HAITI - VIOLENCE / ZONE MÉTROPOLITAINE

Au moins deux personnes tuées par balle chaque jour dans la région métropolitaine

« D’avril à septembre 2015, chaque jour au moins deux personnes sont tuées par balle dans la zone métropolitaine, composante du territoire national qui, en grande partie, n’est pas contrôlée par la police, ou bien parce qu’il manque des effectifs, ou bien parce qu’il y a des zones interdites en termes d’accès, échappant à tout contrôle», informe la commission épiscopale nationale Justice et Paix (JILAP), dans son dernier rapport, révélant toutefois une estimation minimale.

Publié le 2015-10-30 | Le Nouvelliste

Le rapport semestriel de la commission épiscopale Justice et Paix (JILAP) de l’archidiocèse de Port-au-Prince, présenté avec « beaucoup de préoccupations », met à nu le niveau de la recrudescence de la violence dans la région métropolitaine de Port-au-Prince, où au moins deux personnes sont tuées par balle chaque jour. Dans la zone métropolitaine de Port-au-Prince, englobant Delmas, Tabarre, Port-au-Prince, Pétion-Ville, Carrefour et Croix-des-Bouquets, pas moins de 454 cas de victimes de violence dont 379 tuées par balle, ont été recensés pour la période allant d’avril à septembre 2015, selon le rapport de la JILAP. Parmi ces cas, 54 sont tuées dans des accidents de la circulation. Selon ce rapport basé sur les faits qui surviennent au cours du deuxième et troisième trimestre de l’année en cours, la majorité des personnes tuées sont des hommes. Pour la période considérée, plus d’une vingtaine de personnes ont été tuées dans la zone de Bel-Air, Delmas 2, Delmas 4, Fort-National et Solino ; au moins une centaine dans les quartiers comme La Saline, Cité Soleil, route nationale numéro 1 et à Cité Militaire. Et plus d’une quarantaine à Carrefour. Par ailleurs, parmi les 377 personnes tuées par balle, plus de 80 d'entre elles le sont par des balles de bandits faisant partie de gangs et plus de 280 autres, sous celles de personnes armées non identifiées. Depuis plusieurs années, des gangs rivaux s’affrontent souvent dans la zone métropolitaine pour avoir le contrôle des marchés publics et des stations de transport, dont le marché livana, de 5e Avenue, celui de Croix-des-Bossales, de la route des Dalles, de la station Gonaïves, de Portail Léogâne, de La Saline et station Cité Soleil. En se faisant passer pour des agents de la mairie, ils collectent des taxes auprès des marchandes et des transporteurs, rien que pour augmenter leur force en armements et munitions. « Cette pratique où les gangs s’imposent comme un État dans l’État signifie une perte à gagner pour les recettes fiscales de l’État haïtien », dénonce la commission épiscopale Justice et Paix. Le pays ne dispose pas au niveau sécuritaire de plan ni de mesures adoptées à long terme et en permanence, avance JILAP, ajoutant que, dans bon nombre de situations, la police est dépassée par les événements et que les réponses nécessaires se font attendre. Il y a une absence de motivation chez bon nombre de policiers et la frustration les habite, poursuit JILAP. La violence, l’exhibition et l’usage des armes créent la panique et font très peur, même aux policiers, selon ce qu’affirme le JILAP, révélant que les gangs constituent un défi pour l’État haïtien à la fois en termes de sécurité et de politique sociale. D’une part, leur existence et leur façon de contrôler certains quartiers remettent en question le monopole de la violence légitime dont l’État seulement est détenteur. Un État qui est défié dans sa capacité d’assurer la sécurité et la tranquillité des citoyens, constituant la mission fondamentale de tout État moderne. Pour l’institution, cette difficulté à maintenir la paix sociale contribue à éroder la confiance et la légitimité des institutions auprès des citoyens. L’omniprésence de la délinquance augmente fortement l’insécurité dans tous les coins de la zone métropolitaine. L’absence d’une politique viable et orientée vers l’avenir contribue à aggraver la fracture sociale, conclut la commission épiscopale Justice et Paix.
Milo Milfort
Auteur
Ses derniers articles

Réagir à cet article

Nous avons remarqué que vous utilisez un bloqueur de publicité.

Notre contenu vous est présenté gratuitement à cause de nos annonceurs. Pour continuer à profiter de notre contenu, désactivez votre bloqueur de publicité.

C'est éteint maintenant Comment désactiver mon bloqueur de publicité?

How to disable your ad blocker for our site:

Adblock / Adblock Plus
  • Click on the AdBlock / AdBlock Plus icon on the top right of your browser.
  • Click “Don’t run on pages on this domain.” OR “Enabled on this site.”
  • Close this help box and click "It's off now".
Firefox Tracking Prevention
  • If you are Private Browsing in Firefox, "Tracking Protection" may casue the adblock notice to show. It can be temporarily disabled by clicking the "shield" icon in the address bar.
  • Close this help box and click "It's off now".
Ghostery
  • Click the Ghostery icon on your browser.
  • In Ghostery versions < 6.0 click “Whitelist site.” in version 6.0 click “Trust site.”
  • Close this help box and click "It's off now".
uBlock / uBlock Origin
  • Click the uBlock / uBlock Origin icon on your browser.
  • Click the “power” button in the menu that appears to whitelist the current website
  • Close this help box and click "It's off now".