Ki politk lengwistik pou Ayiti?

Publié le 2005-07-07 | Le Nouvelliste

Culture -

Par Lyonel Trouillot Je commencerai par deux anecdotes. Premye istwa a, se yon jou m antre nan yon antrepriz prive. Anplwaye a, tèt bese pa okipe m, mwen di « eskize m, madmwazèl » li entewonp mwen, li di « chita tann », mwen di, « parrrrdon ! », li di « excusez-moi, monsieur, je suis à vous tout de suite ». Elle violait, en libre injustice, mes droits de créolophone. Deuxième anecdote : Je faisais mon plaidoyer de défenseur du créole à un paysan de l'Artibonite. Il a interrompu ma diatribe pour me dire simplement : « tout sa ou di a bon, men oumenm ou gen de alòs mwen, mwen gen yon sèl ». Il réclamait, en toute justice, le partage de cette richesse qu'est le bilinguisme. L'analyse concrète de la situation sociolinguistique illustrée par ces anecdotes m'amène aux conclusions suivantes : Sitiyasyon lengwistik ak enjistis sosyal Nan « Haïti, (re) penser la citoyenneté »° mwen te poze kesyon: èske yo kapab konstwi yon sitwayènte san santiman ni reyalite sitwayènte sa a pa chita sou yon kominote lengwistik ? Mwen pa kwè sa posib. Menm kant nan plizyè sosyete gen yon pati nan popilasyon an ki pale yon lang, yon lòt pati ki pale yon lòt lang, Leta mete règ, li jwe wòl abit pou de kominote lengwistik sa yo egal devan lalwa. Nan ka peyi d'Ayiti a, nou genyen yon enjistis lengwistik ki gen de fas. Premye fas la : yon lang tout Ayisyen pale ki rete yon lang dezyèm klas, yon lang ki pa gen prestij sosyal, yon lang ki pa benefisye lajan Leta ni estrikti Leta ta mete pou li grandi, pou li ta kapab ranpli tout fonksyon sosyal (konesans tout nivo, kominikasyon jeneral, zouti administratif...) yon lang kapab ranpli. E lang sa a, se li sèl majorite moun nan peyi a genyen. Devalorize lang sa a, Kreyòl la, se devalorize moun yo ki pale lang sa a sèlman ; se devalorize tou yon pati nan kilti moun ki pale tou de lang yo. Yon peyi ki pa ban m dwa pou m pale lang mwen tout kote, jwenn konesans ladan l, li ak ekri nenpòt kalite tèks nan lang mwen sa a, pa sa pretann li rekonèt mwen kòm sitwayen. Tout moun, si yo pa malonèt, rekonèt se yon dwa natirèl, kiltirèl, politik Leta fèt pou pèmèt sitwayen yo egzèse. Men gen yon lòt fas enjistis sosyo-lengwistik la : yon lang ki fè pati patrimwàn lengwistik ak patrimwàn istorik peyi a ki nan men yon ti gwoup moun, e moun sa yo itilize l osnon li sèvi yo (menm kant yo pa vle) kòm yon zouti esklizyon ak dominasyon sitwayen ki pa metrize lang sa a viktim. Lang franse a se yon byen ki nan eritaj istorik peyi a ki pa separe ak tout peyi a. Kant yon peyi òganize yon jan pou li bay yon gwoup moun yon richès, yon avantaj sosyal-lengwistik sou yon lòt gwoup moun, inegalite a pa senpman yon zafè santiman, se yon inegalite ki reyèl : gwoup ki gen de a gen tout kalite avantaj sou gwoup ki gen yon sèl la, prestij sosyal, avantaj pwomosyon sosyal, pi bon plas sou mache travay la, plis ouvèti sou rès lemonn lan, plis konesans... Deux empêchements à l'exercice de la citoyenneté et à la construction d'une image valorisante de soi et de l'ensemble : la dévalorisation systématique de la première composante de notre patrimoine linguistique ; la confiscation de la deuxième comme capital social d'une minorité. Une politique linguistique pour corriger le déficit de citoyenneté La seule politique linguistique pouvant corriger le déficit de citoyenneté perpétué par la situation linguistique d'Haïti me semble être la construction à moyen terme d'un bilinguisme créole-français pour l'ensemble de la nation. La tentation facile de considérer le français comme une langue étrangère comme une autre, l'anglais par exemple, me semble un refus délibéré de tenir compte d'une donnée fondamentale : la nécessité de préserver la spécificité culturelle de notre état nation dont l'une des composantes est le patrimoine linguistique. Par ailleurs le fait qu'il n'existe nulle part un bilinguisme « parfait » ne constitue pas une objection à la politique que je propose. Il ne s'agit pas d'atteindre la perfection mais de mener une politique équitable assurant un minimum d'égalité de chances et offrant des repères symboliques communs de manière à fonder un sentiment d'appartenance. Il convient de mettre fin à la double injustice. Valoriser le créole par des mesures claires et contraignantes : répondre à l'obligation constitutionnelle du bilinguisme dans les documents officiels ; développer la production écrite et le matériel pédagogique ; sanctionner (comme on sanctionne le racisme) tout discours et toute attitude discriminatoires envers le créole dans l'espace public. Et, dans le même temps, donner accès au français à l'ensemble de la population par l'instruction publique et une politique d'aménagement linguistique non limitée à l'éducation formelle. La politique menée par l'Etat ne peut trouver ses fondements dans le ressentiment (la langue française n'est pas coupable du fonctionnement de la formation sociale haïtienne), dans la discrimination (la discrimination de fait contre le créole est une violation des droits des créolophones), dans la reproduction systématique de l'inégalité qui entraîne un déficit de citoyenneté. Au contraire, la politique adoptée doit viser à combler le déficit de citoyenneté et à pérenniser des structures assurant l'équité sociale et des conditions minimales d'égalité de chance. Préjugés sociaux et distribution inégale des richesses, voilà ce que l'Etat a toléré jusqu'ici, et ce qui doit cesser. Quitte à faire des mécontents. Par des mesures administratives, des lois (incluant la justice pénale), des réformes dans l'éducation (la politique linguistique ne peut cependant être comprise comme réduite au domaine de l'éducation et doit être résolument distinguée de la question de l'alphabétisation), des programmes d'aménagement linguistique (incluant médias, entreprises...) l'Etat, dans une volonté d'intégration, de respect et de partage égal de toutes nos richesses culturelles, doit oeuvrer pour mettre fin à la double injustice.

°Haïti, (re)penser la citoyenneté, Lyonel TROUILLOT, HSI, 2001 Auteur

Réagir à cet article