Environnement

La société Audubon ou l\'engagement des amis de la nature

Outre la protection et la conservation de nos écosystèmes, c\'est la réhabilitation de l\'environnement qui est l\'idée force de la société Audubon. Malgré les enjeux et la taille énorme des défis, le sens de l\'engagement de cette société des amis de notre patrimoine naturel n\'est à pas démontrer.

Publié le 2008-11-21 | Le Nouvelliste

National -

«Notre pays souffre sur le plan écologique. Les arbres qui se retiennent la terre sont coupés, la terre descend vers la mer, les oiseaux ont de moins en moins d\'habitats». C\'est le constat navrant dressé par le docteur Jean-Vilmond Hilaire, directeur exécutif de la société Audubon d\'Haïti. Il en appelle à la mobilisation des énergies en vue de la protection de ce qui reste de notre flore et de notre faune. Lors d\'un entretien avec le journal, hier mardi, le Dr Vilaire a exprimé ses préoccupations sur les écosystèmes du pays, dont la faune aviaire détermine l\'état de santé. D\'autant plus que chaque élément d\'un écosystème joue un rôle important : «l\'eau et l\'air, par exemple, nourrissent les plantes dont les fleurs nourrissent les insectes. Ces derniers contribuent à la nutrition des oiseaux», a-t-il indiqué. Fort du programme de recherche de cette société qui se déclare baser sur l\'éducation et la conservation et qui est réalisé en collaboration avec des institutions d\'enseignement supérieur d\'ici et d\'ailleurs, le professeur Vilmond n\'y va pas par quatre chemins : «Nous développons des activités de recherche visant à renforcer les paramètres de conservation de nos espèces, de leur habitat et de nos écosystèmes.» Environnement : adresser les problèmes en amont Par la conservation notamment des oiseaux et de la vie sauvage, la société Audubon, depuis 2003, accompagne l\'Etat, éduque la population, protège nos richesse biologiques et agit pour les générations futures. Son programme d\'éducation vise à sensibiliser les jeunes et des adultes à la protection de l\'environnement naturel du pays et à leur donner des outils pour comprendre et agir en citoyens responsables et amis de la nature. Production de matériel pédagogique, forums et conférences, camps, ateliers et séminaires de formation, appui à la formation professionnelle sont les différentes activités qui soutiennent donc ce programme. «Nous avons recensé plus de 350 enfants en âge scolaire qui sont encore en dehors du système à Fermond, Dales, Ka Tilus (localités de la 4e section communale de Chantal dans le Sud). Les surâgés sont en plus grand nombre dans cette région du pays», se désole le Dr Hilaire qui estime, à son compte, que la solution des problèmes du pays qui sont liés au cycle de misère passe par leur traitement en amont. «La conservation de la biodiversité ainsi que des écosystèmes est une nécessité», professe l\'agronome Hilaire qui plaide pour la protection des lacs, des rivières, des forêts et de la mer, encore que l\'objectif de la société Audubon est de promouvoir la réhabilitation écologique. Ses modalités d\'intervention incluent la planification de la conservation, la création d\'espaces verts urbains, le reboisement, la reforestation, le contrôle d\'espèces envahissantes, la promotion de la législation, la création et la gestion des parcs naturels. Quid de la société Audubon ? La première société fut fondée en 1886 aux Etats-Unis d\'Amérique pour la protection des oiseaux. Durant les années qui ont suivui, le mouvement s\'est étendu à tout le pays. En 1905, les différentes sociétés se regroupèrent en National Association Of Audubon Societies. «L\'action des sociétés Audubon des USA dans la protection des oiseaux, des plantes et des écosystèmes a été remarquable pendant le 20e siècle et a stimulé l\'enthousiasme des amis de la nature dans l\'ensemble de l\'hémisphère», s\'enorgueillit Jean-Vilmond Hilaire qui s\'est réjoui du fait que les sociétés Audubon existent actuellement dans plus de dix pays d\'Amérique, dont Haïti.

Réagir à cet article