PAP Jazz / Afterhour / Presse Café – 6 mars

Nous avons craqué pour « S.M.S Kreyòl »

Publié le 2017-03-07 | Le Nouvelliste

Ticket Mag -

J comme jeunesse ! J comme dans joie et jovial. Voilà qui définit le style de jazz pratiqué par ce quartet « S.M.S Kreyòl » ainsi que l’ambiance ou le public qui l’entoure. « S.M.S » pratique un style de jazz longtemps sous-estimé et mis à l’index par les musiciens traditionnels, seniors, et la critique rigide et sévère : le « smooth jazz» ou « popjazz », ci-devant jazzfusion et jazzrock. Considéré comme commercial et alimentaire, pour musiciens affamés, vus comme une voie de garage pour artistes désargentés, le popjazz était jugé facile par les censeurs et ne « swinguait » pas suffisamment à leur goût. Dans leur approche conventionnelle, sérieuse et conservatrice du moins. « Jazz inférieur et de consommation », disaient-ils. Mais le jazzfusion plaît énormément aux jeunes générations, avec les genres de la pop music ou rock music américaine, ses rythmes « binaires » très dans le coup, très actuels : R&B, funk et disco funk, rock&roll. Il fait danser dans les discothèques : il « swingue » donc à cet égard, par son côté entraînant. Quel excellent compromis pour approcher et drainer le public juvénile ! L’amener à découvrir le jazz et à écouter progressivement ses styles aînés dits « adultes ». Des musiciens de génie ou de grand talent comme Miles Davis, Chick Corea, Herbie Hancock, Wayne Shorter, Joë Zawinud et le groupe « Weather report » ont utilisé les moules et les cadences de la « fusion » pour composer des chefs-d’œuvre. À partir de là, le jazzpop a gagné en respectabilité, il est devenu une catégorie à l’égal des autres dans la musique afro-américaine improvisée. Il est remonté dans l’estime des oreilles savantes qui se sont décrispées et qui sont devenues plus tolérantes envers ses rythmes « binaires ». Les adultes ont donc pris un bain de jeunesse. Presse-Café, ce soir-là, ne désemplissait pas. Il regorgeait de jeunes et de moins jeunes venus à l’appel des organisateurs et de leur publicité. Ils étaient attirés par le jazz tout court ; étrangers ou Haïtiens. Vers 8h 30 p.m., présentés par un membre du staff de PAP Jazz, les musiciens de « S.M.S Kreyòl » commençaient leur concert en deux « sets » avec intermède. Marckly Chéry (guitare stratocaster), Nathanaël Cinéus (keyboard), Steve Cinéus (basse et chant), Olivier Edelin (batterie) et leurs invités nous ont tenu en haleine jusqu’à la fin. Le groupe avait convié le saxo ténor Ricardo Lafond, le chanteur Therly Job, la chanteuse Coralie Hérard et d’autres à les rejoindre. Du rythme ! Du rythme ! De la danse ! Nous avons savouré particulièrement « vent déchaîné » de Marcky Chéry ; « Full house » de Wes Montgoméry en 6/8 lent ou ¾ rapide ; « Mèsi Bondye » de Frantz Casséus en version funk’n’R’n’B puis en samba, mettant en relief le saxo et le chant du bassiste ; « Close your mouth » en version compas, avec une citation aux claviers de « Pa manyen fanm lan konsa » ; « Peze kafe » en version 6/8 et yanvalou, introduit avec originalité, bénéficiant de la CODA « Show off » et longue de Ricardo Lafond ; la version funky et smooth de « Sometime I am happy » du jeune chanteur Therly Job qui nous a électrisés… et tant d’autres morceaux mémorables. Très bonne soirée. Bravo les gars ! J’ai craqué pour « S.M.S Kreyòl »! Je l’avoue sans fard.

Réagir à cet article