteux : l’une au dispensaire de l’Hôpital de Saint-François de Sales en janvier 1987 et l’autre, quelques mois plus tard, au centre CDS à Cité-Soleil, à cause de l'affluence d'un grand nombre de diabétiques dépassant les capacités d’accueil de l’Hôpital Saint-François de Sales. En 1989, l’AHD bénéficie de la générosité de Madame Marie José Charles qui offre comme local sa maison de famille sise au numéro 208 à Lalue et qui, jusqu'à ce jour, continue à abriter la fondation. Toutes les activités y sont alors transférées : en plus des cliniques, les séances éducatives journalières et la vente des médicaments à prix réduit aux membres. En 1993, à cause de la fréquence élevée de l’hypertension artérielle chez les diabétiques, l’AHD devient la FHADIMAC (Fondation haïtienne de diabète et de maladies cardio-vasculaires). En 2003, la FHADIMAC entreprend une étude, première de son genre en Haïti, sur la prévalence du diabète, de l’hypertension artérielle et des facteurs de risque dans la région métropolitaine (étude PREDIAH) dont les résultats sont publiés en décembre 2006 dans la revue scientifique «Metabolism and Diabetes Journal». Ces deux pathologies ( le diabète et l'hypertension artérielle) sont très fréquentes en Haïti. Au-delà de 20 ans, 45% des Haïtiens souffrent d’hypertension artérielle et 7 % de diabète. Chez les individus dépassant 50 ans, prés de 15% développent une intolérance au glucose (prédiabète) et plus de 60%, l’hypertension artérielle. En 2010, le séisme laisse des centaines de diabétiques et d’hypertendus dépourvus de médicaments. Sans l’aide de la Fhadimac beaucoup de survivants au séisme seraient morts. Au lendemain du séisme, la Fhadimac a été la seule institution à offrir des soins adéquats aux patients diabétiques et hypertendus. Elle a pu voir gratuitement pendant 6 mois 1 500 patients avec environ 4 000 visites réalisées. Par la suite, elle a étendu ses services à certaines communautés du département de l'Ouest en ouvrant d'abord 4 cliniques satellites à travers Port-au-Prince puis en démarrant une clinique mobile pour desservir 10 centres affiliés satellites dans ce même département. De plus, la FHADIMAC a formé le personnel médical de ces 10 établissements de santé en diabétologie. Pendant cette même période, elle a sensibilisé et éduqué des milliers de patients et leurs proches à l’importance du diabète et sa prise en charge. Elle a aussi formé un groupe de jeunes leaders qui allaient dans les communautés faire du dépistage et de la sensibilisation. Grâce à son programme de formation, elle a entraîné des centaines de médecins, d’étudiants en médecine, d’infirmières, d'agents de santé, de pharmaciens, de techniciens en laboratoire. En 2012, dans sa «Caravane du diabète» qui a parcouru les départements du Sud et du X, elle a touché plus de 145 600 individus, fait des tests de dépistage pour 10 583 et diagnostiqué cette condition dans 1 326 cas, soit une prévalence de près de 8 pour cent de la population examinée. Au local de la FHADIMAC, des séances éducatives journalières sont dispensées journalièrement. Les patients réalisent, lors des thérapies de groupe, qu’ils ne sont pas seuls et partagent leurs expériences sur la façon de gérer leur condition. Depuis 2012, la Fhadimac organise un camp pour jeunes souffrant de diabète type 1 de moins de 30 ans. Grâce au programme «Life for a Child», elle leur fournit tout le matériel et l'insuline nécessaire pour le traitement du diabète. Le diabète touche tous les organes du corps, particulièrement les yeux, les reins, le cœur, les pieds. Grâce au projet du World Diabetes Foundation et de la Americares, la Fhadimac a suivi pendant 2 ans 1000 patients diabétiques qui ont eu des évaluations complémentaires pour tous ces organes cibles. En plus des activités cliniques, ont été entreprises des recherches sur la prévalence du diabète et de l’hypertension artérielle en Haïti, des enquêtes sur la transition nutritionnelle en Haïti et au Canada chez les Haïtiens et les Béninois, une étude sur l’utilisation des plantes et des aliments pour le contrôle du diabète et de l’hypertension artérielle dans la région métropolitaine. Pour améliorer la prise en charge du diabète et de l’hypertension artérielle, la FHADIMAC aimerait étendre ses activités à travers le pays, en réalisant les projets suivants : 1- sensibiliser et conscientiser le personnel de Santé et toute la population haïtienne au diabète et les autres conditions chroniques; 2- ouvrir des centres satellites à travers le pays ainsi que des cliniques mobiles pour rendre le traitement accessible à toute la population; 3- rendre disponibles les médicaments essentiels, dont l’insuline, à tous les diabétiques; 4- étudier les remèdes traditionnels (plantes, herbes, fruits) et leurs effets hypoglycémiques et hypotenseurs; 5- améliorer l’état de santé des personnes déjà atteintes de diabète : il s’agit d’un impératif économique et humanitaire; 6- empêcher le développement du diabètes de type 2 ¬– pour éviter et réduire les coûts faramineux et l’impact de ce fardeau toujours plus lourd qu’est le diabète. FHADIMAC À suivre pendant le mois de mars 2017

Réagir à cet article