Valéry Moïse, un modèle pour la jeunesse haïtienne

PUBLIÉ 2016-12-07
Alors que les politiques s'échinent à discuter « pouvoir », Haïti se vide de sa jeunesse qui, quotidiennement, fuit le pays à la recherche de lendemains meilleurs. En quête de repères, de nombreux jeunes haïtiens cherchent une source d’inspiration, un modèle ou un exemple à suivre. Cependant, il y a encore des jeunes dignes de confiance et engagés à la cause d'Haïti. C’est le cas du Dr Valéry Moïse, cofondateur de Diagnostik Group - présenté récemment au Pérou à titre de modèle par le président américain Barack Obama.


Originaire du Cap-Haïtien, Valéry Moïse a eu le privilège de participer, du 2 octobre au 12 novembre 2016, au programme d'échanges professionnels Young Leaders of the Americas Initiative (YLAI), une initiative du président américain Barack Obama. Il a été sélectionné en fonction de son leadership et de son engagement au sein de Diagnostik Group, une organisation à but non lucratif dont il est l'un des cofondateurs. Il a été distingué et présenté le samedi 19 novembre 2016 au Pérou, comme modèle par le président des États-Unis, Barack Obama, dans son dernier discours à l'étranger. Le Dr Moïse a été sélectionné par la Maison-Blanche en fonction de son leadership et son engagement au sein de Diagnostik Group, parmi 248 jeunes de plusieurs pays, dont 8 Haïtiens, qui ont participé au programme d'échanges professionnels Young Leaders of the Americas Initiative (YLAI). Le Dr Moïse s'était distingué tant par son caractère que par son intelligence. Il a été choisi comme un modèle de sérieux, de discipline, de passion et de compétence. «Entendre mon nom et celui de mon organisation – Diagnostik Group - cités à titre de modèle par le président Barack Obama était comme recevoir une très forte lumière en plein œil. J’étais paralysé par l’émotion. Je ne savais pas si je devais rester assis ou me mettre debout. Et pour mon organisation, c’est à la fois une sublime consécration et une très lourde responsabilité», confie le Dr Valéry Moïse à la suite de sa distinction par le président américain. Ce n’est pas souvent que se présente à Haïti l’occasion d’être prise à titre d’exemple en de bons termes, car Haïti est surtout connue pour les catastrophes naturelles dont elle est souvent victime et son incapacité à se préparer et gérer. Préoccupé par le déficit d’éducation sanitaire des jeunes, particulièrement des filles-mères, il estime avoir vu de près comment des problèmes comme la malnutrition aiguë - la faim - affectaient les enfants les plus pauvres d’Haïti. Ainsi, lui et une équipe de travailleurs sociaux et de médecins ont mis sur pied une organisation appelée Diagnostik Group qui s'occupe de l'amélioration des soins de santé en faveur des enfants abandonnés dans le plus grand hôpital pédiatrique en Haïti. Son objectif, que le groupe se développe et devienne la norme pour les soins pédiatriques, lui permettra de toucher encore plus d'enfants à travers Haïti. De retour en Haïti, le Dr Valéry Moïse veut poursuivre ce « travail étonnant ». A en croire ce jeune modèle, son ministère ne fait que commencer. Désormais, tout le focus va être mis sur Diagnostik Group qu’il veut pousser sur la voie de l’institutionnalisation et sur la mise au point de partenariats avec d’autres institutions internationales. Autre point auquel il tient : le transfert de connaissances. Il confie qu’il est important pour lui de restituer aux jeunes du pays ce qu’il a appris en termes de formation et de ses expériences à Dallas où il a suivi des conférences, participé à des ateliers, rencontré des sommités en entrepreneuriat et leadership, ainsi qu'à Kansas où il a passé quatre semaines à apprendre de certaines organisations travaillant pour le bien-être de l'enfance. Ce jeune médecin engagé sur la voie de la bonne cause pour son pays invite la jeunesse haïtienne à être maître de son destin ! «Je sais qu’il est beaucoup plus facile de dire que de faire, je sais que l’enfer en Haïti est réel pour les jeunes honnêtes et compétents, mais ce feu est utilisable; utilisez-le pour devenir le meilleur forgeron que la terre ait connu !» L’engagement de ce jeune médecin Haïtien a permis au président américain Barack Obama de parler positivement d’Haïti par le biais de sa jeunesse.



Réagir à cet article