Lundi 25 juillet 2016









NATIONAL

La dernière adresse à la nation du président Michel Martelly devant l’Assemblée nationale

Le Nouvelliste publie in extenso la dernière adresse à la nation du président Michel Martelly le dimanche 7 février 2016 devant l’Assemblée nationale avant de remettre l’écharpe présidentielle au président de ladite assemblée, Jocelerme Privert.


Monsieur le Président de l’Assemblée Nationale ; Monsieur le Vice-Président de l’Assemblée Nationale ; Honorables Sénateurs et Députés ; Monsieur le Président de l’Assemblée Nationale ; Monsieur le Vice-Président de l’Assemblée Nationale ; Honorables Sénateurs et Députés ; Monsieur le Premier Ministre Mesdames, Messieurs les Ministres Mesdames, Messieurs les Secrétaires d’Etat Mesdames et Messieurs les membres du Corps diplomatique ; Peuple haïtien, Mes chers compatriotes, Ce 7 février 2016, comme le veut la Constitution de 1987 amendée, mon mandat touche à sa fin. En effet, selon l’article 134-1 de la loi mère, « la durée du mandat présidentiel est de cinq (5) ans. Cette période commence et se terminera le 7 février de la cinquième année du mandat, peu importe la date d’entrée en fonction. S’il est vrai que mon mandat a démarré le 14 mai 2011, en démocrate convaincu, respectueux des lois et de la Constitution de mon pays, je laisse la magistrature suprême de l’Etat pour contribuer au retour à la normalité constitutionnelle. Me voilà donc rendu au terme du quinquennat, au terme de mon mandat présidentiel, au terme de toutes les batailles que j’aurai menées sans merci, pour vous peuple haïtien avec tout mon cœur, avec toute ma bonne foi, avec tout ce que je peux porter de rêve de grandeur pour mon pays. Ce matin, je voudrais d’abord vous remercier vous peuple haïtien, vous qui m’aviez fait le grand honneur de me confier la plus haute magistrature de l’Etat pour conduire sa destinée, je veux vous exprimer toute ma reconnaissance et vous dire de continuer de croire. Croire au changement pour forcer le destin et remettre Haïti à la place qui est la sienne dans le concert des Nations. D’espérer sans relâche. D’espérer Tèt Kale. Ce travail ne sera pas facile. Il sera de longue durée. Il demande de l’intelligence, de l’esprit de sacrifice et d’abnégation. Il suppose une grande ambition pour la République. Haïti se relève. Oui, Haïti est debout. Je pars avec la conviction que les avatars de l’histoire ne pourront pas avoir raison de ces projets d’avenir. La relève est partout dans le pays, les yeux grands ouverts, le front haut pour refuser le destin de fatalité dans laquelle nos guerres fratricides pour le pouvoir l’ont piégée… La relève est là dans nos écoles, dans nos universités, elle est partout dans nos montagnes, dans nos quartiers, dans nos villes, dans la diaspora, prête à organiser la vigilance pour condamner, sans l’ignorer, le passé au passé et envisager l’avenir avec fougue, avec détermination, avec dignité. Je voudrais également remercier toutes celles et ceux qui, avec moi, à côté de moi, en face de moi parfois, inlassablement, sincèrement, se seront pendant cinq longues années impliqués pour Haïti, parce qu’ils ont cru en Haïti, parce qu’ils ont choisi Haïti, parce qu’ils ont aimé Haïti. Parce qu’Haïti pour eux était plus importante qu’eux-mêmes. Je voudrais leur dire que leur investissement n'aura pas été vain ! Au 14 mai 2011, qu’héritais-je si ce n’étaient que souffrances, misères, épidémies et deuils? J’étais face à tous les défis, face à l’impossible, face au désespoir le plus total. Mais surtout face à celles et ceux dont la mauvaise foi n’a jamais cédé, et ne cédera jamais. Mais qu’importe, Haïti se souviendra sur son long chemin vers la terre promise, qu'un certain Michel Joseph Martelly, Micky pour son peuple, avait aimé, avait donné, avait bâti, peut-être mieux que ceux qui n’ont jamais péché. A ceux que j’eus à proposer pour diriger le gouvernement, à Daniel Gérard Rouzier , Bernard Gousse, Gary Conille, Laurent Lamothe, PM KP, respect pour vous ! Merci pour vos conseils, vos recommandations, votre accompagnement surtout. Vous aurez chacun à votre manière, sans jamais chercher à plaire, vous aurez chacun mérité de la Nation. Aux amis d’Haïti, dont la compassion jamais démentie et la critique constructive auront permis d'espérer :un grand merci – A toute ma famille, particulièrement à toi, Sophia, mon épouse, merci! Que serais-je sans toi qu’une corde brisée aux doigts du guitariste ? Mes chers compatriotes, Au rendez-vous de l’Histoire, l’Histoire se rappellera malgré vents et marées, bon gré, mal gré, la pierre que j’aurai apportée à l édification d’une Haïti plus belle. Elle se rappellera aussi de mes échecs que j’assume et que j’assume seul. Parmi ceux-ci, mon plus grand regret, celui d’élections présidentielles différées. Je voudrais vous dire vous peuple haïtien que je vous aime et que je ne cesserai jamais de vous aimer et de vous accompagner. Prezidan an ap toujou la pou nou ! Mais, je voudrais vous dire aussi que ce n’est qu’une bataille, une bataille de perdue, car la guerre, celle que j’aurai initiée contre la pauvreté extrême, contre l’ignorance, contre l’isolationnisme, contre les épidémies, … cette guerre-là sera gagnée. J’en vois déjà les augures avec l’accord paraphé hier avec le Parlement. Puissent les forces vives de la Nation unies aux institutions républicaines travailler ensemble à parachever le processus initié et éviter ainsi à notre pays de nouveaux traumatismes. Monsieur le Président de l’Assemblée Nationale ; Monsieur le Vice-Président de l’Assemblée Nationale ; Honorables Sénateurs et Députés ; Monsieur le Premier Ministre Mesdames, Messieurs les Ministres Mesdames, Messieurs les Secrétaires d’Etat Mesdames et Messieurs les membres du Corps diplomatique ; Pèp ayisyen, Frè m ak sè m yo, Mwen vle raple l pou sa k chwazi bliye l yo, mwen se Michel Joseph MARTELLY, yon orijinal pitit tè Dayiti, pitit Dessalines, Pitit Petion , Pitit Kapwa Lamò ki vin pi detèmine depi aprè tranbleman tè 12 janvye 2010 la, ak yon volonte san mank pou l sèvi peyi l, ede l soti nan mizè, remete l nan mitan peyi k ap fè pwogrè yo. Mwen rann mwen kont ke se pa yon misyon ki fasil, Mwen konnen tou malgre anpil moun chwazi manti, dilatwa ak demagoji pou jere le prezan, listwa toujou chwazi rekil pou l jere la verite, se sak fè jodi a mwen ka di n m pare pou m reponn devan tribinal listwa. Paske menm si se vre, mwen jwe patisyon pa m’ yo nan mizik la, ki vinn pèmèt mwen ka ale ak santiman yon travay ki byen fèt, m paka retire nan bouch mwen gou yon misyon ki poko fini e ki rete anpil pou fèt toujou. Nan bon, kou nan move moman, Ayiti te toujou la pou mwen. Li resevwa m lè lòt kote fè m sonje ke m pat lakay mwen. Se pou sa m travay anpil lajounen kou lan nwit pou m amelyore eta l. Jodi a, jou a rive pou m di Ayiti li mèt kontinye konte sou mwen, mwen pap lage l, m ap kanpe avè l ! M ap kanpe la a, tennfas, anfas tout sa k panse yo ka kraze listwa, volonte ak rèv tout yon pèp. M ap sezi okazyon sa a tou pou m envite peyi zanmi yo pou yo rete bò kote peyi Dayiti, ede nou veye sou jèn demokrasi nou an, pandan m’ap pwofite di yo mèsi e di yo nou konprann… Nou konprann e nou apresye tout jefò ak volonte ki deplwaye sou dosye Ayiti a. Nou konprann ke yo ka anvi nou bèl men se nou ki pou antann nou pou n’ fè tèt nou bèl. Nou konprann, nou aprann, e n ap vanse ansanm pou n kore demokrasi a an Ayiti. M ap envite chak grenn ayisyen konprann tou ke lide ak opinion diferan pa yon mal, nou ka pa dakò youn ak lòt, men nou reyisi menm jan fil cho ak fil frèt la fè l chak jou, met tèt nou ansanm pou n tounen limyè k’ap klere chimen devlopman peyi nou. M ap envite n sispann chofe, paske peyi a se yon chodyè, lè n chofe l se nan tout ko l li cho, chak tan nou deside chofe peyi a’ se ekonomi an nou chofe, se wout nou deja pa gen ase kòb pou n fè yo nou chofe, se tap youn nan pi bon bagay si nou tout te chofe l ansanm pou n sove Ayiti. Tout sitwayen ki te pran desizyon sèvi peyi a, pandan tan prezidans mwen an m ap di nou mèsi, e nou fè m konprann tou ke Ayiti gen lòt pitit ki deside pote kole pou l vanse. Malgre sa ki vle kraze l yo fè plis bri, ann kontinye travay epi batay pou rezilta nou ka kouvri tout bri ke pwopagann ak move koze ap fè chak jou. Jou mwen t ap inogire enfrastrikti sou wharf Jeremy an, mwen te di l’ nan mikwo laprès, lènmi demokrasi ak stabilite yo te itilize l kont mwen nan fason pa yo. Mwen te di : mwen p’ap remèt peyi a bay okenn moun ki pa kwè nan eleksyon, mwen pap remèt pouvwa a toutotan mwen pa gen garanti pou peyi a trankil. Aprè plizyè rankont ak prezidan sena, prezidan chanm depite, kèk lòt gwo aktè nan lavi politik peyi-a, yo banm garanti, mwen byen di, yo banm garanti mwen ka ale tèt poze, y’ap fè tout sa ki posib pou peyi a poze. Ak majorite nan moun mwen t’ap fè chita pale sa yo, se òm deta yo ye, sa ki vle di se moun ki dwe gen pawòl, ki dwe ka pran responsablite yo. Se sak fè mwen prale kè kal. Mwen dwe konsakre yon tan spesyal poum remèsye gran achitèk linivè a ki te kenbe m’ an santé epi banm kouraj nan moman ki te pi nwa pou peyi-a poum te ka kontinye dirije avek tèt frèt. Yon kokenn chenn mèsi pou chak grenn ayisyen. Ni sa ki te pou mwen ni sa kite kont mwen. Mwen te toujou di tèt mwen pa gen pèsonn nan opozisyon ni nan laprès ki te rayi Michel Martelly men pito mwen panse ka gen kèk nan yo ki te gen pwoblèm ak ideyoloji epi vizyon Prezidan Martelly. Sophia, Olivier, mwen gen yon felisitasyon espesyal pou nou pou kouraj nou. An tan ke mari, an tan ke papa, de fwa kèm konn ap dechire lè mwen tande fason yon gwoup moun chwazi itilize mikwo laprès pou bay manti sou do nou. Sophia, Olivier, Sandro, Yani, Malaika, a chak fwa mwen te konn vle pèdi fòs, nou te toujou la pou sipòte mwen pou fèm konprann enpòtans mwen pou nou anndan fanmiy lan, ki te pèmèt mwen konprann tout enpòtans mwen anndan peyi a pou chak grenn ayisyen antan ke Prezidan. Pi gwo fòs yon fanmi se lè nou rete soude, se menm jan pou peyi a tou ! Mwen panse jounen 7 fevriye a se yon jou spesyal li ye pou chak ayisyen, yon jou k ap make listwa. Mwen vle itilize li pou padone: Padone chak grenn moun ki te kanpe anfas devlopman Ayiti Padone chak grenn moun ki te wè enterè pèsonèl yo olye yo te wè enterè Ayiti Padone chak grenn moun ki te pran plezi nan vann move imaj Ayiti. Mwen kwè li pa two ta pou gen yon priz konsyans jeneral ki fèt lakay chak grenn ayisyen pou nou konprann jan mwen te toujou konn di l : Martelly ap pase men Ayiti ap rete. Lè w panse se Martelly w’ap fè mal nan kraze brize se Ayiti w ap fè mal. Mwen gen anpil patizan ak senpatizan mwen konnen ki repwoche mwen pou twòp konpwomi daprè yo mwen fè pandan mwen t ap dirije bak peyi a. Pou moun ki konn Michel Martelly byen, nèg tanperaman fò a, yo di yo pa kwè ke se mwen k ap fè tout konpwomi sa yo. Wi, se te mwen, mwen te toujou mete ògèy mwen dèyè, mwen te toujou bliye tèt pa m e pafwa neglije fanmiy mwen pou m rezoud kriz anndan peyi a. Paske, janm mwen toujou renmen di l, pa gen okenn sakrifis ki two gwo depi se pou Ayiti ! Jodi a, moman rive pou m di pèp ayisyen, MÈSI. Mèsi pou pasyans ak kouraj nou, Mèsi, mèsi anpi l. Ayiti cheri Ayiti Manman m Mwen te la, mwen la, e m ap toujou la pou ou ! Ke Bondye beni nou epi pwoteje Ayiti Ayibobo Mèsi anpil











AUTEUR

Réagir à cet article

Les commentaires sont modérés

Chaque contribution postée est soumise à modération. Vous pouvez alerter l'équipe du Nouvelliste, d'une contribution qui vous semble ne pas respecter notre charte en cliquant sur le bouton << Voter contre >>, présent sous chaque commentaire. Notre équipe sera automatiquement prévenue et fera le nécessaire.

La charte de moderation












Haut de la page