Samedi 10 décembre 2016









TICKET MAGAZINE

Phyllisia Ross, la voix de ¨Se konsa¨

Pourquoi chanter en créole quand on a à son actif des collaborations avec Jah Cure, Flo Rida et Ne-Yo ? Phyllisia Ross nous donne la réponse dans ¨Se konsa¨, qui, par-delà sa prosodie sensuelle, la banalité du trame, nous invite implicitement à choisir et nous accrocher à la meilleure de nos multiples propositions. En ce qui concerne la chanteuse, dans la vraie vie, c’est l’ancrage identitaire qui est son idéal.


Phyllisia Ross est née d’une mère haïtienne et d’un père yankee en Floride. Elle est manifestement fière de son métissage et en fait un crédo. Dès 3 ans, ses parents, persuadés de ses talents, l’inscrivent à un cours de piano. A 5 ans, elle prend des cours de chant aussi. A son école, la future chanteuse est une célébrité puisque son visage et sa voix sont connus dans les activités parascolaires où ¨chanter¨ se révèle nécessaire. C’est vers la fin de ses études au collège qu’une amie lui passe les coordonnées d’un label (Ndlr: dont elle tait le nom tout comme tous les autres). De toutes façons, comme une grande, Phyllisia a frayé son chemin dans l’industrie en partageant des duos avec Ne-Yo, Flo Rida et Jah Cure. Avare en date, elle évoque sa participation à leur tournée respective et a chanté plusieurs fois dans le cadre des matchs de NBA qui se tiennent dans le stade de Miami Heat. Dans sa vie, il n’y a pas que la passion pour la musique. Phyllisia se révèle encore une incontournable de la communauté haïtienne de Floride. Elle ne rate aucune activité caritative intracommunautaire. Un an après le séisme, avec la chanson ¨L’union fait la force¨, la jeune femme prête son image à l’organisation non-gouvernementale Project Mediashare pour ses activités en Haïti. Aujourd’hui, la chanteuse dit avoir deux défis à relever. Il s’agit d’abord de contrebalancer son image de femme sexy véhiculée dans l’ensemble de ses clips par celle de la pianiste qu’elle est dans l’âme. Ensuite il lui faut profiter de sa relative popularité dans le monde pour faire la promotion d’Haïti. C’est d’ailleurs l’idée derrière ¨Se Konsa¨, vidéo réalisée par Lux Media Marketing, co-écrite par l'artiste et Mikaben. Le son est signé Power Surge et Ti Harold.¨Après le lancement du clip en mai, des étrangers m’appellent de partout pour me dire ¨Damn it¨, n’est-ce pas à South Beach que la vidéo a été tourné? Je leur ai dit ¨Non c’est lakay¨, confie Phyllisia. Elle compte d’ailleurs, le 17 août, l’interpréter dans le cadre du ¨New York Summer Stage¨ La chanson qui parle de son préféré parmi tous les hommes qui lui ont fait la cour est de son aveu une façon imagée de parler de sa quête d’ancrage identitaire. ¨Moi je suis haïtienne, dit-elle, et je tiens à le faire savoir sur tous les toits, et c’est là mon idéal : rester attachée à mes racines.¨ Aux dernières nouvelles, Phyllisia Ross est en promotion comme une forcenée de son clip au pays du 1er au 9 août. Elle a fait pas mal de shows d’envergure tant sur la bande FM que sur la télé à Port-au-Prince. Sa prochaine destination c’est les Antilles où le clip est déjà visionné via les géants européens du divertissement comme Trace. La belle souhaite que son pays d’origine supporte son travail puisqu’elle dit le faire plus pour Haïti que pour sa carrière.











AUTEUR
Chancy Victorin

chancyvictorin@ticketmag.com

Réagir à cet article

Les commentaires sont modérés

Chaque contribution postée est soumise à modération. Vous pouvez alerter l'équipe du Nouvelliste, d'une contribution qui vous semble ne pas respecter notre charte en cliquant sur le bouton << Voter contre >>, présent sous chaque commentaire. Notre équipe sera automatiquement prévenue et fera le nécessaire.

La charte de moderation












Haut de la page