PHTK dénonce le rapport de la CIEVE et menace de mettre leurs zonbi dans les rues

Le Parti Haïtien Tèt Kale a réagi mercredi à la publication du rapport de la commission indépendante d’évaluation et de vérification électorale (CIEVE. Le PHTK, par la voix de son porte-parole, Rudy Hérivaux, a rejeté d’un revers de main le travail de la CIEVE et continue de réclamer l’organisation du second tour de la présidentielle de 2015. Le PHTK, qui appelle au départ du président Privert, annonce le lancement de l’opération « zonbi yo pran lari ».

Publié le 2016-06-01 | Le Nouvelliste

National -

Sans surprise, le PHTK a foulé aux pieds le rapport de la commission indépendante d’évaluation et de vérification électorale. C’est le nouveau porte-parole du parti, Rudy Hérivaux, qui s’était chargé d’exprimer à la presse les sentiments du parti tèt Kale à l’égard de ce qu’il traite de commission de falsification. « Il s’agit d’un rapport préfabriqué qui précédait le travail de ladite commission. Cette imposture ne nous intéresse pas, elle ne nous concerne pas et ne nous a jamais engagés», a déclaré l’ancien sénateur porte-parole. « Notre position était claire dès le départ. Nous ne pouvions pas remettre le destin de nos candidats entre les mains de marionnettes, manipulées, téléguidées et monitorées par Jocelerme Privert qui veut prendre d’assaut le pouvoir », a poursuivi Rudy Hérivaux. « Le PHTK n’avait pas assisté à ce cirque qui s’est tenu au palais national le 30 mai dernier. Ce spectacle hideux qui ne fait que ternir l’image d’Haïti à l’étranger, nous n’avons pas eu de temps pour l’assister au PHTK », a dit le porte-parole à propos de la remise du rapport de la de CIEVE. Selon Rudy Hérivaux, le parti poursuit plutôt son travail de terrain pour garantir la victoire de son candidat au second tour de la présidentielle. « Nous maintenons le cap sur la publication du calendrier électoral et nous disons bye bye à Privert car il est au bout du rouleau. Sa mission est terminée, a martelé Hérivaux, ajoutant qu’Il revient maintenant aux démocrates de ce pays de se concerter pour que le Parlement haïtien se penche rapidement sur la succession de Jocelerme Privert à la tête du pays ». Le parti de l’ancien président Martelly ne voit pas Jocelerme Privert au palais national au-delà du 14 juin prochain. Frednel Monchéri, coordonnateur du parti Repons Payizan, allié du PHTK, annonce l’organisation prochaine d’une série de manifestations de rue pour forcer le président provisoire à remettre son tablier au bout des 120 jours prévus dans l’accord du 5 février. « Dans les prochains jours, nous allons lancer l’opération zonbi yo pran lari », lance Fednel Monchéri, faisant allusion aux votes zonbi dénoncés par la commission. Le parti Tèt Kale n’hésite pas à assumer la paternité de ces milliers de vote non rétraçables évoqués dans le rapport de la CIEVE. « Les zonbies vont gagner les rues et se préparent à voter à nouveau en grand nombre », a lancé Rudy Hérivaux. « Privert montre qu’il n’est pas à la hauteur. Il est uniquement obsédé par le comment se débarrasser du prochain président d’Haïti », a déclaré pour sa part Rudy Hérivaux. Les responsables du Parti Haïtien Tèt Kale dénoncent plus loin les assassinats et les intimidations politiques dont seraient victimes des membres du parti depuis qu’ils ont laissé le pouvoir. « Le passage du président Privert à la tête du pays a été un lamentable fiasco, une faillite, un mauvais souvenir dans l’histoire du pays. Nous prenons toutes les dispositions pour que Privert respecte les engagements qu’il avait pris dans la feuille de route du 5 février », selon Hérivaux. Le PHTK se dit prêt à prendre toutes les dispositions légales pour pousser le Conseil électoral provisoire à prendre ses responsabilités et faciliter la tenue du second tour de la présidentielle entre le candidat du parti Jovenel Moïse et Jude Célestin de LAPEH.

Ses derniers articles

Réagir à cet article