Des compteurs prépayés et du courant électrique 24 sur 24 au Môle Saint-Nicolas

Depuis mars 2016, les habitants de la commune du Môle Saint-Nicolas bénéficient d’un projet inédit qui permet d’électrifier ce chef-lieu d’arrondissement, tout en faisant l’expérimentation du compteur prépayé. Presque chaque maison de la ville dispose d’un compteur prépayé. Et le client achète son courant électrique comme il achète des minutes de téléphone…

Publié le 2016-10-21 | Le Nouvelliste

National -

Située à l'extrémité du Nord-Ouest, la ville du Môle Saint-Nicolas, d’accès très difficile, dort devant une mer de sable blanchâtre et présente l’aspect d’une ville moderne avec de larges rues, bien tracées. C’est sur cette petite ville que la compagnie californienne Sigora a jeté son dévolu pour expérimenter les compteurs prépayés. En effet, plus de 770 compteurs prépayés sont déjà installés dans la ville du Môle Saint-Nicolas, 7 mois après le début des opérations de Sigora Haïti. Presque toutes les maisons – même les taudis – du Môle Saint-Nicolas sont munies d'un compteur et alimentées en courant électrique 24/24, ce qui change du tout au tout la vie de la population. Paul Bastien, directeur de la compagnie au Môle Saint-Nicolas, reconnaît que depuis les 7 derniers mois, les habitants du Môle Saint-Nicolas vivent autrement. Il a expliqué au Nouvelliste que lorsque la compagnie a commencé ses opérations en mars, la population a rapidement réagi favorablement. « Au début, nous avons expérimenté le projet avec 150 abonnés, a indiqué M. Bastien, soulignant que l’activation du compteur prépayé ne coûtait à l’époque que 100 gourdes, a-t-il expliqué. » Après la période expérimentale, les frais s’élèvent à 1000 gourdes. « Comme la majorité des maisons n'avaient pas de système d’installation d’électricité, la compagnie Sigora Haïti assure gratuitement l’installation du système d’électricité et offre 2 ampoules de 5 watts à chaque maison qui prend un compteur », a expliqué M. Paul Bastien, soulignant que la population était dans la nécessité d’un tel projet. Avant l’arrivée de la compagnie Sigora, les habitants du Môle Saint-Nicolas ne disposaient pas de courant électrique dans leur maison. « Il n’y avait qu’une génératrice qui éclairait les rues de la ville et des lampadaires », a fait savoir le directeur de Sigora au Môle Saint-Nicolas, soulignant que Sigora Haïti leur a apporté la vie. Les abonnés de la compagnie ont le contrôle du courant électrique qu’ils consomment. « Dans le compteur, l’abonné peut vérifier de combien d’argent il dispose, comment il utilise son courant et comment son argent est dépensé », a fait remarquer Paul Bastien, faisant une petite démonstration depuis son bureau avec un réfrigérateur et un ventilateur. Il a aussi souligné qu’il y a plusieurs plans pour ses abonnés. « Un client qui a beaucoup de charges n’est pas sur le même plan qu’un autre qui n’en a pas beaucoup », a-t-il dit, ajoutant qu’il y a 7 agences autorisées dans la ville habilitées à vendre le courant électrique. « Les gens peuvent passer à ces endroits pour acheter de 25 à x gourdes de courant », a indiqué Paul Bastien. Etablie au Môle Saint-Nicolas depuis moins d’un an, la compagnie dispose d’un personnel de 19 membres, dont 9 techniciens, 4 employés administratifs et 6 contractuels. Les techniciens disposent sur leur téléphone et ordinateur d’un logiciel qui leur permet de vérifier avec la plus grande exactitude tous les abonnés connectés au réseau de la compagnie. « Nous pouvons voir leurs noms, leurs adresses et leur consommation d'électricité pendant la journée », a fait remarquer le directeur Paul Bastien. L’impact de la compagnie Sigora Haïti au Môle Saint-Nicolas est frappant. Amérilia Janvier, une vendeuse de poisson boucané au bord de la plage Résinier, n’a pas caché les bienfaits de Sigora Haïti pour son commerce. « Avant ce courant électrique, je devais acheter par jour au moins 100 gourdes de glace pour tenir frais mes poissons, a expliqué Mme Janvier, indiquant maintenant qu’elle ne dépense pas un tiers de cet argent pour le même service. » Même si presque toutes les maisons de la ville du Môle Saint-Nicolas disposent d’un compteur électrique, les techniciens de Paul Bastion ont quand même relevé quelques cas de vol de courant. Et la compagnie va prendre des dispositions pour décourager cette pratique. « Nous allons installer un système de surveillance contre le vol de courant, et dès que le système détecte un cas de vol, un virus va brûler tous les appareils branchés sur le courant volé », a expliqué M. Bastien. Le directeur Paul Bastien fait savoir que la compagnie aménage actuellement un terrain pour établir une centrale électrique qui desservira plusieurs communes du bas Nord-Ouest. Elle renfermera, en plus de la génératrice de 75 KW triphasés et du back-up de 22.4 KW, qui desservent actuellement la ville du Môle Saint Nicolas, deux autres génératrices de 100 KW. La compagnie va étendre ses opérations à Bombardopolis, à Mare-Rouge et à Jean-Rabel. En effet, des dizaines de poteaux électriques sont remarqués tout le long de la route qui mène à ces communes.

Réagir à cet article