Arrestation de Guy Philippe : RNDDH heureux et triste en même temps

Publié le 2017-01-06 | Le Nouvelliste

National -

Le directeur exécutif du RNDDH, Pierre Espérance, est partagé entre réjouissance et tristesse suite à l’arrestation de l’ancien chef de l’armée rebelle Guy Philippe qui avait participé à l’éviction de l’ancien président Jean Bertrand Aristide en 2004. Pierre Espérance se dit très heureux de voir un délinquant comme Guy Philippe qui tentait d’obtenir l’immunité en entrant au Parlement n’y arrivera pas. « C’est un ouf de soulagement pour les policiers», s’est-il réjoui avant de souligner l’implication de Guy Philippe dans l’assassinat de plusieurs policiers «à tort ou à raison». En 2009, le Réseau national de défense des droits humains avait rendu public un rapport concernant l’implication de l’ex-commissaire de Delmas dans l’assassinat de plusieurs policiers et dans le trafic de stupéfiants. Pierre Espérance attire aussi l’attention sur un rapport de police qui avait accusé Guy Phillipe dans l’attaque contre le commissariat des Cayes en mai 2016. Tison Jean-Louis, un policier, avait perdu la vie lors de cette attaque qui avait fait plusieurs blessés, dont Wendy Dorléan et Dubé Jean-Baptiste, deux policiers. « C'est un bon petit pas dans la lutte contre la corruption et l'impunité dans le pays», jubile Pierre Espérance. Mais il déplore que seul Guy Philippe ait été arrêté par les forces de police. « Il n'est pas seul. Il y a beaucoup d'autres parlementaires au passé douteux, impliqués dans le trafic de drogue et le kidnapping qui sont élus à la Chambre basse et au Sénat de la République», accuse Pierre Éspérance, rappelant que Guy Philippe s’était inscrit sans casier judiciaire au CEP de Pierre-Louis Opont. Faisant remarquer que beaucoup d’entre ces derniers ont été paniqués suite à l'arrestation de Guy Philipe, il attend à ce qu’ils soient dénoncés par le sénateur élu de la Grand'Anse. « Guy Philippe est un lâche, il va faire beaucoup de révélations», annonce Pierre Espérance, sans citer de noms. Il a toutefois évoqué le cas du sénateur Hervé Fourcand Lénine qui avait débarqué au commissariat de Port-au-Prince pour libérer un proche. Pierre Espérance se dit parallèlement embarrassé de constater que des citoyens haïtiens sont appréhendés par des étrangers. «Si les institutions étaient renforcées, on ne serait pas dans cet état», se plaint Pierre Espérance. Il rappelle que Guy Philippe avait bénéficié d’un arrangement avec des autorités judiciaires alors qu’il devait répondre aux questions de la justice au cours de l’année 2016. C’est une honte pour le pays et les autorités, selon Pierre Espérance, réitérant son appel en faveur du renforcement des institutions du pays.

Réagir à cet article