Vers la première édition du Festival du rhum

PUBLIÉ 2014-10-22
Du 14 au 16 novembre 2014, la première édition du festival établira ses quartiers dans les locaux de l’hôtel NH Haiti El Rancho. Dégustation, expositions de marques venues des quatre coins du globe, vente aux enchères de rhums très âgés, formation pour barmans et amateurs... sont au menu de ce rendez-vous de trois jours. Tout en préconisant la modération, Djunelle Isidor et Pierre Thibault de « J’organise » encouragent le public à venir découvrir cette boisson qui déchaîne les passions depuis des lustres dans toute sa diversité.


¨Il est de ces voyages qui changent une vie¨, pouvait-on écouter dans une pub d’un géant planétaire de sacs à main en maroquinerie. De par ses expériences personnelles, plus d’un peut attester de la véracité de cet adage. Il l’en est d’autant plus si ces voyages procèdent d’une initiation. C’est le cas pour Djunelle Isidor, qui a fait l’expérience, l’an dernier, du Festival du Rhum de la Martinique. La manager de la compagnie d’événementiels ¨J’organise¨ eut un déclic quand, comme invitée (sa compagnie) d’honneur par le rhum Saint-James, elle a pu découvrir non sans émerveillement tant la diversité de cette boisson alcoolisée que le gigantisme et la beauté du festival qui lui est dédié. Qui mieux est, le thème de cette édition a été « Cultures et traditions d’Haïti ». Pour préparer le terrain haïtien, la jeune entrepreneuse s’est remise aux spécialistes et pas les moindres. Des VIP comme Cyrille Hugon du festival du rhum de Paris ; ou encore Jérôme Vallanet, une sommité en matière de formation pour barman. Des conseils et suggestions, Djunelle avoue en avoir eu pour son compte durant une formation à Paris. Les deux hommes lui font comprendre qu’un festival du Rhum sous notre soleil revêtirait un caractère plus globalisant que n’importe quel pays caribéen voire ibéro-américain. Ce, partant de deux postulats. D’abord, parce notre terre (ex Saint-Domingue) était la meilleure élève sous l’empire colonial français en matière de production de canne ; ensuite parce notre rhum est réputé mondialement. Pierre Thibault, responsable des relations publiques de ¨J’organise¨, nous cite Paris, Berlin Londres, Sainte-Lucie, Miami, Espagne et Chili parmi les invités. Le 14 novembre, c’est le cocktail de lancement à l’hôtel NH Haiti El Rancho. C’est le rhum Saint-James de la Martinique qui est l’invité d’honneur, question pour Djunelle de renvoyer l’ascenseur à nos cousins. Les deux autres jours entre 10 h a.m. et 7 h p.m., le public pourra profiter des expositions de rhum de toutes ces contrées citées plus haut. L’artisanat haïtien ne doit pas être perçu comme un intrus, selon Pierre, qui nous apprend que plusieurs articles de nos artisans seront aussi exposés dans le cadre de festival à laquelle un grand nombre d’étrangers participent. ¨ On ne pèche pas, dit-il, si on profite de cette vitrine pour montrer l’art haïtien en plus du rhum.¨ À ce festival il n’y aura que des boissons ; la nourriture y sera aussi, mais à base de rhum. Pour l’occasion un village culinaire sera mis sur pied. Les chefs à l’honneur : chef Gomez, Lemaire, Isidor et Jouvens Jean. Un cousin du rhum très apprécié chez nous, en l’occurrence le ¨clairin¨, aura aussi droit à son stand. Djunelle cite le clairin des compagnies Vaval, Sajous et Casimir. Au passage, elle nous apprend que cette boisson fait aussi notre fierté. Grâce à l’expert en rhum Luca Gargano, le clairin haïtien a pu déchaîner les passions ces dernières années dans des festivals comme celui du rhum et le Whisky live de Paris. Autre attraction : une compétition de cocktail entre hôtels, bars, clubs, barmans, barmaids. Elle est ventilée en trois catégories : celle du cocktail au meilleur goût ; celle de la meilleure présentation ; et celle de l’innovation. Tous les concurrents auront droit à une formation sur le ¨bar management¨ et la préparation de cocktail qui sera présentée par Son Altesse de l’univers des barmans, Paolo Figueiredo, de la Diageo Regional Reserve, et Jérôme Vallanet, barman réputé et formateur de carrière dans le domaine. Les non-initiés auront droit à leur formation aussi. À ceux que cela intéresse, une formation intitulée « Art de la dégustation » sera dispensée par l’expert en rhum Benoit Boil. Deux conférences sont prévues au programme. Alexandre Vingtier élaborera sur l’importance d’Haïti dans le secteur du rhum et son fort potentiel à l’échelle planétaire. Javier Herrera, lui, s’exprimera sur les statistiques du rhum et les tendances du marché. Par ailleurs, des bouteilles de rhum dont la moyenne d’âge est de 60 ans seront mises aux enchères. En happy ending, un show culturel émaillé de défilé, de remise de prix, entre autres, sera offert le dernier jour. En extra, avec le support de Lucca Gargano, les exposants étrangers pourront découvrir le sud d’Haïti, notamment Abaka Bay. Le festival du rhum est rendu possible par le ministère du Commerce et de l’Industrie en collaboration avec l’hôtel NH Haiti El Rancho, avec le support du ministère du Tourisme et des sponsors du secteur privé comme La Réserve. Djunelle et Pierre unissent leur voix pour encourager les gens à venir déguster, acheter des rhums extraordinaires, aiguiser leur curiosité tout en gardant « la modération en tête ». ¨L’abus de l’alcool, tiennent-ils à nous rappeler, est dangereux pour la santé.¨



Réagir à cet article