Vendredi 9 décembre 2016









NATIONAL

Lancement du programme « Ayitic, Internet pour le développement »

150 professionnels et étudiants issus du secteur des télécommunications suivent, du 11 au 15 août, au Canado technique, une formation portant sur les technologies de l’information et des communications (TIC), sous les auspices du registre d’adresse Internet pour l’Amérique latine et les Caraïbes (LACNIC) dans le cadre d’un projet baptisé Ayitic.


« Ayitic, Internet pour le développement », tel est le thème autour duquel ces 150 personnes, dont quelques-uns venus des villes de province, vont affronter des experts haïtiens et étrangers dans la perspective de renforcer leurs capacités professionnelles. Vu le succès du programme l’année dernière, LACNIC ne voulait aucunement s’endormir sur ses lauriers. Ce dernier, voulant à tout prix récidiver, veut orienter cette nouvelle session de formation de formateurs dans le sens des besoins spécifiques d’Haïti. « Nous sommes très fiers de poursuivre ce projet de renforcement des capacités en Haïti et nous espérons pouvoir continuer à l’offrir à l’avenir », a déclaré le directeur exécutif de LACNIC, Ernesto Majó, en présence notamment de plusieurs autorités étatiques lors du lancement du projet lundi soir à la salle Frank de l’hôtel Montana. Ce projet vise essentiellement à renforcer les capacités techniques des professionnels du domaine de l’information et de la communication. Il cherche spécifiquement à créer des compétences, à accroître les réseaux de connaissances et à consolider les espaces de prise de décisions qui sont orientées principalement vers la téléphonie, les aspects pratiques de réseaux (réseau sans fil, gestion de réseau), la sécurité et le déploiement du nouveau protocole d’Internet IPv6. En vertu de quoi a-t-on sélectionné les bénéficiaires de la formation qui devrait s’étendre sur cinq jours ? « La sélection de participants à ce programme gratuit a été réalisée par un comité d’experts nationaux », a répondu M. Majó. « Il est grand temps d’instaurer un plan pour que l’Internet ne soit pas seulement un outil de recherche pour les jeunes, mais aussi un moyen de devenir des entrepreneurs », a plaidé Jean-Marie Guillaume, dans un discours qu’il ne pouvait malheureusement pas lire parce que pris dans l’engrenage d’autres soucis. Jean Marie Altéma, qui le représentait à cette cérémonie, a encouragé les jeunes à ne pas utiliser l’Internet seulement pour effectuer des recherches, mais également comme un moyen de gagner de l’argent. L’un des résultats attendus dans le cadre de ce projet – qui devrait également contribuer au renforcement des organisations dans la gestion de leurs projets TIC – est de générer des changements à moyen et à long terme au niveau des capacités professionnelles des bénéficiaires. Au demeurant, pour l’édition de 2013, les résultats ont montré que 98, 8 % des participants ont estimé le contenu du programme satisfaisant et que celui-ci avait beaucoup contribué au renforcement de leurs connaissances. « En outre, 63 % des bénéficiaires pensent que le programme a été très utile au renforcement de leurs capacités professionnelles et qu’ils ont pu appliquer la plupart des connaissances acquises dans leur emploi », selon un communiqué de LACNIC et de ses différents partenaires (NSRC, ICANN, OIF, Internet society…) dont Le Nouvelliste a obtenu copie.











AUTEUR
Juno Jean Baptiste

jjeanbaptiste@lenouvelliste.com

Réagir à cet article

Les commentaires sont modérés

Chaque contribution postée est soumise à modération. Vous pouvez alerter l'équipe du Nouvelliste, d'une contribution qui vous semble ne pas respecter notre charte en cliquant sur le bouton << Voter contre >>, présent sous chaque commentaire. Notre équipe sera automatiquement prévenue et fera le nécessaire.

La charte de moderation












Haut de la page