Retour payant de Charles Hérold en sélection

UNE Il a été, selon certains observateurs, l’un des plus brillants Grenadiers ayant disputé et gagné (4 au 8 janvier) le tournoi triangulaire qualificatif à la Gold Cup 2017, disputé à Alto Boldon, Couva, San Fernando (Trinité-et-Tobago). Un petit flash back sur la carrière de l’un des joueurs le plus talentueux produits par le football haïtien entre 2000 et 2016.

Publié le 2017-01-09 | Le Nouvelliste

Ticket Mag -

Avant son come-back en sélection nationale, le 2 septembre 2016, au stade Sylvio Cator face au Costa Rica, victorieux d’Haïti 1-0 en éliminatoires de la Coupe du monde de la FIFA, Russie 2018, Charles Hérold Junior, discret, absent même, a disputé son dernier match avec les Grenadiers, le 8 juillet 2013, à Red Bull Arena, Harrison, NJ (USA). Pour l’occasion, Haïti avait été défaite par le Honduras : 0-2, en match de poule de cette Gold Cup. Ainsi, l’enfant terrible du football national a brillé par son absence, en équipe nationale pendant près de 3 ans, 2 mois et 23 jours. Pendant son absence, Haïti a disputé, dans la foulée, l’édition 2014 de la coupe Caraïbe des nations, l’édition 2015 de la Gold Cup, la Copa America Centenario 2016, le 3e tour des éliminatoires de la Coupe du monde de la FIFA, Russie 2018. En effet, sans l’ex-métronome du Tempête FC (Saint-Marc), Haïti a joué, en tout et pour tout, 29 rencontres (8 victoires, 14 défaites, 7 nuls). Si Haïti, sous la houlette de Marc Collat, sans Charles Hérold, a brillé lors de la Gold Cup 2015 (éliminée en quarts de finale par la Jamaïque : 0-1). Pour certains observateurs, l’équipe haïtienne avait besoin d'un joueur capable de temporiser le jeu et de distiller de très bons ballons, de quoi alimenter la ligne offensive des Grenadiers. Pour combler ce vide, Blake Cantero (2013), Marc Collat (2014 et 2015) et Patrice Neveu (2016), ont essayé, et ce en vain, avec Jeff Louis, Sébastien Thurière, Soni Mustivar ou encore Kévin Lafrance et Max Hilaire. Le directeur technique national, Wilner Etienne, si l’on se fie à ses propos, a tenté vainement d'imposer Charles Hérold à Patrice Neveu en vue de jouer la Copa Centenario 2016. Entre-temps, à travers les réseaux sociaux, on ne cesse de scander le nom de Charles. Même cas de figure dans une bonne partie de la presse sportive haïtienne. Malgré tout, dans les couloirs de la FHF, on voyait très mal le retour de l’enfant terrible du football national. Placé sur un siège éjectable, à la recherche de la bonne grâce du public haïtien, Neveu a, contre sa volonté, fait appel à Charles Hérold Jr. Contre le Costa Rica, le 2 septembre au stade Sylvio Cator, il a gratifié le public, par sa vision, sa touche de balle et ses dribbles, d’une première mi-temps grandement satisfaisante en faisant jouer l’équipe nationale. Malheureusement, les Grenadiers ont sombré en seconde période et perdu le match sur le score étriqué : 0-1. Quatre jours plus tard, soit le 6 septembre à Kingston, Haïti allait vaincre le signe indien en battant la Jamaïque : 2-0 lors de son dernier match comptant pour les éliminatoires de la coupe du monde de la FIFA, Russie 2018. S’il n’a pas été buteur, il a été en revanche à l’origine du premier but haïtien, inscrit par Kévin Lafrance. N’est-ce pas lui qui a effectué l’avant dernière-passe ? Et depuis, on est unanime à reconnaître qu’il avait toujours sa place en équipe nationale. Appelé à nouveau pour disputer le 3e tour de la coupe Caraïbe des nations contre la Guyane française (9 septembre) et Saint-Kitts-et-Nevis (13 septembre). Il (Charles Hérold) n’a pas pu, à l’image des autres Grenadiers, délivrer la marchandise. Contre toute attente, les Guyanais avaient créé la sensation en battant les Haïtiens par 5 à 2, alors qu’ils étaient menés au score : 0-2, mi-temps : 1-2. Aux dires des fans des Grenadiers, Patrice Neveu avait très mal utilisé le joueur du FC Cibao (République dominicaine). Pour l’occasion, le technicien français l’avait placé dans la zone de récupération (milieu défensif). Sans crainte d’être démenti, cela explique, en partie la contre-performance de Charles qui n’était pas non plus à point physiquement, faut-il le reconnaître. Pour son quatrième match depuis son retour en sélection, disputé le 13 septembre 2016 contre Saint-Kitts-et-Nevis, Charles Hérold Jr, remplacé par Junior Delva (110e), était du lot des Grenadiers qui s’étaient sacrifiés pour réparer l’erreur commise devant la Guyane française. Sans surprise, fort logiquement, Haïti, victorieuse du pays hôte : 2 à 0 après prolongations, a pu, malgré son élimination de la coupe Caraïbe 2017, conserver la chance de jouer la Gold Cup. Pour y arriver, les Grenadiers devaient passer par un double barrage, ponctué par un tournoi triangulaire (zone Caraïbe), et un autre match d’appui contre le pays qui terminera à la 5e place du tournoi de la zone Amérique centrale. Faisant justement allusion à ce tournoi triangulaire, disputé du 4 au 8 janvier 2016 à Alto Boldon Stadium, Couva, Sans Fernando (Trinité-et-Tobago), Charles Hérold Jr a brillé de mille feux (buteur et triple passeur décisif). Contre Suriname, qui avait, à la surprise quasi générale, battu Trinité-et-Tobago 2 à 1, c’est lui, en ouvrant la marque à la 25e minute, qui a montré la voie aux Grenadiers, victorieux sans trembler de Suriboyz : 4 à 2. Face à Trinité-et-Tobago, il a peut-être réalisé le match parfait. Avec Guerry Romondt dans la cage des Grenadiers, la présence de Charles Hérold Jr et de Kervens Fils Belfort, rappelle la période de gloire et de grande domination de l’équipe du Tempête FC dans le championnat national de D1. Au fait, les yeux fermés, Charles a, à deux reprises, trouvé la tête de Belfort, auteur d’un doublé contre le pays hôte. En état de grâce, Blanc Solo, fin techniquement, a fait des misères à la défense adverse avant de délivrer un nouveau caviar, cette fois, à Andrew Jean-Baptiste, monté aux avants-poste. Depuis son retour au bercail, Charles Hérold Jr a disputé les six derniers matchs des Grenadiers (4 victoires, 2 défaites, 14 buts marqués et 11 buts encaissés). Contre le Costa Rica, la Jamaïque, la Guyane française et Trinité-et-Tobago, il a disputé l’intégralité des rencontres. Mais contre Saint-Kitts-et-Nevis, il a cédé sa place à Junior Delva (110e) et face à Suriname, à Roberto Louima (90+1). Signalons que Charles et ses pairs n’ont franchi qu’un obstacle sur la route menant à la Gold Cup 2017, car pour se qualifier, Haïti doit disputer un ultime barrage contre le pays qui terminera à la 5e place du tournoi qualificatif de la zone Uncaf (Amérique centrale), prévu du 13 au 22 janvier avec la participation des pays suivants : Costa Rica, Honduras, Panama, Salvador, Nicaragua et Bélize.

Réagir à cet article