Réseaux sociaux/ Justice

La diffusion d’une vidéo d’une mineure violée : le parquet a décrété « tolérance zéro »

La diffusion d’une vidéo d’une mineure violée sur les réseaux sociaux a suscité l’indignation au sein de la société haïtienne. Des gens choqués, notamment le sénateur de l’Ouest Jean Renel Sénatus et le commissaire du gouvernement de Port-au-Prince, Me Jean Danton Léger, connus pour leur lutte contre la prostitution infantile et le détournement des mineurs, sont montés au créneau pour dénoncer cet acte odieux et malsain, lors d’un point de presse donné au parquet de Port-au-Prince, ce jeudi 26 janvier. Une récompense de 500 000 gourdes est réservée à la personne qui arrive à mettre la main au collet de ces violeurs.

Publié le 2017-01-26 | Le Nouvelliste

National -

Cette vidéo humiliante diffusée par ses agresseurs a été largement relayée au cours de cette semaine sur les réseaux sociaux par les internautes. Cette adolescente de 16 ans dont l'identité n’a pas été révélée à la presse a été violée par cinq hommes la semaine dernière, à Pétion-Ville, dans la localité de Désermite. Un acte prémédité vu qu’elle était tombée dans un guet-apens tendu par ses agresseurs, a expliqué le sénateur de l’Ouest Jean Renel Sénatus visiblement remonté. « J’ai rencontré la victime et ses parents hier soir vers les 10 heures 30, ils sont traumatisés et stigmatisés. On a déjà pris des dispositions pour donner un appui financier, psychologique et médical à la victime et à ses parents», a indiqué le sénateur Sénatus, précisant que son bureau va faire des démarches en vue de déloger la famille et de chercher un autre établissement scolaire pour la victime. Dans la vidéo circulant sur les réseaux sociaux, les responsables de la justice et de la police nationale ont pu identifier trois de ces cinq malfrats. Il s’agit de Sonson, Toto, Wisky ainsi connus et René Rony, a-t-il dit. Une récompense de 500 000 gourdes est réservée à la personne qui arrive à mettre la main au collet de ces voyous, a –t-il fait savoir. Le sénateur Sénatus surnommé « Zokiki » demande aux représentants des différentes institutions notamment la Police nationale, le ministère de l’Éducation nationale et de la Formation professionnelle, le ministère de la Justice et de la Sécurité publique de jouer leur partition dans la bataille lancée contre la délinquance juvénile. De ce fait, dans l’objectif de freiner l’élan vertigineux de la délinquance juvénile en Haïti, le parquet de Port-au-Prince a décrété la « tolérance zéro » contre tous les bandits de grand chemin qui posent des actions susceptibles de porter atteinte à la moralité et de nuire à la jeunesse dans son développement. Des dispositions vont être prises dans les 48 heures en vue de protéger les mineurs, a lâché Jean Danton Léger. « Dans les 48 heures qui suivent, on va fermer les portes de tous les hôtels, les motels et les night-clubs qui n’ont pas d’écriteau », a martelé le chef du parquet de Port-au-Prince. « Les responsables des différentes institutions étatiques vont être déguisés dans les boîtes de nuit afin d’appréhender les propriétaires de ces business qui recrutent des mineurs pour travailler », a averti Jean Danton Léger. Par ailleurs, le porte-parole adjoint de la Police nationale a fait savoir que 12 individus ont été arrêtés dans le cadre de ce dossier. La police recherche activement les auteurs du crime : Wisky, Toto, Sonson ainsi connus et Rony René alias «Roro ». Ces personnes sont poursuivies pour viol collectif et association de malfaiteurs, a déclaré Gary Desrosiers.

Ruth Cadet
Auteur
Ses derniers articles

Réagir à cet article