PHTK dans les rues pour exiger des élections

Les partisans de Jovenel Moïse ont marché dans les rues de la capitale ce jeudi. Dans une ambiance carnavalesque, les pro-Jovenel ont, à leur manière, signifié leur refus a un éventuel gouvernement de transition, comme solution à l’impasse électorale, à quelques jours de la fin du mandat constitutionnel de Michel Joseph Martelly. Des proches du dauphin de Michel Martelly ont également gagné les rues de la deuxième ville du pays.

Publié le 2016-01-28 | Le Nouvelliste

Longtemps absents sur le pavé, des partisans de Jovenel Moïse ont marché dans les rues de Port-au-Prince ce jeudi, moins d’une semaine après le report des élections qui devaient se tenir le 24 janvier dernier. Venant de plusieurs communes du département de l’Ouest, les partisans du PHTK veulent ainsi renverser la vapeur dans un contexte où plus d’un envisage le départ de Michel Martelly –l’un des manitous du parti– le 7 février, sans l’organisation d’un second tour mettant aux prises Jovenel Moïse, champion du parti rose, et Jude Célestin. Fednel Monchéry, l’un des responsables du parti Repons peyizan, ne voit d’autres solutions que la tenue du second tour. « Nous sommes dans un processus électoral qui doit aboutir. Nous ne sommes pas pour un gouvernement de transition. Il y a deux candidats qualifiés pour le second tour. Nous resterons mobilisés à travers tout le pays jusqu’à l’organisation de ce scrutin », a-t-il fait savoir, critiquant l’attitude de certains acteurs de l’opposition qui, selon ses dires, usent de tous les moyens pour conquérir le pouvoir par un gouvernement de transition. Plus loin, Fednel Monchéry indique que cette mobilisation est pacifique et n’épousera aucune allure violente. « Nous n’allons pas incendier les écoles, nous n’allons pas détruire ni piller les biens d’autrui. Nous réclamons des élections », a-t-il dit. Pour sa part, Eudes Lajoie croit que la population en a assez des actes de violence et de vandalisme. « Ce sont des imposteurs qui réclament un gouvernement de transition dans le pays. Les élections doivent être organisées après un consensus avec les acteurs concernés. Le président a déjà annoncé un replâtrage du CEP en ce sens », a-t-il expliqué. Dans une ambiance carnavalesque, les sympathisants du PHTK ont défilé avec des t-shirt, et des photos de Jovenel Moïse et de Pierre-Richard Duplan, maire élu de la municipalité de Port-au-Prince. Ce dernier a dit participer à la marche dans l’objectif d’exiger la poursuite du processus électoral. Les protestataires n’ont pas caché leur acrimonie à l’encontre de l’opposition qu’ils accusent de terroriser la population lors des manifestations émaillées de violence la semaine écoulée. Empruntant tour à tour les venelles de Canapé-Vert, de Lalue et de Bois-Verna, la marche a terminé sa course au Champ de Mars, non loin du palais national où des agents du CIMO ont été remarqués. Les organisateurs annoncent d’autres manifestations afin d’obtenir gain de cause. Par ailleurs, d’autres manifestations ont également été organisées dans d’autres villes du pays, notamment au Cap-Haitien. En moins d’une semaine, les partisans de Jovenel ont réalisé leur manifestation dans la métropole du Nord, afin d’exiger la tenue du second tour du scrutin. Candidate au sénat sous la bannière du PHTK, Dieudonne Luma Étienne s’oppose à tout éventuel gouvernement de transition, s’alignant ainsi sur la position de son parti. Les manifestants ont fait part de leur souhait de voir prolongé le mandat de Michel Martelly, qui devra arriver à terme le 7 février, selon les termes de la constitution amendée. Pour cette "nouvelle démonstration de force", des partisans et sympathisants du régime "Tèt Kale" au Cap-Haïtien, la police a dû employer de gros moyens pour conjurer d’éventuelles perturbations dans certains quartiers populaires réputés comme sympathiques à certains chefs de file de l'opposition. En dépit de ces dispositions, les manifestants ont essuyé des jets de pierres et de tessons de bouteilles au "rond-point Samari (point de départ habituel des manifestations de l'opposition au Cap-Haïtien). Il s’en est suivi un mouvement de panique, avant que les forces de l’ordre n’interviennent. Aucun incident majeur n’a été enregistré dans cette journée de manifestation. Les partisans de Jovenel Moise promettent de maintenir la pression dans les rues afin de forcer les responsables à organiser le second tour des élections.
Ses derniers articles

Réagir à cet article

Nous avons remarqué que vous utilisez un bloqueur de publicité.

Notre contenu vous est présenté gratuitement à cause de nos annonceurs. Pour continuer à profiter de notre contenu, désactivez votre bloqueur de publicité.

C'est éteint maintenant Comment désactiver mon bloqueur de publicité?

How to disable your ad blocker for our site:

Adblock / Adblock Plus
  • Click on the AdBlock / AdBlock Plus icon on the top right of your browser.
  • Click “Don’t run on pages on this domain.” OR “Enabled on this site.”
  • Close this help box and click "It's off now".
Firefox Tracking Prevention
  • If you are Private Browsing in Firefox, "Tracking Protection" may casue the adblock notice to show. It can be temporarily disabled by clicking the "shield" icon in the address bar.
  • Close this help box and click "It's off now".
Ghostery
  • Click the Ghostery icon on your browser.
  • In Ghostery versions < 6.0 click “Whitelist site.” in version 6.0 click “Trust site.”
  • Close this help box and click "It's off now".
uBlock / uBlock Origin
  • Click the uBlock / uBlock Origin icon on your browser.
  • Click the “power” button in the menu that appears to whitelist the current website
  • Close this help box and click "It's off now".