Concert / FOKAL

Amos Coulanges au rendez-vous avec les mélomanes

Publié le 2016-07-19 | Le Nouvelliste

Culture -

Meem Shoomeatove Vincent Le soir du 18 juillet, la guitare d’Amos Coulanges a émerveillé un bon nombre d’admirateurs regroupés à la FOKAL. Malgré la pluie sur la ville, les nostalgiques du virtuose Coulanges ont fait le déplacement et ont attendu les premiers accords dans l’impatience. Le guitariste a fait un long voyage en compagnie des mélomanes. Le thème de la soirée, la guitare sur les deux rives, est une invitation à visiter les grands maîtres de l’Europe, de l’Amérique côté atlantique, les Caraïbes et Haïti. Jean Sébastien Bach, Mauro Gulliani, Isaac Albeniz, Villa Lobos, Frantz Casséus étaient, entre autres, les guides de cette virée musicale classique. Amos Coulanges a aussi bercé l'assistance avec les compositions originales tirées de son cru. Le concert a pris la forme d'une causerie. Amos annonce les titres et raconte dans un humour inégalable des anecdotes intéressantes. Ainsi nous savons que ‘’ La balancelle’’ est une musique de film. «Supérius» composée pour un documentaire de Michelle Lemoine, Les dames Sara. On a eu droit à de la poésie dans cette belle cantate en hommage à Toussaint Louverture. La guitare égrène des accords étourdissants. Sous les doigts experts de Coulanges, des rythmes différents prennent vie : valse, merengue, melonga, fugue. Les mélodies qui s'envolent sous ses doigts et les variations sur thèmes qu'il explore sont d'une grande finesse. Quelle technique! On passe d'une mélodie à une autre dans un enchaînement harmonieux. Les thèmes musicaux se développent comme un exercice de dissertation. Seul avec sa guitare, on dirait qu’il s’est fait accompagner de musiciens invisibles. On est tout à fait ravi d'apprécier les effets de ses percussions. Quelle touche spectaculaire du concert. Amos Coulanges! Il était heureux. Visiblement heureux de jouer pour un public à portée de son regard. Amos Coulanges maîtrise la guitare, cet instrument noble et ancien, dont l’histoire remonte à plus de 4000 ans. Quand Amos joue, il ne le fait pas seulement pour divertir. Sa musique est un voyage sur les rives du mélomane. Elle le porte à réfléchir et à rêver. Quand on écoute cette musique d'une réelle beauté, on imagine « Un pays reboisé, avec des cascades et des chutes d’eau…» Comme dit Coulanges, « Ce n’est pas la musique qui va changer Haïti, mais on peut s’inspirer de la musique pour rebâtir le pays ». Ce concert tenait Coulanges à cœur, il voulait à tout prix renouer avec ses premières amours, les mélomanes d’Haïti.

Meem Shoomeatove Vincent Auteur
Ses derniers articles

Réagir à cet article