Mercredi 28 septembre 2016









IDEES ET OPINIONS

12 mesures du MENFP: regard critique et compléments indispensables


D'année en année, on ne cesse de constater le caractère catastrophique des résultats aux examens officiels. Pour les deux dernières années académiques (2011-2012 et 2012-2013), le taux de réussite se trouve en deçà de 30% pour la rhéto et 65% pour la philo. Si la situation est meilleure pour les classes de 6e et 9e année fondamentale, cela n'empêche que le nombre de redoublants atteint un niveau élevé. En dépit du coût énorme du redoublement, l'enregistrement d'un taux élevé d'échec aux examens officiels serait devenu, avec le temps, un phénomène normal. En ce sens, les 12 mesures annoncées récemment par le titulaire du Ministère de l'Éducation nationale et de la Formation professionnelle (MENFP) s'inscriraient dans une logique de rupture. Une telle logique impliquerait une ouverture à toute suggestion qui contribuera à l'atteinte du but visé (amélioration des performances académiques) par le MENFP. Avant d'exploiter une telle ouverture, il importe de porter un regard critique sur les dispositions envisagées par le MENFP. Un regard critique Il est aisé d'établir un lien clair entre le but visé par le MENFP et certaines mesures qu'il envisage de prendre. La formation des maîtres, la livraison d'un permis d'enseigner font partie de ces mesures dont la mise en œuvre influencera positivement le taux de réussite aux examens officiels. On ne peut donner ce qu'on n'a pas. Donc, un enseignant dépourvu de formation appropriée ne saurait conférer à un élève le bagage indispensable à son succès aux examens officiels. Même si la formation des maîtres et la livraison d'un permis d'enseigner s'apparentent à un défi, il est évident que ces mesures contribueront à réduire le taux d'échec aux examens officiels. Tel n'est pas le cas pour le fait que l'évaluation des apprentissages des élèves de la 6e année fondamentale et de la classe de rhéto soit assurée par les établissements scolaires. Si cette mesure évitera à l'État des débours, elle n'est pas de nature à influer sur le taux de succès. Fondée sur un décret vieux de 32 ans, l'absence d'évaluation officielle pour les élèves de la 6e année fondamentale dérogerait aux prescriptions de l'UNESCO en matière de passage d'un niveau d'éducation à un autre. Selon la CITE (classification internationale type de l'éducation) de l'UNESCO, l’achèvement complet d’un niveau donne normalement lieu à une certification reconnue par les autorités nationales compétentes pour l’éducation. L'absence d'évaluation officielle des élèves de la 6e année fondamentale signifierait que l'État ne voit pas la nécessité qu'il s'assure de l'aptitude d'un élève à laisser le niveau primaire (niveau 1 de la CITE) pour se rendre au niveau secondaire (niveau 2 de la CITE). Pour éviter que certains ne parient sur l'annulation prochaine des examens officiels pour la 9e année fondamentale et la classe de philo, le MENFP aurait intérêt à revenir sur sa décision de laisser l'évaluation des élèves de la 6e année fondamentale aux établissements scolaires. Relativement à la mise sous surveillance des établissements scolaires (publics ou subventionnés) ayant un taux d'échec d'au moins 80%, deux bonifications à cette mesure méritent d'être envisagées. D'une part, étant donné que l'éducation fait partie des services publics, l'État gagnerait à étendre la possibilité de mise sous surveillance aux établissements scolaires privés. Bien entendu, pour faciliter l'acceptation de la surveillance du MENFP par un établissement privé, il faut au MENFP beaucoup plus qu'une autorité légale. En ce sens, le MENFP doit faire montre d'une gouvernance exemplaire. D'autre part, une mise sous surveillance pour un taux d'échec d'au moins 80% insinuerait qu'un taux d'échec se situant entre 50% et 80% représente une performance acceptable. Pourtant, loin s'en faut! Étant donné que la moyenne de passage aux examens d'État est de 50%, il parait logique que tout établissement scolaire enregistrant un taux d'échec d'au moins 50% soit placé sous surveillance du MENFP dès l'année académique 2014-2015. Dans un souci d'encouragement à l'excellence, il serait intéressant qu'à l'avenir le MENFP révise à la baisse (moins que 50%) le taux d'échec à partir duquel un établissement scolaire sera mis sous surveillance. Des compléments indispensables En complément aux mesures pertinentes envisagées par le MENFP se trouvent la dynamisation ou la réactivation de l'inspection et l'emphase sur l'instruction civique et morale. Nous comprenons qu'une visite d'inspection constitue, entre autres, une occasion pour apprécier l'avancement d'un établissement scolaire dans l'exécution d'un programme éducatif d'une part; l'assimilation par les élèves des notions couvertes par ledit programme d'autre part. Il est admis qu'en matière de gestion de la qualité le contrôle continu demeure un outil indispensable. En ce sens, avec la réactivation ou la dynamisation de l'inspection, il y a fort à parier que tous les établissements scolaires s'assureront qu'ils soient toujours prêts pour réussir le test de l'inspection. Il est indéniable que des inspections régulières, conduites par des professionnels de l'éducation astreints à un Code d'éthique, contribueront à l'amélioration des performances académiques. À la réactivation ou la dynamisation de l'inspection s'ajoute l'emphase sur l'instruction civique et morale. Du préscolaire à la philo, les thèmes relevant du civisme et de la morale devraient occuper une place importante dans l'enseignement. À cet effet, en vue de la sensibilisation des enseignants, le MENFP devrait profiter de toutes les occasions et utiliser tous les supports possibles. Ce n'est pas sans raison que certains se demandent si les valeurs dans la société haïtienne sont en crise ou tout simplement inexistantes. Il est évident que réussir à l'école est de moins en moins prisé dans notre société. Plus que cela, contrairement au temps passé, ne pas réussir à l'école ne serait plus un motif de honte. De plus en plus, emprunter des voies peu orthodoxes pour gagner sa vie, des voies qui ne nécessitent pas que l'on réussisse à l'école, tend à devenir normal. Renverser de telles tendances requiert beaucoup plus que de simples mesures traitant spécifiquement de l'éducation. Néanmoins, sans une emphase sur l'instruction civique et morale, indépendamment de la pertinence des autres mesures, il est presque vain d'espérer une amélioration des résultats aux examens d'État. En guise de conclusion De ce qui précède, il ressort que le MENFP gagnerait à revoir certaines des récentes mesures qu'il envisage de prendre en vue d'améliorer les performances académiques. Le MENFP gagnerait à prendre en compte ce qui ressort du regard critique exposé plus haut. De plus, en complément aux mesures pertinentes qu'il est sur le point d'implémenter, le MENFP devrait réactiver ou dynamiser l'inspection des établissements scolaires et mettre l'emphase sur l'instruction civique et morale. À présent, sans nier ni minimiser les embûches qui joncheront le chemin de l'amélioration des performances académiques, le regard doit être tourné vers le futur. En ce sens, pour une évaluation a posteriori des mesures envisagées, le premier rendez-vous est fixé à l'été 2015. Jean Thiomas GIRAUD, M.B.A. giraudt@gmail.com






En guise de bibliographie et webographie 1. Bozio Antoine, Grenet Julien, 2010, Économie des politiques publiques, Éditions La Découverte 2. http://lenouvelliste.com/lenouvelliste/article/134312/Les-12-mesures-de-Manigat.html, page consultée le 11 août 2014 3. http://www.haitilibre.com/article-9312-haiti-education-resultats-complets-des-examens-du-bac-2012-2013.html, page consultée le 11 août 2014 4. Kélada Joseph N., 2004, Qualité totale: amélioration continue et réingénierie, éditions Quafec 5. Maximé Jean Miguelite, 2011, Les valeurs dans la société haïtienne : entre crise et inexistence 6. UNESCO, 2012, Opportunités perdues: impact du redoublement et du départ prématuré 7. UNESCO, 2013, Classification internationale type de l'éducation: CITE 2011





AUTEUR

Réagir à cet article

Les commentaires sont modérés

Chaque contribution postée est soumise à modération. Vous pouvez alerter l'équipe du Nouvelliste, d'une contribution qui vous semble ne pas respecter notre charte en cliquant sur le bouton << Voter contre >>, présent sous chaque commentaire. Notre équipe sera automatiquement prévenue et fera le nécessaire.

La charte de moderation












Haut de la page