ENTREPREN’ELLE 2016/ 2e ÉDITION/ MISSION ÉCONOMIQUE EXPLORATOIRE

Des Haïtiano-Canadiennes encouragent l’entrepreneuriat féminin en Haïti

Pour la deuxième année consécutive, une délégation de femmes d’affaires canadiennes d’origine haïtienne a séjourné en Haïti du 4 au 11 mai 2016, dans le cadre de la deuxième édition de la mission économique exploratoire « Entrepren’elles 2016». Conduite par Luckny Guerrier, jeune déléguée de la diaspora au Gouvernement Jeunesse, cette mission s’est déroulée sur le thème «Vers une alliance prospère... au féminin!»

Publié le 2016-05-12 | Le Nouvelliste

Economie -

Cette nouvelle édition de la mission d’exploration économique baptisée « Entrepren’Elles, qui s'est déroulée au Kinam hôtel, peut être considérée comme un moment de partage de connaissances enrichissantes, de renouvellement des liens, d’élargissement des réseaux de femmes entrepreneures, de création de nouveaux partenariats, de partage d’expériences, de dégustation, etc. L’événement se veut un outil pour encourager la participation active de la femme dans l'avancement économique de la société haïtienne avec comme objectif, entre autres, de susciter un échange des écosystèmes entrepreneuriaux féminins entre Haïti et le Canada. Instigatrice de cette mission économique, Luckny Guerrier a rappelé que cette mission a été pensée afin de rentabiliser au maximum le séjour d'affaires en Haïti, et veut aussi permettre des rapprochements entre les entrepreneures québécoises avec le souhait qu’elles reviennent à Montréal en poursuivant une démarche de réflexion collective. «Cette initiative à mobilité internationale vise à encourager la participation active et l’excellence des femmes dans l'avancement économique de la société. L'expérience vécue est enrichissante et va par-delà l'entrepreneuriat », a indiqué madame Guerrier. Quant à la ministre a.i des Haïtiens vivant à l'étranger, Jessy C. Petit-Frère, elle a plaidé en faveur de la création des alliances et des partenariats entre le MHAVE et les associations haïtiennes de la diaspora afin de les encourager à venir investir dans le pays. Elle entend aussi créer une synergie entre les organisations haïtiennes de la diaspora et celles d'Haïti dans le but de partager les informations nécessaires sur la gestion des affaires, mais aussi dans tous les domaines de la connaissance. Par sa part, Danielle Saint-Lot, ex-ministre du Commerce et de l’Industrie sous l’administration Boniface/ Latortue, a, dans son intervention, plaidé en faveur de la redynamisation de la classe moyenne en Haïti. Elle souligne que la carence des femmes dans ce secteur constitue un manquement au développement du pays. « Avec les femmes en affaires, la confiance s’impose et la corruption sera moindre. Avec cette mission économique qui vise à lier les femmes d’Haïti et celles de la diaspora, on pourra obtenir des résultats probants et concrets visant la promotion de l’entrepreneuriat féminin, un modèle qui pourrait contribuer au développement d’Haïti», confie Mme Saint-Lot. A son tour, Xiomara Perez Rodriguez, ambassadeur du Panama en Haïti, a dans ses propos mis l’accent sur l'importance de l'union et la solidarité entre femmes pour aider à l'avancement du pays. Elle a souligné que les femmes au Panama occupent des fonctions dans les plus hautes sphères de l’État. « Nous avons 20% de femmes qui siègent au Parlement panaméen. Sans oublier Isabel Saint Malo de Alvarado, la vice-présidente et ministre des Affaires étrangères du Panama. Tout ceci pour vous dire que l’éducation et la discipline sont les deux éléments clés à prendre en compte si les femmes veulent vraiment se positionner au même titre que les hommes», indique la diplomate. Prenant part à la conférence, l'ambassadeur du Canada en Haïti, Caldwell St-Onge, qui a fait mention des liens importants entre Haïti et le Canada, a promis aux membres de la mission économique le soutien de l’ambassade, son soutien dans leurs différentes démarches. Plus loin, les autres intervenantes ont fait une exposition magistrale en redonnant confiance aux jeunes femmes tout en leur démontrant qu'il était possible d'être une femme et prospère en affaires. Sophonia Pierre, consultante en Analyse d’affaires et de système technologique, a invité les femmes à prendre leur place dans le milieu et aussi à se rendre indispensables. «Pour être indispensable, cela demande des sacrifices ; nécessite de l’écoute pour apporter les solutions appropriées et aussi de savoir saisir les opportunités qui nous ouvrent des portes quand nous sortons de notre zone de confort», dit-elle. Ce n’est pas les autres panélistes, Dieudonne Luma, Carline Joseph, Katie Flore Fils -Aimé et Nadine Francillon qui diront le contraire. En parlant de femme, elles ont fait ressortir trois éléments essentiels à la pérennité d’Haïti, à savoir l'alliance entre femmes, le soutien de la diaspora et une vision commune d'avancement. S’il est vrai qu’Haïti est désormais ouverte pour les affaires, il est rare que l’on s’attarde à l’entrepreneuriat au féminin. Pourtant, nombreux sont les exemples de femmes haïtiennes ayant eu du succès dans le monde des affaires en Haïti comme à l'étranger.

Liste des membres de la délégation : Vanessa Moise, coordonnatrice exécutive ressources humaines et bachelière en linguistique ; Sarah Jean-Baptiste, conseillère en démarrage d'entreprise santé, bien-être et beauté, Arbonne International ; Sophonia Pierre, consultante analyse d’affaires et de système ; Ismertha Lovely Racius, présidente fondatrice de Beauté Néfertiti Coiffure ; Donna Siverné, présidente fondatrice de Mademoiselle D et spécialiste en gestion et planification de voyages thématiques ; Cindy Placide, coordonnatrice de la logistique événementielle et touristique ; Sylberte DESROSIERS, conseillère en communication et relations publiques et rédactrice professionnelle, présidente fondatrice Destinée Communication ; Déborah Cherenfant, présidente fondatrice de Mots d'Elles et de Coloré Design et présidente du CA de Compagnie F, entrepreneurship pour femmes ; Rachel JEAN-JACQUES, consultante en lingerie spécialisée ; et Yrina JANVIER, entrepreneure sociale, présidente fondatrice de Zafè.

Réagir à cet article