Et Jovenel devint président Moïse en choisissant tout seul son premier ministre

Publié le 2017-02-22 | Le Nouvelliste

Editorial -

« Après une deuxième série de consultations avec les présidents des deux chambres, j'ai fait choix du Dr Jack Guy Lafontant comme Premier Ministre », a-t-on pu lire mercredi soir sur le compte Jovenel Moïse sur Tweeter. C'est la première vraie décision du président Jovenel Moïse. Il a choisi tout seul son premier ministre et en a fait l'annonce à travers un tweet. En coupant court aux rumeurs de cette façon, le président sort la politique de la rue pour prendre en main les affaires d'État. Il surprend. C'est nouveau. Pour ceux qui suivent de près les actions du nouveau président, ce n’est que ce 22 février qu’il s’affirme chef de l’Etat. Le candidat inconnu qu’il a été, ce qui lui a porté chance, a choisi de faire confiance à un inconnu comme lui pour devenir premier ministre. C’est un pari risqué, mais déstabilisant pour les faiseurs de rois. Avec le Dr Lafontant, le président Moïse fait le choix d’un ami proche qui a toute sa confiance. Le médecin, professeur d'université, très engagé avec le mouvement Rotary, a été présent à ses côtés dès le lancement de sa campagne, l’a accompagné pendant les longs mois de la conquête du pouvoir et s’occupait de la commission santé dans son équipe. Celui que l’on voyait comme le prochain ministre de la Santé est désigné pour devenir premier ministre si tout se passe bien au Parlement. C’est d’ailleurs le refus du Parlement d’accepter le choix de l’homme d’affaires, banquier et assureur de renom Olivier Barrau qui a porté l’homme de la banane à donner un coup de pied dans la fourmilière. « Les parlementaires ne voulaient pas de son candidat Olivier Barrau, ils voulaient imposer le leur, le président est allé chercher un illustre inconnu qui n’a ni ennemi, ni dette, ni redevance envers personne pour trouver le juste milieu », a expliqué au Nouvelliste une source proche des négociations. Jack Guy Lafontant n’a, non plus, aucun appui ni allié politique. Il devra s'appuyer sur le président. Avec ce choix, on sort des batailles de clans, de classes sociales, de couleurs que certains agitaient. Chaque groupe voulait imposer un premier ministre, le président a choisi tout seul comme d’autres avant lui depuis 1988 que le pays a des premiers ministres. Reste à savoir comment Jovenel Moïse va convaincre le Parlement de le suivre dans son choix. Les parlementaires se voyaient déjà au septième ciel avec un gouvernement à la mesure de leurs ambitions. Comment vont se passer les négociations pour faire ratifier la politique générale du néophyte et la répartition des postes ? Il n’est que d’attendre.

Réagir à cet article