Festival de Jazz de Port-au-Prince / 10e édition

Un duo de Désir et de Fiorini à Yanvalou

Il explore la poésie, la musique populaire, le duo Désir Fiorini au Festival de jazz de Port-au-Prince. Au Restaurant Yanvalou, mercredi soir, le public a pris goût au jazz.

Publié le 2016-01-28 | Le Nouvelliste

Culture -

Claude Bernard Sérant A Yanvalou, dans un cadre intime de l’avenue N., Renette Désir a fait vibrer son public. Accompagnée du pianiste Belge, Fabian Fiorini et du multi-instrumentiste haïtien Turgot Théodat, elle a parcouru des chants populaires vaudou et rara avec un accent hors du commun. C’est aussi dans les chansons vaudou qu’elle a mis son âme à nu. L’étendue de sa voix, sa couleur chaude et douce à la fois lui ont permis de jouer sur les thèmes lyriques de son répertoire. Ça vibrait, sa corde, elle s’élargissait en puissance pour dramatiser une femme en transe chevauchée par un loa en colère. Ses yeux agrandis, son corps habité participaient de ce jeu scénique. Le piano de Fiorini martelant des accords tourmentés s’installait dans l’anatomie d’une telle voix qui charrie de grandes émotions. Dans le cadre intime de Yanvalou, Renette Désir a révélé au public une autre facette de l’artiste jusque-là inconnue. Voix pleine de promesse, elle s’inscrit dans le jazz et dans les chansons populaires avec une égale aisance. Sur la scène Barbancourt à l’Université Quisqueya comme à Yanvalou, Renette Désir crée de la magie sur la scène.

Réagir à cet article