Maxime Thurière invite à porter du bois !

Bracelets, montures de lunettes, montres, colliers, étuis pour téléphone, le tout fait en bois ! C’est ce que propose Enbois By Maxim, cette entreprise qui jusqu’à date, a fait de l’Internet sa principale vitrine et son unique magasin. Maxime Thurière, fondateur de Enbois By Maxim, revient avec plaisir sur son aventure pour les lecteurs de Ticket.

Publié le 2017-01-10 | Le Nouvelliste

Ticket Mag -

« L’histoire de « Enbois » a commencé dans mon dortoir à University of South Florida (USF) à Tampa, en Floride », explique Maxime Thurière. Comme beaucoup d'autres étudiants cherchant un moyen de se faire un peu d'argent, le jeune homme de 23 ans a décidé de lancer sa petite entreprise après que ses amis avaient commencé à acheter ses bracelets faits de perles en bois. « Je voulais que les bijoux donnent aux gens un sentiment simple et naturel. Le bois m’a semblé être le matériau parfait pour cela », continue l’artiste. Le projet était tout aussi audacieux qu’original. Et quand il a fallu trouver un nom pour la nouvelle entreprise, Maxime Thurière n’a pas été le chercher trop loin. « J'ai pensé qu'en gardant un certain thème, les bijoux seraient facilement identifiés ou marqués. Vite fait, j’ai pensé à « Enbois » comme nom de l’entreprise », confie Maxime qui détient un baccalauréat en sciences biomédicales depuis 2015 du USF. Le jeune homme pense d’ailleurs rentrer à l’école de médecine bientôt. Mais pour l'instant, Enbois by Maxim, entreprise basée dans le sud de la Floride, est sa principale occupation. Pour la création de chaque pièce, l’artiste commence d’abord par décider du type de bois qui sera utilisé. « Nous n’utilisons que du bois qui pousse rapidement et qui n'est pas rare. Principalement, le bambou et d'autres types de bois tropicaux. Nous commandons le bois de plusieurs fermes de bois à travers le monde. Il arrive chez moi, en Floride, où il est coupé et assemblé. Nous travaillons également avec plusieurs coupeurs de bois aux États-Unis pour des coupes de précision sur les montres, lunettes de soleil et pochettes de téléphone. Il m’arrive d’avoir l’aide de trois de mes amis. Mais la plupart du temps, je préfère travailler seul, car cela me permet d’être sûr de maintenir le standard que je veux », précise Maxime. Le business a connu une expansion rapide. Fort de ce succès inattendu, le jeune homme a voulu rattacher une responsabilité sociale à son œuvre. « Puisque les matériaux que nous utilisons sont principalement du bois, je me suis dit : pourquoi ne pas contribuer au reboisement en Haïti », explique le maître à penser de « Enbois by Maxim ». C’est ainsi qu’a pris naissance un partenariat avec « The Haiti tree project » par lequel « Enbois » s’est engagé à donner pour chaque pièce vendue, la somme nécessaire pour mettre 5 arbres en terre. « Je me suis associé à HTP depuis mars 2016, date à laquelle j’ai visité Cavaillon. J’ai su immédiatement que nous pourrions travailler ensemble. HTP est géré par des locaux de Cavaillon. Il y a donc un sentiment de fierté qui accompagne leurs efforts. Je tâche de rentrer en contact avec le président de l’organisation chaque semaine pour être sûr que tout se passe bien », affirme le jeune entrepreneur, content de contribuer à une grande cause, notamment après le passage de l'ouragan Matthew qui a fait de grands ravages dans le Sud du pays. Bien qu’il a pris naissance en Floride, Maxime Thurière revendique ses origines haïtiennes. Il rentre au bercail deux fois par année. Et le contact avec sa famille lui permet de rester connecter à Haïti. Il est d’ailleurs le jeune frère de Sébastien Thurière qui porte le maillot de la sélection nationale depuis un certain temps déjà. Avec ses bijoux et autres accessoires qu’il crée et sa petite entreprise qu’il a mise sur pied depuis mars 2015, il espère contribuer à améliorer l’image du pays tout en supportant une œuvre locale à travers le Haiti Tree Project. Pour l’heure, les articles signés « Enbois » sont exclusivement disponibles en ligne sur le site de l’entreprise qui assure une livraison mondiale. Avec comme principaux mannequins lui-même et son footballeur de frère, il utilise à bon escient le web qui lui sert de principale vitrine et d’unique magasin. Maxime espère toutefois avoir quelques pièces dans des magasins en Haïti dans le courant de l’année 2017.

Réagir à cet article