L’ONI veut authentifier les Cartes d’identification nationale

L’Office national d’identification (ONI) vient de lancer une opération d’authentification des cartes d’identification nationale. À quelques mois des élections, l’ONI entend épurer sa base de données pour s’assurer que toutes les cartes d’identifications nationales sont réellement aux mains de leurs propriétaires. Une première depuis le lancement de ce nouveau registre des citoyens en 2005. L’authentification sera permanente, certaines cartes seront tout simplement mises en quarantaine après un certain temps.

Publié le 2016-07-18 | Le Nouvelliste

National -

6,2 millions de personnes sont actuellement enregistrées dans la base de données de l’Office national d'identification. Depuis l’émission des premières cartes d’identification nationale en 2005, la liste n’a pas cessé de s’allonger. Lundi, plusieurs dizaines de personnes faisaient encore la queue au bureau central de l'institution à Turgeau afin de retirer leur carte d’identification nationale. La base de données de l’ONI n’a pas été épurée depuis son lancement. Pas même après le tremblement de terre de janvier 2010 qui a fait de nombreux décès. Ce travail d’épuration, l’institution ne dispose pas assez d’informations pour le faire, a reconnu Wilson Fièvre, le directeur général de l’ONI qui s’est confié lundi au Nouvelliste. Il y a une semaine depuis que l’Office national d’identification a lancé l’opération d’authentification des cartes d’identification nationale. Par cette opération, l’Office national d'identification se fixe pour objectif d’avoir la garantie que toutes les cartes sont entre les mains de leurs propriétaires. Les citoyens sont invités à passer dans les 2500 postes d’authentification éparpillés sur tout le territoire pour confirmer l’authenticité du précieux sésame. À l’aide d’un appareil branché sur la base de données de l’ONI, les opérateurs vont pouvoir confirmer l’identification des votants à l’aide de leur numéro d’identification nationale, leur photo et leur empreinte. « Il y a des gens qui sont morts depuis 2005 qui n’ont même pas un acte de décès. On ne sait pas qui a perdu ses droits civils, les informations ne sont pas bien collectées au niveau de la justice. Notre système d’état civil est défaillant », a expliqué le directeur général Wilson Fièvre. Le scandale des votes zonbies qui a suivi les élections de 2015 confirme bien que la liste électorale mérite un coup de balai. « L’ONI n’a plus les traces de 40% des 6,2 millions de cartes d’identification nationale qu’il a émises. Aujourd’hui, l’Office national d’identification n’est pas en mesure de savoir qui est vivant ou non. Notre seule alternative est d’épurer par l’authentification », a fait savoir Wilson Fièvre qui reconnaît que des cartes électorales peuvent être trafiquées. « Notre objectif est d’épurer notre base de données. De nous assurer que les cartes sont entre les mains de leurs propriétaires », a dit Wilson Fièvre qui reconnaît plus loin que cela devrait être fait depuis un bon bout de temps. La mise à jour de la base de données de l’ONI est recommandée par l’article 18 du décret loi portant création de l’Office national d’identification. Selon monsieur Fièvre, il est techniquement possible de boucler cette opération en moins de 30 jours, mais il se garde de donner des garanties. « L’ONI est en train de distribuer les appareils à travers tout le territoire. Nous sommes en mesure d’authentifier toutes les personnes se trouvant dans la base de données, mais il est difficile de dire que nous aurons le temps d’identifier tout le monde avant de remettre la liste électorale », a précisé Wilson Fièvre. « Après avoir terminé notre travail d’épuration, nous communiquerons au Conseil électoral provisoire à la foi la liste des 6,2 millions d’électeurs présents sur la base de données ainsi que ceux ayant fait authentifier leur CIN, c’est au CEP qu’il reviendra de savoir qui pourra voter ou non », a indiqué Wilson Fièvre qui dit travailler en étroite collaboration avec le Conseil électoral provisoire. « Nous n’avons pas encore la liste électorale. Nous travaillons de très près avec le Conseil électoral provisoire, nous faisons des épurations et nous espérons bientôt arriver à la liste électorale », a indiqué le directeur général de l’ONI. Entre-temps, toutes les cartes d’identification nationale sont valides, a rappelé Wilson Fièvre. Le président Michel Martelly, avant de partir, avait pris un décret pour prolonger de deux années la validation des Cartes d’identification nationale.

Réagir à cet article