Assassinat de Me. Osner FEVRY Jr.,

Trois (03) hauts gradés de la police liés à des bandits armés de Thomassin sont impliqués dans le crime

Ndr. Réagissant à l’article de notre collaborateur Bertrand MERCEUS paru dans l’édition d’hier (jeudi 09 octobre 2014), Me. Osner FEVRY, père du jeune Osner FEVRY a critiqué la posture étrange du Porte-Parole de la PNH, l’Inspecteur Gary DESROSIERS qu’il accuse de falsification factuelle par manipulation et désinformation dans le cadre d’un crime. C’est une technique connue de toutes les forces de répression quand il s’agit de faire du ‘’cover up’’ (cacher la vérité) a déclaré Me. FEVRY sur les ondes des radios Kiskeya, Métropole et Lumière. Nous publions ci-après le texte qu’il nous a fait parvenir en guise de réponse aux propos du Porte-Parole adjoint.

Publié le 2014-10-14 | Le Nouvelliste

Trois (03) hauts gradés de la police liés à des bandits armés de Thomassin sont impliqués dans le crime Selon Me Osner Févry Réagissant à l’article de notre collaborateur Bertrand MERCEUS paru dans l’édition d’hier (jeudi 09 octobre 2014), Me Osner Févry, père du jeune Osner Févry, a critiqué la posture étrange du porte-parole de la PNH, l’Inspecteur Gary DESROSIERS, qu’il accuse de falsification factuelle par manipulation et désinformation dans le cadre d’un crime. C’est une technique connue de toutes les forces de répression quand il s’agit de faire du ‘’cover up’’ (cacher la vérité), a déclaré Me FEVRY sur les ondes des radios Kiskeya, Métropole et Lumière. Nous publions ci-après le texte qu’il nous a fait parvenir en guise de réponse aux propos du Porte-Parole adjoint. Je confirme ce que j’avais dit et que je n’ai jamais cessé de dire et de répéter depuis trois (03) mois devant les médias, à la radio et à la télévision : l’arme à feu, le pistolet Taurus 9 mm, que le juge de paix de Pétion-Ville, en ma présence, a retrouvé sous la cuisse gauche, cachée sous les fesses de mon fils dans la soirée du 1er juillet 2014, pourrait bien être mon arme de service : celle qui m’a été remise en septembre 1985, par le Capitaine DELVA contre reçu signé (le père de l’actuel ministre de l’intérieur Réginald DELVA) en ma qualité de secrétaire d’Etat au Ministère de l’Intérieur et de la Défense Nationale. Actualiser cette information comme une nouvelle relève de la propagande grise. Monsieur DESROSIERS parodie ses supérieurs hiérarchiques dans une sorte de solidarité dans le mal. En effet, dès le lundi 30 juin 2014, au matin et pendant toute la journée, quelques heures seulement après le départ de la maison de Me Osner FEVRY Jr. qui disait devoir revenir dans quelques minutes, selon des sources de la police, celles proches du Ministre de l’Intérieur et des services de renseignements recoupés, et à travers des messages envoyés aux médias, ‘’le fils de Me Osner FEVRY aurait été kidnappé’’. C’est la nouvelle qui occupait les médias pendant toute la journée du lundi 30 juin et même au début de la matinée du mardi 1er juillet 2014 pendant que ma femme et moi étions en voyage à l’étranger. De retour au pays mardi après-midi, Me Osner FEVRY Jr qui aurait dû venir nous chercher à l’aéroport, n’a pas répondu à nos appels téléphoniques. J’ai alors pris contact avec le chef de la police lui-même M. Godson ORELUS qui, sans doute, a informé les instances saines et régulières de la PNH à travers le CRO et la DCPJ de nos inquiétudes. C’est alors seulement, parait-il, que les ravisseurs qui, entretemps, passaient la journée et la soirée du lundi 30 juin à torturer Nicko, à brûler son corps en y laissant des plaques au front, sur les yeux, aux genoux, sur les bras, des brûlures de premier et de deuxième degrés ont appris que le chef de la police est au courant de leur crime et qu’il est saisi de l’affaire. Et c’est alors aussi que les techniciens de la désinformation au service de ces ravisseurs ont commencé à envahir les médias et les salles de rédaction des journaux et sur Internet, pour répandre à dessein la fausse thèse du suicide du fils de Me Osner FEVRY. La nouvelle était déjà répandue dans tout le pays et sur tous les réseaux sociaux d’internet, tandis que ma femme et moi, les membres de la famille, des proches et alliés de notre église, nous cherchions à localiser, par GPS et Tracker, le lieu présumé de kidnapping. Et, drôle de coïncidence, les ravisseurs et les présumés criminels étaient avec nous, aidant à chercher la voiture de notre fils et notre fils lui-même, pendant qu’au même moment, ils téléphonaient à des journalistes pour annoncer cyniquement, sans égard pour notre douleur et nos souffrances, que ‘’le fils de Me Osner FEVRY s’est suicidé’’ ! Le juge de paix n’était même pas encore sur les lieux du crime ! Voila pourquoi, le soir même de la découverte du corps, en raison de ces manquements graves, nous avons soumis nos plaintes aux autorités du pays pour dire : 1) Nous dénonçons ce crime ; 2) Nous portons plainte contre ceux qui veulent maquiller ce crime odieux en suicide, d’autant plus que la question de ‘’suicide’’, lorsqu’elle est envisagée dans le cadre d’une enquête, c’est toujours la dernière des hypothèses policières, après les autres pistes et options écartées. Et là encore, suivant les Manuels de déontologie, c’est avec prudence et sagesse que la police parle de ‘’l’apparence de suicide’’ par respect pour la famille et pour ses méthodes de travail. Or, ici, dans le cas de ce jeune Pasteur protestant, les enquêteurs de la DCPJ, en dehors de toutes règles administratives, légales et d’éthique professionnelle, et avant toute enquête de voisinage ou rapprochée, se sont confondus et se confondent encore avec les ravisseurs criminels qu’elle protège ; 3) Nous demandons la formation d’une Commission indépendante d’experts dont les membres pourront accompagner le juge qui sera saisi du dossier criminel à venir. Nous ne voulons pas que la DCPJ réitère les cas inacceptables du Dr Jean Ronald JOSEPH (ONA), de Monsieur Guito TOUSSANT (BNC), de Monsieur Venel JOSEPH (BRH/Téléco), de l’Ingénieur-Architecte Nadine HYPPOLITE (Oasis), de Monsieur et Madame Guerdie Dorsainvil Benoit Larèche (POHDH) pour lesquels les enquêteurs de la DCPJ n’ont produit jusqu’ici aucun rapport de police satisfaisant pour les familles ayant abouti à l’arrestation et au jugement des assassins. ‘’L’enquête se poursuit et se poursuivra toujours quand ce sont des criminels qui enquêtent sur les crimes et des assassins qui mènent des investigations sur des assassinats ! C’est inacceptable ! Nous avons donc immédiatement, Anthropo-Criminologue, diligenté notre propre enquête conjointement avec des Associés et Experts haïtiens et étrangers, notamment avec le support technique de la Société Haïtienne de Criminologie et d’Etudes pénales. Près de 49 photographies prises du corps ont été étudiées en Haïti et à l’étranger et montrées aux journalistes qui les ont vues toutes de leurs yeux : un corps torturé, un visage blessé, avec traces de feu ou de coups, des sévices corporels visibles à l’œil nu, la bouche ouverte et une rétraction forcée de l’abdomen et des muscles à la recherche d’air, etc., ; Nous avons aussi soumis la question de ce crime abominable devant les représentants de certaines nations amies pour solliciter leur assistance humanitaire : les Etats-Unis d’Amérique, la France, le Canada, le Brésil, le CARICOM, l’OEA et l’ONU en vue de nous aider à faire arrêter les suspects impliqués dans ce crime et qui s’estiment être protégés par leurs fonctions et leur capacité de manipulation. Entretemps, nous avons mis deux lignes téléphoniques : (4727-5051 et 4727-5060) et un courriel (nickofevry@gmail.com) à la disposition de ceux qui veulent nous fournir des renseignements. Eh bien ! Les résultats sont jugés positifs et intéresseront le juge saisi du dossier. Car : 1) Des témoins affirment avoir identifié les tueurs, la voiture, la plaque d’immatriculation du véhicule où Me Osner FEVRY Jr., menotté, avait été forcé de monter à Thomassin et emmené dans un lieu secret où il a été séquestré pendant qu’on le torturait pour qu’il fournisse telles informations dont les ravisseurs avaient sans doute besoin ( ?) ; 2) Trois hauts gradés de la police identifiés par les riverains de Thomassin et connus des enquêteurs privés, qui ont sillonné la zone avant même les funérailles et après, sont directement impliqués dans ce crime qui a coûté la vie au jeune Pasteur, Avocat et Conseiller à l’Ambassade d’Haïti au Japon ; 3) Le Sénat de la République, à la demande de la famille, a jugé que nos inquiétudes sont fondées et a exigé du gouvernement, sur le rapport de la Commission Justice et Sécurité, de former cette Commission d’Experts haïtiens et étrangers sollicitée par la famille, qui pourra conseiller et accompagner le juge d’instruction appelé à statuer sur le cas de ce crime. Voici ce que disait textuellement la lettre du Président du Sénat au Premier Ministre, dans une correspondance datée du 18 septembre 2014 et dont une copie a été envoyée au CABINET FEVRY : « Après avoir entendu le Chef de la police dans ses dires et déclarations la semaine écoulée, et le père du défunt avec des documents écrits et des témoignages authentiques en sa possession, et surtout, après avoir regardé attentivement les quarante-neuf (49) photographies prises du corps du jeune Pasteur torturé et marqué de plaques et de blessures, la Commission Justice et Sécurité du Sénat estime que les inquiétudes de la famille FEVRY sont justifiées pour qu’il y ait lieu à la formation d’une Commission Indépendante d’Experts et de Spécialistes qui puissent accompagner tel juge d’instruction saisi du cas, en vue d’arriver, en toute impartialité, à identifier les responsables, où qu’ils se trouvent, de ce crime inacceptable qui a coûté la vie à ce jeune Professionnel de 34 ans. La Commission estime qu’au regard des accusations directes portées contre des policiers-enquêteurs de la DCPJ eux-mêmes, son rapport ne peut pas inspirer confiance à la famille et à la justice, et que seule cette Commission indépendante d’Experts et de Spécialistes haïtiens et étrangers pourra aider à rétablir cette confiance au profit de la justice. » 4) Des Experts de la Société Haïtienne de Criminologie et d’Etudes Pénales doutent que Me Osner FEVRY Jr soit mort par balle ou des suites de blessures. Il y a eu deux cavités/orifices d’entrée (sans doute par balle) à la tête. Mais il y a de forte probabilité que les balles lui furent tirées après la mort et qu’il soit décédé (comme l’a indiqué l’autopsie) d’asphyxie marquée par détresse respiratoire aigue. Ils confirmeront leurs observations devant la Commission d’Experts ou devant le juge qui sera saisi du cas ; 5) Depuis le 02 août 2014, le Parquet du tribunal civil de Port-au-Prince a adressé au Doyen du tribunal de première instance du ressort de la capitale une requête en désignation d’un juge d’instruction pour s’occuper du ‘’dossier d’assassinat de Me Osner FEVRY Jr contre inconnus (x)’’. Le Parquet a donc noté qu’il y aura poursuite pour crime. D’ailleurs, en Droit, le rapport de police de la DCPJ ne peut pas lier le chef et maître de la poursuite pénale, encore moins le juge d’instruction. 6) Ainsi donc, la première personne qui ne croit pas à ce qu’elle dit officiellement dans ce dossier est le commissaire Gary DESROSIERS, Porte-parole Adj. de la PNH : Gary lui-même se méfie de Desrosiers chaque fois qu’il regarde son fils de 12 ans qui connaissait le jeune Pasteur de 34 ans ; Est-ce qu’on ne fera pas la même chose, un jour, à mon fils ? se demande-t-il, au fond de sa conscience de père, question que se posent, d’ailleurs, tous les enfants des policiers de la PNH. Ensuite, c’est le chef de la police lui-même, notre ami Godson ORELUS dont le body language laissait lire après les 31 secondes d’hésitation et de bégaiement qu’il mentait au Sénat, à la famille, à la nation et au monde entier. Et enfin, il n’y a même pas 3 personnes en Haïti et à l’étranger qui croient à cette version truquée, maquillée et manipulée de certains dirigeants de la PNH, diffusée par la police, autour de ce qui ne peut être qu’un cas d’assassinat : assassinat de Me Osner FEVRY Jr, jeune Avocat et Pasteur et Diplomate de 34 ans, sain de corps et d’esprit, plein d’avenir et le cœur bourré de rêves et de projets ! 7) Mais, ce qui est grave et pénible, c’est lorsque adulte, on occupe une très grande et très haute fonction et qu’on ment publiquement à autrui. De deux choses l’une ou des deux à la fois : a) Ou bien vous protégez un supérieur hiérarchique, par discrétion et fidélité aux devoirs de votre charge ; b) Ou bien vous protégez un subalterne à qui vous auriez passé des instructions et pour les actes de qui vous êtes tenu (légalement) responsable ; c) Ou bien, serait-ce naïveté et manipulation et/ou chantage ? L’avenir répondra à la question. Quant au pistolet Taurus 9mm, c’est moi – moi personnellement, qui ai déclaré le soir même du crime macabre du 1er juillet et dès le lendemain matin, que cette arme est mon arme de service qui m’a été remise en septembre 1985 par le Capitaine DELVA, de la Garde Présidentielle à moi Secrétaire d’Etat de l’Intérieur et de la Défense Nationale. J’ai toujours dit que c’était mon arme, numérotée au registre des armes des FADH. Pourquoi actualiser ma déclaration comme nouvelle après 03 mois et pour me répéter, en mentant, que vous avez conduit une recherche ? Ce n’est pas sérieux ! Quelle recherche ? Par contre, le porte-parole de la police n’a pas dit que Me Osner FEVRY Jr avait reçu un appel téléphonique de l’un des assassins lié à la police et très proche de la Primature pour qu’il voie cette arme – de son père – muni de son autorisation d’arme à feu trouvée dans sa voiture – pour en acheter une semblable suivant l’autorisation qu’il avait et dont l’original était retrouvé sur le siège passager de son véhicule. Ou, a-t-il reçu des menaces ? Ou bien, est-ce pour tuer cet oiseau (coq de bruyère) qui troublait son sommeil ? On ne répond pas à l’imposture commanditée et en service : ce serait s’engager sur le sentier marécageux et visqueux du nivellement par le bas. Un jour, M. DESROSIERS, la main dans la main avec son fils de 12 ans, en présence de MM Rodrigue PIERRE et Rameau NORMIL, comprendra qu’il est toujours honteux de mentir et toujours criminel de s’attaquer à un enfant de Dieu. La peine est imprescriptible ! Deux (02) balles à la tête, le corps couvert de cicatrices, des blessures et des brûlures de premier et de deuxième degré et une arme à feu trouvée sous les fesses – sous la cuisse gauche de la victime, et vous osez faire croire que la victime s’est donnée lui-même la mort ( ?). Aucun respect pour le bon sens et l’intelligence ! Quand on est dirigeant de la police et Porte-Parole de ce corps armé, il y a deux limites à ne jamais franchir : celle du viol du gros bon sens de la population et celle de l’intelligence des gens de bien du pays et de l’étranger. Comment comprendre qu’un corps allongé, les deux bras le long de ce corps, les vêtements propres sans une goutte de sang, le front couvert d’une plaque de blessure, les bras, les yeux, le corps couvert de cicatrices, blessures et brûlures de 1er et 2e degré selon des médecins-chirurgiens et des spécialistes en forensic qui ont vu les 49 photographies du corps du jeune Pasteur assassiné, l’on puisse se permettre de manquer d’égard à l’intelligence des uns et des autres, avec deux balles à la tête et une arme cachée sous les fesses de la victime, en osant parler de suicide ? Où est le bilan médical exigé par le Parquet ? Où est la radiographie du squelette ? Pourquoi avoir empêché que les experts nommément désignés et autorisés de la famille FEVRY assistent à l’autopsie, comme l’avait demandé et autorisé le Parquet par écrit, alors que trois (03) policiers de la DCPJ qui font pourtant l’objet de suspicion devant le Conseil Supérieur de la Police Nationale, ont assisté à cette opération ? Comment la famille peut-elle faire confiance à un tel résultat ? Et pourquoi le médecin légiste s’est-il approprié des clichés de la radiographie du squelette et des résultats du bilan médical en refusant de les expédier au Parquet pour être interprété par un radiologue indépendant ? Que cache ce complot ? Deux versets des Saintes Ecritures nous guident et orientent nos actions : Jérémie 33 :3 ‘’Invoque-moi et je te répondrai ; je t’annoncerai de grandes choses, des choses cachées, que tu ne connais pas’’ ; et Romains 8 :28 ‘’Toutes choses concourent au bien de ceux qui aiment Dieu’’. Les assassins de Me Osner FEVRY Jr seront tous, tôt ou tard, démasqués, identifiés, arrêtés et jugés en Haïti devant un tribunal haïtien, ou, à l’étranger, devant un tribunal national à vocation universelle ! Port-au-Prince ce 10 octobre 2014.
Me. Osner FEVRY, Avocat, Criminologue Père de la Victime assassinée Auteur

Réagir à cet article

Nous avons remarqué que vous utilisez un bloqueur de publicité.

Notre contenu vous est présenté gratuitement à cause de nos annonceurs. Pour continuer à profiter de notre contenu, désactivez votre bloqueur de publicité.

C'est éteint maintenant Comment désactiver mon bloqueur de publicité?

How to disable your ad blocker for our site:

Adblock / Adblock Plus
  • Click on the AdBlock / AdBlock Plus icon on the top right of your browser.
  • Click “Don’t run on pages on this domain.” OR “Enabled on this site.”
  • Close this help box and click "It's off now".
Firefox Tracking Prevention
  • If you are Private Browsing in Firefox, "Tracking Protection" may casue the adblock notice to show. It can be temporarily disabled by clicking the "shield" icon in the address bar.
  • Close this help box and click "It's off now".
Ghostery
  • Click the Ghostery icon on your browser.
  • In Ghostery versions < 6.0 click “Whitelist site.” in version 6.0 click “Trust site.”
  • Close this help box and click "It's off now".
uBlock / uBlock Origin
  • Click the uBlock / uBlock Origin icon on your browser.
  • Click the “power” button in the menu that appears to whitelist the current website
  • Close this help box and click "It's off now".