FOKAL/Centre de tabulation des votes

Moïse Jean-Charles répond à Léopold Berlanger et à Michèle D. Pierre-Louis

Publié le 2016-08-31 | Le Nouvelliste

National -

Le candidat à la présidence de Pitit Dessalines persiste et signe. Jean-Charles Moïse (Moïse Jean-Charles) soutient encore et encore qu’il est le fondateur de la Fondation connaissance et liberté (FOKAL). Lors d’une conférence de presse mardi, et dans des interventions sur des stations de radio, il a taclé Michèle D. Pierre-Louis et dénoncé la présence d'André Apaid au Centre de tabulation des votes à titre de consultant. « M. Berlanger a intégré André Apaid au Centre de tabulation des votes comme consultant. Je le dénonce et je ne l’accepterai pas », a déclaré le candidat à la présidence de la plateforme Pitit Dessalines. Jean-Charles Moïse a précisé qu’il n’avait jamais dit qu'André Apaid était le directeur du Centre de tabulation. « A quel titre un industriel est devenu consultant du CTV pour faire des recommandations techniques et évaluer la machine électorale? », s’est interrogé M. Moïse. L’ex-sénateur du Nord a donné une connotation politique à ce poste, tout en demandant d’écarter Apaid du CTV. « C’est une menace pour la plateforme car Andy Apaid est responsable des mauvais sondages contre nous. Quelle que soit la raison, la plateforme n’accepte pas la présence d’Apaid au sein du CTV. La population doit être au courant des personnalités qui vont intégrer le processus électoral », a-t-il indiqué. Se tenant sur la défensive, le leader de Pitit Dessalines a déploré « la nomination par le PNUD de deux membres au CTV qui ont entièrement le contrôle du système. » Selon lui, le directeur du CTV n’a même pas accès au système de données du CTV. « Tout le monde savait depuis plus de deux mois que le Conseil avait nommé un directeur au Centre de tabulation qui est Robenson Chérilus et un directeur adjoint, Grégory Hilaire », a indiqué lundi au Nouvelliste Léopold Berlanger, président du CEP. Au cours de sa conférence de presse, M. Moïse en a profité pour mettre en défi Léopold Belanger de le démentir quant à la nomination de ces deux personnalités par le PNUD au Centre de tabulation des votes, et à la présence d’un autre représentant au CEP qui, selon lui, dicte ses quatre volontés aux conseillers électoraux. D’après l’ancien maire de Milot, les sondages « truqués » prouvent que la communauté internationale a une main cachée pour démobiliser le peuple et falsifier les résultats. Il a dénoncé également la présence du directeur du registre électoral, Philippe Augustin, à Dubaï pour vérifier les bulletins de vote. De l’avis de M. Moïse, ce dernier est impliqué dans la réalisation des élections controversées de 2015. Le candidat à la présidence de Pitit Dessalines invite ses sympathisants à un sit-in lundi prochain devant le siège du CEP pour « dénoncer ces manœuvres afin d’éviter que le pays ne sombre dans une autre crise postélectorale ». Il exhorte le président du CEP et les conseillers à assumer leurs responsabilités envers la nation. « Je suis le fondateur de la FOKAL », a soutenu Moïse Jean-Charles « Cela fait dix ans que je parle de la FOKAL, pourquoi c’est maintenant que Madame Pierre-Louis nous répond. Je ne comprends pas sur quelle base Michèle Duvivier Pierre-Louis décide de démentir ce que je répète depuis tant d’années. C’est une décision politique et raciste prise contre moi », a fulminé Moïse Jean-Charles Selon le candidat à la présidence, il recevait régulièrement son salaire à la FOKAL pour son travail au sein de cette institution, contrairement à la prise de position de la FOKAL indiquant que : « « monsieur Moïse Jean-Charles n’a jamais été salarié de cette institution et n’est pas non plus membre fondateur de la FOKAL… » « Lorsque nous avons créé la FOKAL, c’est moi qui avais introduit Michèle Pierre-Louis à Soros. Nous avons créé la FOKAL pour apporter un appui au secteur de la paysannerie, avant que Mme Pierre-Louis ne vienne désorienter l’institution. C’est moi qui ai invité Mme Pierre-Louis à cette démarche. Je lui ai donné le directoire de la fondation avec toute ma confiance pour que je puisse m’occuper de la politique. Je fais un choix entre la FOKAL et la ville de Milot où j’ai été élu maire », a expliqué le leader de Pitit Dessalines, Cependant, le candidat a voulu faire croire qu’il n’a pas l’intention de susciter une polémique avec Michèle Duvivier Pierre-Louis. « Ce dossier a construit ma conviction et me permet de connaître un peu mieux la société haïtienne », a-t-il dit, soulignant que frère Franklin Armand et Bernard Ethéart peuvent confirmer sa version. La note de la FOKAL indique que tous « les documents légaux et administratifs de gouvernance et ceux relatifs aux circonstances d’adhésion et de départ des différents membres du conseil d’administration de la Fokal sont déposés chez nos avocats ». La note dit aussi que Jean Charles Moïse (Moïse Jean-Charles », a été, entre juillet 1995 et juillet 1998, « membre bénévole du conseil d’administration de la Fokal ». Il n’occupait pas de poste de responsabilité au sein du conseil d’administration. « Selon la loi haïtienne, Michel Duvivier Pierre-Louis est la seule personne fondatrice de cette institution (voir Le Moniteur du 4 mai 2000, numéro 35 de la 155e année », a souligné la note.

Robenson Geffrard et Michelson Césaire Auteur

Réagir à cet article