L’ED’H en faillite s’engage aux côtés du président Jovenel Moïse pour électrifier Haïti 24 sur 24 en 23 mois

L’ED’H perd plus 60 % de l’énergie vendue, reçoit autour de 200 millions de dollars de subvention de l’Etat, s’est engagée -sans indiquer comment et avec quelles ressources- à électrifier le pays 24/24 dans 23 mois. La compagnie d’électricité publique emboîte le pas au président Jovenel Moïse qui souligne que le train, déjà mis en route, est prêt à rouler sur tous les obstacles pour électrifier le pays, construire des routes et fournir de l’eau potable à la population.

Publié le 2017-08-14 | Le Nouvelliste

National -

Le directeur général de l’ED’H, Hervé Pierre-Louis, qui a dit un « oui » franc, s’est engagé, comme le président Jovenel Moïse, a électrifié le pays 24 sur 24 dans les 24 prochains mois. En conférence de presse le lundi 14 août 2017, Hervé Pierre-Louis, interrogé sur la réalisation ou non de ces promesses dans la rubrique Investissement du projet de budget 2017-2018, a répondu que « le budget commence sans doute à s’ajuster dans le cadre du projet ». Il a fait l’économie des détails. Mais Hervé Pierre-Louis a insisté sur le fait « l’Ed’H s’est embarquée » « concrètement mais surtout au niveau de la planification ». « Il y a des études que l’on fait qui vont atterrir dans vingt-trois mois mais la planification a commencé. Non seulement la planification technique mais aussi la planification budgétaire aussi », a expliqué le directeur général de l’Ed’H.

Hervé Pierre-Louis, après avoir partagé des données sur la performance commerciale d’antennes de l’Ed’H à travers le pays, a cependant reconnu que le « taux de facturation globale est de 36 % ». « L’effort que nous faisons, nous le réinvestissons dans la production, l’amélioration, l’achat de compteurs », a-t-il expliqué avant de répondre à la question qui confirme que l’Ed’H reste un trou pour le Trésor public. La subvention de l’État à cette compagnie qui perd plus de 60 % de l’énergie vendu en raison de la fraude et des pertes techniques est à hauteur de 200 millions de dollars américains l’an. « Ce n’est pas que nous faisons plus de recettes. La subvention reste la même, à hauteur de 200 millions de dollars », a expliqué Hervé Pierre-Louis.

Le patron de l’ED’H qui promet, avec le chef de l’État, d’électrifier le pays 24/24 dans 24 mois, a reconnu que la vétusté du réseau électrique est à l’origine des pertes techniques et des déclenchements généraux qui ont plongé plusieurs endroits de la zone métropolitaine de Port-au-Prince dans le noir depuis plusieurs jours. Pour le moment, un petit problème à un point quelconque du réseau ne peut pas être circonscrit. Cela indique que le réseau n’est pas bien protégé, a déploré Hervé Pierre-Louis qui évoque la nécessité d’avoir « réseau moderne et bien protégé ». « Pour ce qui concerne la question de vétusté, le montant est prêt. Il est soumis à qui de droit pour qu’une fois cet argent disponible que l’on rénove le réseau », a dit Hervé Pierre-Louis, là encore sans donner de détails spécifiques.

Le directeur de l’Ed’H, en mode marketing avec sa mascotte « Peye pou sa w jwenn », a insisté sur la nécessité pour les abonnés de payer leurs factures. Il annoncé la disponibilité pour Delmas et Martissant de 30 000 compteurs à radiofréquence qui facilite la lecture du courant consommé. Une semaine après la demande, le compteur sera installé, a dit Hervé Pierre-Louis, directeur de l’ED’H depuis quatre mois.

Le président Jovenel Moïse, lundi aussi, au Cap-Haïtien, a réaffirmé qu’il fournirait le courant électrique 24/24 à tout le pays dans maintenant 23 mois. Il dit avoir lu beaucoup d’articles et en a beaucoup ri. Jovenel Moïse a en outre souligné qu’Haïti était un pays où l’on ne croit que le chef de l’État, quand il dit quelque chose, doit la respecter. « Un chef de l’État qui se respecte ne peut pas mentir. Il ne doit pas mentir », a affirmé le président Jovenel Moïse, estimant que ceux qui doutent feraient mieux d’observer. Il a dit que le « train » a démarré et roulerait sur tous les obstacles pour donner de l’électricité, des routes, de l’eau potable au peuple Haïti. Il a souligné que les générations futures ne devaient pas subir ce que lui il a subi.

Pour le moment, sans résoudre le problème de facturation de l’ED’H, l’augmentation de la puissance disponible se traduit par une certaine augmentation du déficit de la compagnie, une véritable veine ouverte pour le Trésor public.

Réagir à cet article