Amazan Audoine, une deuxième participation au festival international de Jazz

PUBLIÉ 2018-01-11
Du 20 au 27 janvier 2018, le festival international de Jazz établira ses quartiers pour une douzième année à Port-au-Prince. Depuis plus d’une décennie, cette activité culturelle se veut un espace de rencontres et d’échanges culturels entre des figures de proue du Jazz local et international. En prélude à ces festivités, Ticket met les projecteurs sur Amazan Audoine, jeune trompettiste très talentueux, qui renouvelle l’expérience après sa participation de l’an dernier.


Amazan Audoine a connu une enfance plutôt mouvementée à cause d'une certaine instabilité familiale. Ainsi, il fréquentera plusieurs établissements scolaires, mais c’est au Lycée de Pétion-Ville qu’il bouclera ses études classiques. Très tôt, il développe un vif intérêt pour les arts et dessine des portraits. Son engouement le poussera à manipuler l’argile pour en faire des sculptures, mais c’est son talent pour la musique qui lui bâtira sa renommée quelques années plus tard.

Amazan a toujours eu un faible pour la musique. « Mon père avait une radio, c’est celle-ci qui m’a guidé vers cette destinée », indique le Carrefourois, qui ne cache pas avoir été inspiré par la voix de certains ténors du compas direct dans les années 80 et par des titres phares de Garou, Sardou et Claude Barzotti. Une mère est toujours attentive au moindre détail dès qu’il s’agit de sa progéniture, celle d’Amazan en est l’illustre exemple. Elle l’a emmené au Temple des élus de Morne Lazarre afin qu’il puisse apprendre à jouer l’instrument de son choix, à l’âge de 18 ans. « J’ai choisi la trompette et depuis, l’idylle a commencé », a-t-il expliqué.

Après son passage à la fanfare de son église, du chemin le trompettiste de 30 ans en a parcouru. Il ne se fatigue jamais d’apprendre de ses aînés, ce qui explique ses nombreuses participations à des ateliers de musique. Aussi, s’est-il laissé séduire par des tendances diverses comme le jazz, le compas et la musique classique. « Je fais, dit-il, partie du groupe Miami live, je joue du jazz et de la musique classique au sein de l’orchestre philarmonique Sainte-Trinité ».

Les efforts titanesques d’Amazan Audoine ont fini par payer, car il se produit depuis déjà 6 ans aux Jams Sessions, qui sont un lieu d’échange musical, organisés par le PAPJAZZ. Sélectionné l’an dernier pour participer à la 11e édition du festival de Jazz de Port-au-Prince, cette année il réitèrera l’expérience au Yanvalou restaurant, le 22 janvier 2018, à 8 h 30 pm, avec sa touche « de jazz kreyòl ». « Je serai accompagné par quatre autres musiciens et nous offrirons une prestation de qualité avec des anciens succès de Boulo Valcourt, de Manno Charlemagne et d’Eddy François », a-t-il confié, de quoi attiser la curiosité des mordus du jazz. En outre, des classiques de la musique jazz seront repris pour le plus grand plaisir des visiteurs.

Amazan Audoine n’attend que la présence de l’assistance pour la charmer par les notes rythmées de son instrument à vent. Qu’attendez-vous donc ? Allez-y en foule !

Pierre Michel André pierremichelandre@gmail.com



Réagir à cet article